AID Association initiatives dionysiennes
Moi président le retour ? :-)

LBSJS 128 : "MACRON : phénomène ou imposture ?"

Présentation et débat par Bruno BOURGEON

mercredi 8 mars 2017 par JMT

Ce soir AID a décidé de détricoter, au moyen d’archives sur Internet, de déclarations, de son livre « Révolution » (qui n’a rien de révolutionnaire), d’articles de journaux, de déclarations de tous bords politiques, ce météore.

Pour mieux éclaircir le phénomène ou l’imposture que constitue cette candidature, et ce quelques jours avant son arrivée sur l’île intense, où déjà il a été rejoint par d’habiles ( ?) politiciens locaux alimentaires.

L’ArbraDelis

AFFICHE A4

PDF - 26.1 ko
Affiche LBSJS128

MEDIAS

* Courrier des lecteurs de Zinfos974 du vendredi 10 Mars 11h06

INTRODUCTION

Emmanuel Macron, né le 21 décembre 1977 à Amiens, est un homme politique, haut fonctionnaire et ancien banquier d’affaires français.

Diplômé de l’ENA en 2004, il devient inspecteur des finances avant de débuter en 2008 une carrière de banquier d’affaires chez Rothschild & Cie.

Membre du Parti socialiste entre 2006 et 2009, il est nommé secrétaire général adjoint de la présidence de la République auprès de François Hollande en 2012 puis ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique en 2014 dans le gouvernement Manuel Valls II.

En avril 2016, il fonde le mouvement politique « En marche ! » puis démissionne de ses fonctions de ministre en août de la même année. Trois mois plus tard, le 16 novembre, il annonce sa candidature à l’élection présidentielle de 2017.

Le phénomène météoritique que constitue sa candidature alors qu’il n’a jamais été élu intrigue et fait naître de nombreux soupçons quant à sa probité et ses alliances plus ou moins avouées.

Ce soir AID a décidé de détricoter, au moyen d’archives sur Internet, de déclarations, de son livre « Révolution » (qui n’a rien de révolutionnaire), d’articles de journaux, de déclarations de tous bords politiques, ce météore.

Pour mieux éclaircir le phénomène ou l’imposture que constitue cette candidature, et ce quelques jours avant son arrivée sur l’île intense, où déjà il a été rejoint par d’habiles ( ?) politiciens locaux alimentaires.

Diaporama

* Diapositives

PDF - 59.1 ko
Diaporama LBSJS 128

Article du Quotidien du 24 Janvier 2017 par François MAUGIS

Macron par Maugis

Aie, Macron est bon !

Arrêt sur Images du 10 Février 2017

Mauvaise nouvelle pour beaucoup, mais il va falloir faire avec : Macron est peut-être bidon, mais il est très bon. Alors que sombre jour après jour la campagne de Fillon, alors que celles de Mélenchon et de Hamon vont consciencieusement s’appliquer, dans la meilleure tradition de la gauche, à s’entre-détruire, Macron est libre de prendre son envol. Qu’est-ce qu’une bonne campagne présidentielle, dans les règles françaises ? Un candidat qui se prend pour Jeanne d’Arc, et mène une campagne joyeuse, libérée, inventive, réactive, épousant instinctivement le terrain, et se nourrissant chaque jour de son énergie de la veille.

Ne me répétez pas que Macron est le candidat des medias, et la dernière ruse en date du grand capital et de la mondialisation heureuse : je le sais, et on l’a montré en un seul tableau . Mais pour une fois que les medias ont un beau produit à vendre, ils auraient tort de se gêner. Rien de nouveau, d’ailleurs.

Pour les plus anciens d’entre vous, le précédent exact est la campagne de Giscard en 74, dans laquelle le technocrate chuintant et grisâtre se métamorphosa en quelques jours en animal de meetings, à la frappe dure. On sait comment ça se termina sept ans plus tard, mais c’est une autre histoire.

Il fallait écouter, l’autre jour, sur la scène du théâtre de Bobino, à Paris, Macron renvoyer Fillon à ses turpitudes familiales, balancer à Hamon le syndrôme de Peter Pan (qui refuse de grandir, et de regarder le réel), et renvoyer Mélenchon à "la blanquette de veau du dimanche en famille" (Mélenchon ayant pourfendu l’idée de l’ouverture des bibliothèques le dimanche) pour le réaliser : le gentil candidat des medias tape dur, lui aussi, et il tape où ça fait mal.

