AID Association initiatives dionysiennes
L’aventure australienne d’AID continue !

Aborigènes : Vie et mort au pied des mines d’Or

Par Vanessa Escalante

lundi 15 août 2016 par JMT

Requinquée à bloc par son prix en Février 2016, Vanessa Escalante a proposé à AID un nouveau challenge :

"Je prépare un nouveau film en Australie et je vais avoir besoin d’un coup de pouce pour acheter du nouveau matériel de tournage. Pourrez-vous m’aider ? Voici ce que je souhaite filmer à partir de juillet : une jeunesse aborigène entre deux mondes qui milite pour sortir du traumatisme colonial. " AID a répondu oui et compte sur ses donateurs pour continuer l’aventure !

Aborigènes : Vie et mort au pied des mines d’Or

J’ai rencontré Christine Jeffries Stokes, médecin à l’hôpital de Kalgoorlie pendant mon voyage en Australie occidentale. Christine est aussi la maman de Rebecca, une jeune étudiante en art de la nation Aborigène Wongutha qui interviendra dans mon prochain film.

En bus avec Christine Jeffries Stoke et des nouveaux internes de l’Hôpital de Kalgoorlie

J’ai passé quelques jours avec Christine pour mieux comprendre les problématiques des Aborigènes au niveau de la santé et l’accès aux soins. A travers une petite ballade en bus avec les nouveaux médecins de l’hôpital de Kalgoorlie, j’ai pu découvrir les véritables conditions de vie des Aborigènes en Australie.

Je parle des Aborigènes qui ont fait le choix de vivre dans leurs communautés éloignées, sur les terres ancestrales car il est de leur devoir spirituel de protéger leurs terres. Ceux là n’ont accès à aucun service de santé et le gouvernement australien depuis une récente mesure les menace d’exclusion.

Christine Jeffries Stoke ( à gauche ) pendant sa campagne de prévention sur les maladies rénales. Photo : Poppy Van Oorde-Grainger

Donc ici, dans la région Goldfields en Australie de l’ouest, les malades des communautés éloignées doivent faire plusieurs centaines de kilomètres pour avoir accès aux soins dans l’hôpital le plus proche, situé à Kalgoorlie. N’ayant pas les moyens de se loger, les familles et les malades, femmes et enfants compris souvent en dialyse, vivent dans des carcasses de voitures... juste au pied des mines d’extraction d’or !

Mine d’or « Super Pit », la plus grande d’Australie ( détenue par KCGM ). Au pied de la mine, un campement de fortune pour les familles qui se rendent à l’hôpital de Kalgoorlie. Photo : Vanessa Escalante

Perturbant, indécent, de voir des milliards de dollars partir à l’étranger sans qu’aucunes royalties ne soient reversées aux vrais propriétaires des lieux, les Wongutha.

Autre point de vue de la mine d’Or Super pit – Kalgoorlie Photo : Vanessa Escalante

La nation Wongutha recouvre toute la région Goldfields en Australie Occidentale ( Cf carte ). Depuis sa découverte, la Super Pit a produit environ 58 millions de grammes et en 2014, a atteint la position de 5ème plus grand producteur d’or mondial. Aujourd’hui les opérations du groupe place l’Australie comme le second plus grand producteur d’or du monde après la Chine. Roulant au-dessus de ce trésor enfoui, pendant 5 années consécutives, Christine Jeffries Stokes a traversé le désert au volant de son camion-hôpital pour venir en aide aux plus démunis. A raison de 3 semaines par communauté et par an, Christine a fait campagne pour prévenir et enseigner sur les dangers liés au diabète et maladies rénales. ( Projet Santé du Rein Désert de l’Ouest -Western Desert Kidney Health Project ).

Camion Hôpital financé en partie par Aid en 2015. Image issue de la video de Rottney Stratton Pour le « Western Desert Kidney Health project »

C’est ce camion même dont Aid a permis l’achat en 2015 ( Donation de 1500 AUD pour une campagne de 5000 AUD ).

Les communautés de la région Goldfields ( Western Australia ). Image issue de la video de Rottney Stratton pour le « Western Desert Kidney Health project »

Après avoir vu d’aussi près à quoi ressemblait la destruction massive de la terre, j’ai voulu me reconnecter à la nature.

Carte de l’Australie Aborigène. Région Goldfields, territoire traditionnel Wongutha

Le mari de Christine, Geoffrey Stokes qui est l’un des leaders de la communauté Wongutha, ici à Kalgoorlie eet aussi l’un des membres fondateurs de l’Alliance anti nucléaire d’Australie Occidentale ( WANFA ) .

