AID Association initiatives dionysiennes
Vous avez dit "déchets" ?

Les incinérateurs dans le collimateur de l’UE ?

AID soutient Zero Waste France

vendredi 17 mars 2017 par JMT

Un article de notre président sur une information passée inaperçue et une relation sur les 20 ans de Zero Waste France le week-end des 11 et 12 mars 2017 auquel notre trésorier-webmestre, adhérent ZWF, a participé.

L’UE demande un moratoire sur la construction de nouveaux incinérateurs

En France, environ 35% de nos déchets ménagers sont encore incinérés. Cette industrie coûte cher, tant en investissement qu’en exploitation : plusieurs dizaines, voire centaines de millions d’euros pour les plus grosses usines.

Celles-ci émettent des polluants dans l’air, l’eau, et produisent des résidus toxiques issus de la combustion qu’il faut encore prendre en charge. Surtout, brûler des déchets revient à détruire des ressources qui auraient pu être économisées, réutilisées ou recyclées.

Toutes ces raisons ont poussé l’Union européenne, dans une communication officielle de janvier 2017, et alors que plusieurs directives européennes portant sur l’économie circulaire sont en révision, à réaffirmer sa vision de la gestion des déchets.

Selon elle, cette gestion doit désormais se focaliser sur les premiers échelons de la « hiérarchie des modes de traitement » qui guide les priorités dans la prise en charge des déchets, c’est-à-dire la prévention (consistant à éviter de produire des déchets), la réutilisation et le recyclage des déchets.

Plus intéressant encore, la Commission reconnaît les risques de surcapacité d’incinération, et souligne que ce scénario peut créer des blocages structurels à la réduction progressive des déchets à éliminer. Le raisonnement est simple : l’argent investi pour construire un incinérateur ne peut être alloué aux politiques de prévention. 

De plus, une fois construite, l’usine a besoin de déchets pour fonctionner à plein régime pendant plusieurs dizaines d’années. Une réalité qui peut sérieusement ralentir les velléités de certains territoires à réduire les déchets et améliorer le recyclage.

Les conclusions de la Commission sont sans appel. Elle préconise aux Etats membres de :

- supprimer les aides publiques à l’incinération des déchets

- accroître les taxes pesant sur ces usines, ce que la France a récemment renoncé à faire,

- réorienter les financements publics vers des projets tendant vraiment à une économie circulaire.

En conclusion, elle appelle les états à instaurer un moratoire sur la construction de nouvelles usines d’incinération.

Cette communication historique reprend donc les éléments clés défendus de longue date par Zero Waste France, afin de mettre en oeuvre une politique zéro déchet, zéro gaspillage.

Les promoteurs de nouveaux incinérateurs comme à Ivry, Troyes ou encore La Réunion devront sans aucun doute y prêter attention. Cette communication devrait en outre peser dans l’élaboration en cours des plans régionaux de gestion des déchets.

Pour Zéro Waste France,

Dr Bruno Bourgeon

Association Zéro Déchet Réunion

AID (site http://www.aid97400.re)

#NuitDebout Réunion

Document imprimable :

PDF - 58.3 ko

Publications

PUBLICATIONS MEDIAS LOCAUX

Envoyé à : JIR, Quotidien, IPR, Zinfos974, Témoignages

* Publication dans le Quotidien du Dimanche 19 mars 2017 :

PDF - 79.1 ko
Moratoire de construction de nouveaux incinérateurs LeQuotidien 20170319

* L’UE demande un moratoire sur la construction de nouveaux incinérateurs Clicanoo du Mardi 21 mars 2017 - 06:53

ZERO WASTE FRANCE ?

Extrait de la présentation sur son site :

Zero Waste France est une association de protection de l’environnement fondée il y a 20 ans qui milite pour la réduction et une gestion plus durable des déchets.

Chaque français produit 590 kg de déchets par an qui sont pour la plupart enfouis ou brûlés, ce qui engendre des pollutions sur les sols, l’air et les océans.

Face à cette situation, Zero Waste France propose la démarche zéro déchet, zéro gaspillage qui vise à réduire la production déchets et à mieux valoriser ceux que l’on produit.