Jusqu’à cette vidéo, que m’apporte sur un plateau Twitter ce matin. Macron, en anglais dans le texte, lance un appel aux scientifiques du monde entier qui travaillent sur le changement climatique, et qui verraient disparaître leurs budgets (suivez mon regard) : "les gars, venez chez nous, la France va reprendre le flambeau de la recherche sur le changement climatique".

Fort. Très fort. Très bien joué. La mondialisation, ce ne sont pas seulement les fermetures d’usines. C’est aussi la sauvegarde des pandas et des icebergs. Dans la débâcle trumpienne, un génial clin d’oeil au 18 juin. Chapeau. Et képi. Evidemment, il ne faut pas trop s’abimer les yeux à lire les petites lignes du contrat.

Dans son offensive lyrique de ces derniers jours pour capter une partie des voix écolos, Macron ne promet pas grand chose, comme le recense minutieusement Coralie Schaub, dans Libé.

Reprise de la promesse non tenue par Hollande de fermer les centrales à charbon en France, mais rien sur les centrales exploitées par EDF et Engie à l’étranger ; projet d’encouragement à de problématiques "mines responsables" en Guyane ; porte laissée prudemment entrouverte aux gaz de schiste et aux OGM ; nouveaux entrechats non-conclusifs sur Notre Dame des Landes, etc etc. Mais qui lira les petits caractères ?

Par Daniel Schneidermann le 10/02/2017

Quand Drahi défait la toile de Pénélope

par Pierre Balcon

Tous ceux qui reçoivent cette chaine gratuite, la première de France nous est il rappelé chaque fois qu’on allume la TV, peuvent se rendre compte du soutien massif de BFM TV à Emmanuel Macron !

On a l’habitude de voir les mêmes informations passer en boucle sur cette chaine, donc on n’est pas complètement surpris du procédé . Mais à ce point tout de même… La chaîne n’en a pas démordu ces 3 derniers jours, comme si plus rien d’autre ne se passait en France que l’affaire Fillon.

Quand on y regarde de près, on est en droit de se poser quand même quelques questions sur la machine médiatique qui a décidé, lourdement , d’installer hier le jeune Macron dans le fauteuil du sauveur de la République et de tout faire aujourd’hui pour le positionner à la sortie du premier tour derrière Marine de telle sorte qu’au second tour le fameux mur de verre le propulse sur la première marche.

Les fins observateurs se souviennent de cette information passée inaperçue début octobre 2016 : « Patrick Drahi, homme d’affaires sulfureux, surendetté et très influent pèse de tout son poids dans la campagne du jeune Macron et délégue auprès de lui l’un de ses meilleurs colonels : Bernard Mourad » .

Mais qui est donc ce Bernard ?

Auparavant directeur général de Morgan Stanley à Paris, Bernard Mourad s’est fait connaitre pour avoir épaulé Patrick Drahi sur ses deals dans les télécoms, notamment le rachat de SFR, en 2014.

Durant sa carrière de banquier d’affaires, il s’était également construit une solide réputation dans le secteur des médias en conseillant l’américain Hearst dans le rachat des magazines internationaux de Lagardère. Il avait aussi conseillé Mondadori dans l’acquisition d’Emap France et accompagné des fonds d’investissement pour la reprise d’une partie de Vivendi Publishing.

En 2014, l’histoire du rachat de SFR par Drahi mérite qu’on s’y arrête de près. Lorsque Drahi présente sa candidature au rachat, il entre en concurrence avec Bouygues.

Montebourg est alors ministre de l’Economie et s’oppose à la candidature de Drahi : « Numericable a une holding au Luxembourg, son entreprise est cotée à la Bourse d’Amsterdam, sa participation personnelle est à Guernesey dans un paradis fiscal de Sa Majesté la reine d’Angleterre, et lui-même est résident suisse ! Il va falloir que M. Drahi rapatrie l’ensemble de ses possessions, biens, à Paris, en France. Nous avons des questions fiscales à lui poser ! »disait à l’époque Montebourg. Nous sommes alors en mars 2014.