Geoffrey Stokes sur la route de Kalgoorlie à Yeeliree au coucher du soleil. Photos : Vanessa Escalante

Tous les ans, l’alliance réunit des marcheurs qui traversent le désert pendant un mois pour soutenir l’opposition des Aborigènes contre les mines ( Or, Uranium, Fer, Nickel...). Avec Geoffrey j’ai rejoins le groupe de marcheurs dans le bush pendant 3 jours avant leur départ. Je n’ai pas pu participer à la marche qui a démarré le 11 août 2016 faute de préparation suffisante mais l’année prochaine je serai prête.

Marcheurs de l’Alliance Anti Nucléaire WANFA – 8 aout 2016. Photo Vanessa Escalante

L’objectif de la marche cette année est de soutenir l’appel public lancé contre la compagnie « Cameco » qui veut exploiter l’uranium de Yeelirree, située à 420 kms au nord de Kalgoorlie. La compagnie demande au ministère de l’environnement à exploiter 7,500 tonnes d’oxyde concentré d’uranium (UOC) par an.

Moi au lever du soleil dans le bush, 6h du mat avec un bon café au coin du feu.Photo Geoffrey Stockes

Liste des compagnies minières actives en Australie Occidentale. Version à télécharger :

PDF - 228.8 ko

Dialogues traduits de la Vidéo sur le Projet de prévention « Santé du Rein Désert de l’Ouest » menée par Christine Jeffries Stokes.

- « Nous n’avons jamais été libres. Tout le temps nous assistons à des funérailles car les nôtres meurent de problèmes de diabète et de maladies des reins. Beaucoup sont morts dans leur vingtaine et nous les avons perdus. Je veux dire nous n’avons pas seulement perdu des êtres chers mais également leurs potentiels. »

- « Nous devons changer notre mode de vie, ça c’est la 1ere chose. Nous mangeons trop de sucre,des sucettes, tout ça. »

- « Dans le passé nous étions des chasseurs-cueilleurs mais depuis que nous sommes entrés dans ce monde des blancs nous avons commencé à manger de façon malsaine . »

- Christine Jeffries Stokes :

« Le projet « Santé du Rein Désert de l’Ouest » est une fusion entre méthodes traditionnelles d’enseignement, Art et Santé. Les communautés de l’est du Goldfields se sont engagées depuis les 3 dernières années et nous les avons visitées chacune pendant 2 à 3 semaines chaque année et durant les 3 dernières années, afin de leur présenter ce projet fantastique.

Nous avons découvert que l’utilisation de l’art marche vraiment auprès des gens. L’art a permis aux gens de comprendre le message puis ensuite de le partager dans leur propre communauté. Aussi grâce à ce projet nous nous sommes aperçu qu’au sein des communautés, les gens n’avaient pas les mêmes accès aux soins ni le même système de couverture sociale que dans les villes.

La majorité des communautés n’ont rien, pas de clinique, et les gens doivent faire plusieurs centaines de kilomètres pour avoir accès à ces services. C’est un vrai problème parce que dans le cas des maladies liées au reins et le diabète, les dommages apparaissent des années avant que les problèmes se déclarent.

Mais quand cela est évident qu’il est déjà trop tard. Si tu détectes ces maladies suffisamment tôt, tu peux éviter de sérieuses complications. Si c’est pris à temps tu peux les prévenir. Nous avons besoin pour cette prévention que les gens soient informés, éduqués, renforcés et avoir accès a une nourriture décente, une eau décente, des maisons décentes et des services de soins.

Et pour obtenir ça nous devons donner à ces gens une voix. Leur donner confiance et une voix pour leur communauté...et c’est une voix fantastique. »

VERSION ORIGINALE IMPRIMABLE

PDF - 3.4 Mo
Projet Sante Reins WA

NOUVELLES DE VANESSA ET LIENS

15 Août 2016 :

* Pour plus d’information sur l’histoire des communautés, leur création et leur « raison d’être » aujourd’hui dans la cosmogonie Aborigènes, lire le dernier Article de Martin Préaud

31 juillet 2016 :

* je pars la semaine prochaine faire une marche dans le désert sur les terres Wangakthaa contre l’industrie minière avec les alliances antinucléaires australiennes de l’ouest (WANFA et ANFA), the Anti Nuclear Alliance of Western Australia (ANAWA) et Conservation Council of Western Australia (CCWA).

* Tiens, voici une artiste formidable que j’ai rencontrée et que je vais filmer prochainement car c’est une vraie résistante !!! Elle peint essentiellement pour dénoncer les injustices faites aux Aborigènes.