Concrètement, l’association agit à 3 niveaux :

- En tant que lanceur d’alerte, Zero Waste France fait connaître les enjeux et les problèmes liés à la gestion des déchets.

- Sur le plan politique Zero Waste France intervient directement auprès des décideurs français et européens pour faire avancer les lois dans le bon sens.

- Sur le terrain, Zero Waste France aide les collectivités, les entrepreneurs, les associations locales et les citoyens dans leurs projets zéro déchet, zéro gaspillage.

ZERO WASTE FRANCE FETE SES 20 ANS

Réservé aux adhérents, ce week-end s’est tenu les 11 et 12 mars, dans une sympathique structure alternative, "Mutinerie", 29 rue de Meaux 75019 Paris. Certains ont même commencé la veille par un atelier et un repas.

Le samedi matin, j’ai assisté à l’Assemblée Générale Annuelle qui, sous l’efficace suivi de la directrice de ZWF, Flore Berlingen, a vu l’approbation des rapports moraux, d’activité et financier, le quitus au conseil d’administration sortant et l’élection d’un nouveau conseil, mélange harmonieux des différentes générations de membres et ex-salariés de l’association pour assurer la continuité de la mémoire et de l’action.

Après un repas bio et très majoritairement végétarien, les travaux se sont poursuivis l’après-midi par des ateliers thématiques et le soir par un autre repas et une soirée détente. Etant retenu par d’autres activités , je suis parti à 13h30.

Le dimanche matin, ateliers divers auxquels je suis arrivé à 11h30 pour participer à la réflexion sur les pistes de financement de l’association. J’ai notamment rappelé l’intérêt de faire le plus d’appel possible aux dons qui par le jeu des contreparties autorisées et de la déduction fiscale font que l’association encaisse 195€ net quand le donateur après déduction fiscale n’a qu’une charge financière résiduelle de 24€. Et rien n’empêche pour "financer" ces 24€ de faire une collecte parmi ses proches !

Pour info le budget global annuel de Zero Waste France est "gros doigts" de moins de 500k€ (en attendant le prochain voir le rapport 2015 si vous voulez le détail) dont un peu plus de la moitié provenant des "ressources propres" (cotisations, dons et prestations de formation et de conseil) et le reste de participations et subventions que la CA et la direction doivent faire perdurer chaque année.

C’est finalement très peu et heureusement qu’il y a beaucoup de bénévoles et de stagiaires pour boucler la grande masse de travail qu’effectue la structure. N’est-ce pas très insuffisant face à l’énormité des besoins quand le camp d’en-face croule sous l’argent, les appuis politiques et des médias aux ordres ?

Ceci dit, l’augmentation globale des ressources entre 2015 et 2016 est presque aussi importante que celle de l’année précédente, ce qui montre que si des projets (comme la maison du déchet) sont bien présentés, les donateurs, individuels ou collectifs, suivent.

Juste avant et pendant le repas du dimanche jusqu’à 15h00 (ensuite opération portes ouvertes) a eu lieu un atelier sur la mise en place d’un outil de gestion à partager entre Zero Waste France et ses groupes locaux pour permettre à ceux-ci (25 actuellement) de mutualiser des moyens techniques et le budget qui va avec.

Il me semble qu’il y ait besoin de beaucoup de formation pour faire comprendre à certains membres de groupes locaux qu’on n’est pas efficace (c’est à dire obtenir des résultats tangibles et durables malgré des tas de contraintes que le camp adverse ne s’impose pas) sans moyens et que si on veut partager des moyens (c’est à dire en clair recevoir des prestations ou des budgets !) il faut aussi aider à faire entrer l’argent pour les financer.

Et on ne parle pour l’instant que d’environ 60 k€ pour commencer dont 25k€ qui seraient à prélever sur le budget actuel de ZWF (environ 6%, mais certaines subventions d’un montant total comparable ou supérieur risquent de ne pas être reconduites par des collectivités jusqu’alors généreuses pour des raisons bassement politiques et ZWF devra donc compenser pour maintenir ses activités actuelles) et 35k€ qui devraient être générés par l’augmentation des dons et cotisations.