A la rentrée 2014 Montebourg est viré du gouvernement. Et puis Macron lui succède. Et puis BFM TV nous apprend que Macron vient d’autoriser discrètement le rachat de SFR par Drahi. Le 28 octobre 2014 , le ministre de l’Economie a discrètement donné son feu vert à l’opération.

Ce feu vert était nécessaire suite au décret sur les investissements étrangers, signé le 14 mai 2014 par Arnaud Montebourg justement. Ce décret soumet à l’approbation de Bercy tout rachat dans les télécoms.

Après avoir racheté SFR en 2014, Drahi a racheté en 2015 NextRadio, propriétaire de… BFM TV. L’ensemble, appelé Altice Media, est fusionné par Mourad avec SFR en 2016. Il comporte d’autres titres bien connus comme l’Express qui, lui non plus, ne ménage ni son temps ni sa peine pour donner une bonne image de Macron

Bernard Mourad, le patron d’Altice Media Group a donc abandonné ses fonctions auprès de Drahi pour rejoindre l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron comme conseiller spécial.

Son arrivée a permis de structurer le mouvement « En Marche ! », lancé en avril 2016 par Emmanuel Macron, pour le transformer en véritable parti politique. Bernard Mourad a été plus spécifiquement en charge des questions et relations avec les sphères économiques. Cet ancien banquier d’affaires devrait également apporter une aide précieuse, grâce à ses réseaux, dans la recherche de financements pour la campagne présidentielle. (…)

Macron est aujourd’hui bien placé pour expliquer qu’il est « contre le système » et qu’il veut rompre avec lui.Amusant non ? un patron de presse qui soutient massivement un candidat à la présidentielle …

L’affaire Pénélope un détail de l’histoire vous dis je !!! D’autres ont repris le tissage de la toile, mais d’une autre toile évidemment . Et devinez qui est l’araignée qui va dévorer notre république .

Pierre BALCON

Alerte ! L’Obs dénonce la "bulle" Macron !

Arrêt sur Image du 20 Février 2017

Amis, entendez-vous le doux froufrou des vestes qui se retournent ? Oyez oyez la sensationnelle découverte de L’Obs : Macron serait une bulle médiatique ! Incroyable ! Ce n’est pas l’hebdo qui le dit. N’exagérons rien. Mais il le fait observer par un politologue, Thomas Guénolé.

Lequel (nous sommes bien le 20 février 2017) a remarqué que "on peut raisonnablement qualifier cette situation de gigantesque bulle médiatique. Ceci, pour "vendre" la marque Macron par un effet bien connu des publicitaires : "l’effet de simple exposition". En résumé, cet effet veut qu’en répétant encore, encore et encore le même item à une population, toute une partie de cette population va développer artificiellement un sentiment positif envers cet item.

Bref, cette bulle médiatique Macron, c’est du matraquage publicitaire massif. Je n’ai pas le souvenir de cas aussi puissants récemment". Guénolé ne va pas jusqu’à remarquer que l’hebdo qui héberge cette puissante réflexion a été au tout premier rang de ces medias publicitaires, en consacrant à la marque un nombre record de couvertures, et encore la semaine dernière. A moins que cette partie de ses réponses ait été coupée.

Jusqu’aux journalistes, hier encore macronisés par le spectacle des salles pleines à craquer, qui soudain se frottent les yeux : et si, en fait, il ne disait strictement rien ? Voici quelques jours, dans un délicieux article hélas passé inaperçu du matinaute, Le Monde dressait la liste des plus belles macronneries, depuis « Imaginerait-on Guilvinec ou Lorient sans leurs bateaux de pêche et sans leurs pêcheurs ? » jusqu’à : « On peut être tout à la fois profondément breton, puissamment français et sincèrement européen. » En passant par cette audacieuse définition : « L’agriculture, ce sont les femmes et les hommes qui nous nourrissent chaque jour". Quel bruit ça fait, une bulle qui crève ?

Ne me rappelez pas que voici quelques jours, je trouvais moi-même Macron "bon" en meeting, je m’en souviens. Mais au Macron-Champignac (du nom du maire de Champignac, immortel créateur de macronismes dans Spirou et Fantasio) est soudain venu se superposer un Macron La Gaffe.

