AID Association initiatives dionysiennes
Nuits Debout, nouveau phénomène pour déstabiliser un "établissement" sclérosé ?

Connaissez-vous le 39 mars ?

Les nuits de Saint Denis de la Réunion et de Paris du 8 avril 2016

samedi 9 avril 2016 par JMT

Pourquoi le 39 mars ? parce que la nuit à Paris après la manif contre la Loi scélérate El Khomry, loi qui est la dernière connerie en date de ce gouvernement traître à ses électeurs, qui fut peut-être la goutte d’eau qui fait déborder le vase, a commencé le 31 Mars 2016 au soir

Certains ont pensé que ce mois de mars pouvait être le "Printemps français" (clin d’oeil aux "printemps arabes" en espérant que le français finira mieux !) et qu’après le 31 mars, il ne pouvait y avoir que le 32 mars (et tant mieux si ça emmerde tous les coincés !

Affiche

SAINT-DENIS DE LA REUNION

Lieu : Parvis des Droits de l’Homme à Champfleury

Nuit du 8 avril 2016

Kéti soutenant un arbre de Champfleury

Discours prononcé par Bruno BOURGEON, président d’AID

LE CONVIVIALISME

Un ensemble d’idées qui correspond au Mouvement Citoyen #NuitDebout

Qu’est-ce que le convivialisme ? C’est tout simplement l’art de vivre ensemble. Je veux ce soir vous faire découvrir cet art au travers d’un résumé de l’abrégé du convivialisme, et quelques exemples cités pour éclairer le discours.

Bruno Bourgeon et le convivialisme

Cet ensemble théorique pose quatre questions de base :

  Une question morale : qu’est-ce que les humains peuvent espérer ? Qu’est-ce qu’ils doivent s’interdire ?

  Une question politique : quelles communautés politiques peuvent s’inscrire dans ce mouvement ?

  Une question écologique : Que pouvons-nous prendre et que devons-nous rendre à la Nature ?

  Une question économique : quelles quantités de richesses devons-nous produire pour rester en accord avec les trois premières questions ?

Sans oublier le sens à donner à tout cela : la question de l’invisible, de la religion ou de la surnature.

Ceci nous amène à quatre considérations générales qui découlent de quatre principes. Les quatre principes sont les suivants :

  Un principe de commune humanité : L’Humanité est une et indivisible. Nous en faisons tou-te-s partie, quelles que soient notre couleur de peau, nos croyances, notre sexualité, notre sexe même ;

  Un principe de commune socialité : l’homme est un animal sociable, il ne peut décemment vivre sans le voisinage, le soutien de proches, le sentiment de ne pas être seul ;

  Un principe d’individuation : pouvoir dans ce contexte commun affirmer son individualité, comme le disait Alexandre Vialatte, « L’individu porte un chapeau mou et prend le bus n°22 à l’angle de la rue de la Glacière ». Il est donc unique. Affirmer son individualité, c’est développer sa propre puissance créatrice, mais pas au détriment d’autrui, d’où

  Un principe d’opposition créatrice et maîtrisée : dans lequel toute rivalité doit être féconde et productrice, et non destructrice. Je pense ici aux guerres, mais aussi à toute forme de rivalité que l’on exacerbe dès la petite enfance dans une école où l’on fabrique des machines à écraser les autres.

De ces quatre principes découlent quatre considérations générales :

  Morale : aspirer à une vie bonne dans un respect de la dignité humaine, refuser toute démesure (pas d’hubris), lutter contre la corruption, à ce sujet les temps sont bien mal inspirés de nous montrer le « Panama Papers » qui devrait nous renforcer dans cette conviction

  Politique : dans le respect des trois autres considérations, assurer un minimum de ressources aux plus pauvres, mais aussi un revenu maximum aux plus riches

  Ecologique : inventer la relation don/contredon lorsqu’on emprunte à la Nature, au moins théorique, de telle sorte que l’on rende à la Nature plus que ce qu’elle nous a donnés. Un exemple : la NRL, qui non seulement fait dans le démesure financière, mais aussi prend plus qu’elle ne rend à la Nature

  Economique : rechercher une prospérité sans croissance, car la croissance est révolue, elle est un leurre dans un monde fini, et elle dépend exclusivement (ou presque) de la ressource énergétique inévitablement appelée à s’épuiser. Trouver un équilibre entre l’économie de marché pour les biens individuels, l’économie publique pour les biens collectifs, comme les transports par exemple, et l’économie solidaire pour les biens communs, comme l’accès à une eau de qualité, à une électricité nécessaire, qu’il est abscons sinon abject de confier à des sociétés de fermage privées. Alors que faire ? Nous avons des outils, des armes pour lutter contre les puissances financières qui vont s’opposer à notre volonté de peuple. Ces armes sont pacifiques :

  L’indignation, et plus loin que l’indignation, désigner la honte à faire ressentir à tous ceux qui violent les principes ci-dessus, montrer combien le viol de ces principes non seulement nous font descendre dans notre humanité (dans toutes les acceptions du terme)

  Le développement du sentiment d’appartenir à notre commune humanité, mondiale, en dépit des pratiques cultuelles ou culturelles divergentes

  La mobilisation des affects et des passions par-delà les choix rationnels, d’où l’absolue nécessité de conserver et développer un patrimoine culturel, qui nous feront mieux toucher la plus suprême des vertus, l’Amour, dans toutes ses versions de Platon, Eros, Agapê, et Philia, je vous invite à lire ou relire « Le Banquet », écrit de cet immense philosophe.