Il me semble équitable que ce soit l’action des groupes locaux qui génère cet accroissement et autant que nécessaire dans le futur (augmentation des effectifs des groupes existants, essaimage, création de nouveaux groupes le plus en amont possible quand se profilent des ennuis à l’horizon,ce qui suppose une activité de veille et la nécessité de "lanceurs d’alerte" ) : mais quand certains en sont encore à mettre 6 mois pour recueillir ...50€... pour une action de leur groupe, très clairement les Veolia et autres multinationales qui se gorgent de profits sur notre dos peuvent voir venir :-(

AID a, à cette occasion, fait l’acquisition de 10 exemplaires du livre "Scénario Zero Waste 2.0" qui sera disponible lors de nos réunions du mardi ( 4 déjà partis le 14/03 !) en échange d’un don de 12€ ou vous pouvez l’acquérir au même tarif en ligne .

Vous pouvez télécharger le "DICO-DECHETS", excellent outil didactique pour déconstruire toutes les horreurs que l’on vous débite pour vous convaincre que vous ne devez rien faire, payer et laisser faire :-). Cet opuscule est en cours d’actualisation.

AID a proposé à Zero Waste France d’adopter la monnaie complémentaire coopek, à la fois pour motiver les donateurs imposables à être plus généreux sans que cela ne leur coûte et pour permettre aux groupes locaux et aux personnes disposant de coopeks de participer de cette manière au financement éventuellement sans débourser d’euros. Comme toute nouveauté, cela nécessitera un certain temps d’étude et de réflexion.

Jean-Marc Tagliaferri

Photo d'un vote de l'AG :-)

J’y étais !

UN BEL ANNIVERSAIRE GRÂCE A VOUS !

Ajout du 29 Mars 2017 d’après un mél de ZWF du 28 Mars 2017

Toute l’équipe de Zero Waste France vous remercie d’avoir participé au week-end des 20 ans de l’association et d’avoir contribué aux nombreux échanges et moments conviviaux durant ces deux jours. Nous étions heureux d’avoir réuni les anciens membres de l’association ainsi que les plus récents, pour célébrer 20 ans d’action citoyenne pour la réduction des déchets.

Affiche des 20ans de ZWF

Vous trouverez, via les liens ci-dessous, en téléchargement :

* Le rapport d’activité 2016 de Zero Waste France

PDF - 2.7 Mo
ZWF Rapport d’activité Web

* Le rapport financier 2016 de Zero Waste France

PDF - 1.4 Mo
ZWF Rapport financier 2016

* Les présentations des ateliers du samedi après midi

PDF - 50.7 ko
ZWF Présentations 20ans

* L’album photo du week-end

Nous espérons que vous avez apprécié cet événement, appris davantage à propos de Zero Waste France et la thématique déchets et fait de belles rencontres.

L’équipe Zero Waste France

CAPANNORI

Un article présent sur le site ZWF présentant la première commune d’Europe à adopter en 2007 une stratégie "Zero Déchet" qui a porté ses fruits.

J’ai eu, lors de vacances en allant par le chemin des écoliers (via Florence, San Marino, le Gran Sasso d’Italia, les chutes (artificielles, datant de l’Empire Romain !) de Terni et le Lac Trasimène :-) à l’Exposition Universelle de Milan 2015, le plaisir de dormir à Capannori le jeudi 13 Août 2015 (en arrivant de Larderello, la plus ancienne usine géothermique du monde) et le lendemain, de visiter la ville et la "boutique" toute proche du très moderne Hôtel de ville (qui exhibe la production instantanée de ses panneaux photovoltaïques) qui notamment reçoit et conseille les habitants.

Et lors du festival Zero Waste France à la cité de la Villette à Paris début Juillet 2016, j’ai eu le privilège de m’entretenir un long moment (en italien mais il parle très bien anglais) avec Rossano Ercolini soi-même, alors président de Zero Waste Europe.

Jean-Marc Tagliaferri


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1912090

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECOLOGIE  Suivre la vie du site Déchets   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License