27 juillet 2016

* J’ai commencé à tourner avec l’une des jeunes aborigènes engagées pour la protection des savoirs et de la terre, qui feront partie de mon film. Elle s’appelle Nidala, elle est géniale ( elle était le 12 Décembre 2015 à la Quinzaine à la Bellevilloise, la jeune franco-aborigène à qui j’avais donné la parole )...J’ai filmé une séquence dans laquelle sa tante lui enseigne les savoirs traditionnels dans le bush, la reconnaissance des plantes et aussi une cérémonie de fumigation qu’elles me font :).

* Maintenant, je recherche d’autres jeunes pour mon casting :). J’en ai un de 13 ans qui m’intéresse beaucoup, un futur guérisseur. Il descend en ligne directe d’un grand guerrier Aborigène ( Yagan, dont la tête tranchée a été rapatriée d’Angleterre en Australie qu’en 2010). Ce jeune est enseigné par un ancien des Black Panthers aux savoirs traditionnels et pour canaliser son potentiel de chaman.

* Voici une vidéo que j’ai faite sur cet ex Black panther (je lui ai offert la video). Même si on ne comprend pas tout c’est juste à titre d’info. En fait cet homme a créé un centre de guérison pour les Aborigènes qui existe depuis 20 ans. Il aide des jeunes des communautés à se reconnecter à la culture, mais aussi les femmes à sortir du trauma de viols, de violence et également a soutenir les procès pour la récupération des droits à la terre. C’est énorme !!! J’espère pouvoir filmer un camp avec lui et des jeunes en août...c’est pas gagné, car leurs cérémonies sont très protégées. Mais c’est normal. Je vais faire une donation de mon ancienne caméra à son centre et leur proposerai des workshop video à l’avenir pour que les jeunes s’autonomisent.

*VANESSA ESCALANTE AU PIC DU MIDI DE BIGORRE

*SOVEREIGNTY DREAMING-LA REVOLTE DES RÊVES : LA SOIREE DU 24 AVRIL 2015 A LA POSSESSION (REUNION) et tous les liens internes

LE NOUVEAU CHALLENGE D’AID

Requinquée à bloc par son prix en Février 2016, Vanessa Escalante a proposé à AID un nouveau challenge :

"Je prépare un nouveau film en Australie et je vais avoir besoin d’un coup de pouce pour acheter du nouveau matériel de tournage. Pourrez-vous m’aider ? Voici ce que je souhaite filmer à partir de juillet : une jeunesse aborigène entre deux mondes qui milite pour sortir du traumatisme colonial.

On découvrira plusieurs personnages aborigènes qui dans leurs actions politiques recréeront un possible entre modernité et traditions.

On y verra aussi comment cette nouvelle génération se réapproprie sa culture et la protège.

On y verra notamment une jeune politicienne aborigène faire sa campagne dans les communautés pauvres puis, une franco-aborigène, la fille de Barbara Glowsczesky (cette dernière qui a organisé en 2015 une projection de Sovereignty Dreamings au musée de l’Homme à Paris pour l’Académie Océanienne) qui milite contre le fracking dans le Kimberley.

Le fracking détruit la nappe phréatique australienne : pour les aborigènes, l’eau permet aux âmes des bébés de s’incarner. Donc protéger l’eau est vital pour eux. C’est donc un enjeu à la fois environnemental et culturel.

Le reste des intervenants sera casté sur place. Mes repérages filmés se feront entre les terres d’Arnhem, Sydney et le Kimberley et je vais personnellement investir 8000 euros pour les frais de voyages. Il me faudra aussi peut-être prendre un assistant-étudiant en cinéma sur place, là encore des charges de défraiement.

Donc pour l’instant je peux investir seulement sur ces voyages mais pas dans un matériel de tournage récent et aux normes de l’industrie audiovisuelle.

Mon matériel précédent n’a plus une qualité d’image suffisante et les fichiers seront une galère en post production. Le nouveau matériel de tournage (devis 6869,11€) permettra non seulement de préparer ce sujet mais d’autres avec les aborigènes contre l’industrie nucléaire. Car je vais aussi continuer à suivre l’affaire des déchets radioactifs."

* Engagement actuel d’AID (financé sur fonds propres) : 7.000€ dont 3000€ virés le 16/2 et 1000€ virés le 31/3, le 2/5 et le 3/6 et le 26/6

* Vous pouvez participer (pour reconstituer notre réserve et participer à la suite du financement de ce nouveau film) en faisant des dons à AID (défiscalisables à 66% de votre IRPP, contact : jean-marc.tagliaferri@wanadoo.fr)


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1777966

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site COLLECTES  Suivre la vie du site SOUTIEN A DREAMINGS FILMS   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License