Ne rien dire, passe encore ; Mais dire tout et son contraire ne pardonne pas. Sur le cannabis (il faut légaliser, et finalement non). Sur la colonisation algérienne (un crime contre l’humanité, mais avec de bons côtés). Sur le mariage pour tous (ses adversaires ont été "humiliés", mais la communauté homo n’a pas de meilleur allié que lui).

Même l’envoyée spéciale du Monde, Solenn de Royer, est obligée de convenir que le discours de Macron à Toulon, le 18 février, n’était "pas toujours très concret", qu’il a "semblé battre en retraite" (elle n’en est toutefois pas sûre).

Il faut dire que tenter de calmer les pieds-noirs en leur ressortant l’adresse gaullienne qui est, à leurs yeux, le plus cuisant souvenir de leur "trahison" ("Je vous ai compris !") relève tout simplement du chef d’oeuvre. Macron-Champignac arrivera-t-il à sauver Macron La Gaffe ?

Eloquence du maire de Champignac, échantillon

Par Daniel Schneidermann le 20/02/2017

REFERENCES

Vidéos

En 1 : Nicolas Domenach : la migration vers Macron : 3 min

En 2 : Macron, la tomate hydroponique par Lordon : 1 min 30

En 3 : truquage des meetings, version courte de 5 min

En 4 : Asselineau : Macron, la créature d’Attali, et les comptes de campagne : 11 min 05

En 5 : Rafik Smati, fondateur du mouvement Objectif France, sur le personnage Macron, égérie néo-libérale : 11 min 20

En 6 : supercherie, par Christian Vanneste, président du RPF : 6 min 20

En 7 : Le Petit Journal : les dessous du clip de de campagne du mouvement EM, truquage des images : 5 min 30

En 8 : Besancenot sur Macron comme chantre du néo-libéralisme, première moitié ; après, et on s’arrêtera, c’est sur le plafonnement prudhommal et la hiérarchie des normes de la Loi Travail : 8 min

En 9 : [Dany Caligula , Macron comme icône de l’économie de marché-https://www.youtube.com/watch ?v=uleVLTFEx3Q] : 12 min 40

Vous pouvez regarder aussi truquage des meetings (version longue de 18 min)

Articles de journaux

* L’express.fr : travail santé fiscalité

* L’express.fr : nationalité, mariage gay, le slalom

* Lemonde.fr : le bilan d’Emmanuel Macron au gouvernement

* Lemonde.fr : les économistes soulignent l’équilibre du projet d’Emmanuel Macron

* Lefigaro.fr : ces déclarations contradictoires d’Emmanuel Macron

PROCHAINES SEANCES PROGRAMMEES

* Mardi 21 Mars 2017 Cafeco 226 : « Stop au Linky et aux compteurs communicants » par Gweltaz L’HARIDON

* Mardi 28 Mars 2017 Cafeco 227 : « Le droit opposable à l’emploi » par Didier LE STRAT

* Mardi 11 Avril 2017 LBSJS 129 : « Présidentielles 2017, 1er tour » par Bruno BOURGEON

* Mardi 25 Avril 2017 Cafeco 227 : « Présidentielles 2017, 2ème tour » par Jean-Marc TAGLIAFERRI

* Mardi 09 Mai 2017 LBSJS 130 : « Le scénario NégaWatt 2017 » par Bruno BOURGEON

* Mardi 23 Mai 2017 Cafeco 228 : « Législatives 2017, 1er tour » par Bruno BOURGEON

* Mardi 13 Juin 2017 LBSJS 131 : « Législatives 2017, 2ème tour » par Bruno BOURGEON

Contacts GSM : Bruno BOURGEON : 0692 05 45 05 ou JMT : 0692 02 92 71

Contacts mél : bruno.bourgeon@gmail.com ou jean-marc.tagliaferri@wanadoo.fr

Retrouvez le Repaire et sa documentation sur le site web : www.aid97400.re

Le Repaire de Là-bas si j’y suis, un collectif de l’Association Initiatives Dionysiennes. Contact : aid97400@orange.fr

Connaissiez-vous l’émission « modeste et géniale » de Daniel MERMET sur France-Inter ? elle continue sur le net : http://www.la-bas.org/


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1915710

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Repaire de Là-bas Si J’y Suis   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License