Dans quel but ? Pour la rupture et la transition : dans un impératif de justice et de commune socialité, par la résorption des inégalités ; par un souci de redonner vie aux territoires et localités en relocalisant l’économie écartelée au niveau mondial par la globalisation économique, ce qui tendra à diminuer notre empreinte carbone ; pour préserver un environnement et des ressources naturelles (et là, la COP21 a failli en n’imposant pas de laisser dans le sol 80% des réserves d’énergie fossile) ; enfin en offrant à chacun un rôle utile à la société, pour faire disparaître le chômage, par le partage du temps de travail et le revenu d’existence quel qu’il soit.

Nous aboutirons ainsi à la construction d’une société alternative au mode d’existence actuel, où la croissance infinie est représentée comme la solution à tous nos maux, alors qu’elle n’est, elle qu’utopie. Alors que ce que je vous propose, que superficiellement l’on peut qualifier d’utopie, est un avenir joyeux, dans le partage, la sobriété heureuse, et l’abondance frugale. L’utopie d’un jour est la réalité du lendemain.

Dr Bruno Bourgeon, président d’AID 0692054505

PDF - 63.4 ko
Le Convivialisme

Photos

L’affichage

Une intervenante

Un intervenant

Une autre intervenante

PARIS

Lieu où tout a commencé : terrasse de la Place de la République.

JMT (avec un badge AID) et Marie-Cécile Seigle-Vatte photographiés par Jocelyne Le BOULICAUT.

3 écolos sexagénaires en ballade après avoir cassé la croûte sur un banc devant le magasin HABITAT, partagé avec des passants et s’être fait photographiés par d’autres ont :

a) parcouru les terrasses autour de la statue de la République

b) entendu un bout de débat

c) signé une pétition pour le vote blanc

d) rencontré un couple de quadragénaires militants d’Ensemble ( Front de Gauche) avec qui nous avons parlé élections ... et trahisons :-)

e) vu se bâtir l’infirmerie par les étudiants des beaux-arts transformés en bricolos récupérateurs

f) supporté le "beat" lancinant et énervant de sonos sans musique

g) tourné autour de la "grande bulle" où était projetée une vidéo, sans pouvoir y pénétrer

h) été interpelés par un couple de trentenaires sur leur présence et leurs motivations ce qui les a menés à évoquer ... Mai 68

Pour se tenir au courant Convergence des Luttes

Compte rendu des AG depuis le 1er Avril avec vidéos

Programme des jours à venir

Le mouvement parisien a initié une TV sur youtube, « tvdebout » :

ARTICLE DE MEDIAPART DU 8 AVRIL 2016

PDF - 37.5 ko

SOUTIEN DU M’PEP

SOUTIEN À TOUTES LES NUITS DEBOUT !

Par le Parti de l’émancipation du peuple (ex-M’PEP).

Le 8 avril 2016.

Le Parti de l’émancipation du peuple exprime son soutien aux citoyens qui, depuis le 31 mars, dans plusieurs villes de France mais aussi en Belgique et en Espagne, se sont installés pour passer la nuit sur les places publiques. Ces rassemblements pacifiques, ouverts et populaires visent selon leurs initiateurs « à réinvestir l’espace public pour échanger, débattre et construire ensemble ».

Nous appelons à soutenir cette initiative, à y participer et à signer la pétition lancée par le mouvement Nuit Debout. Les militants du Parti de l’émancipation du peuple (ex-M’PEP) iront remettre ces pétitions, dans chaque ville, aux citoyens rassemblés sur ces places.

Texte de la pétition de Nuit Debout :

« Depuis le 31 mars nous, citoyens-nes, sommes installés-ées en toute légalité sur différentes places dans nos villes. Ces rassemblements pacifiques, ouverts et populaires visent à réinvestir l’espace public pour échanger, débattre et construire ensemble.

Malgré les dispersions arbitraires de la police, malgré la pluie et les difficultés matérielles, malgré des tentatives d’infiltration et de récupération par des réseaux d’extrême droite, notre mouvement a réuni chaque jour et chaque nuit des milliers de citoyens-nes différents-es mais DEBOUT partout en France et des soutiens partout dans le monde.

Une foule toujours plus nombreuse de citoyens-nes concernés-ées, engagés-ées ou tout simplement curieux-ses, des femmes et des hommes de tous âges, de tous milieux sociaux, passent sur les lieux de ces différentes nuits debout, participent aux débats et manifestent leur soutien.

Si besoin était, cela confirme l’échec manifeste du travail permanent d’exclusion des citoyens-nes mené par les dirigeants politiques et les faiseurs médiatiques d’opinion.

Pourquoi cette pétition ?

Cette pétition ne porte pas d’autre revendication que de permettre à tous ceux et celles qui veulent participer à une #NuitDebout de pouvoir s’organiser et le faire.

A ceux et celles qui veulent tout simplement apporter leur soutien de pouvoir le faire en deux clics.

Cette pétition est donc un moyen de nous compter localement et globalement. Nous vous demandons de signer et partager massivement. »

Pour signer la pétition, cliquez ICI

Le Parti de l’émancipation du peuple met en débat sa proposition de droit opposable à l’emploi. Pour en prendre connaissance, c’est ICI

SOUTIEN DE CONDROZ BELGE

Aujourd’hui, 39 mars

Bonjour !

Le 39 mars, c’est aujourd’hui (8 avril.)

C’est ainsi que compte le mouvement d’occupation des places en France, qui s’est appelé « Nuit debout » , a commencé le 31 mars à Paris et ailleurs suite à la contestation du projet dit « loi travail », s’est étendu à nombre de villes françaises et n’a pas encore connu d’interruption.

la suite à voir absolument ICI

AVENIR ?

@rrêt sur images, émission du 08/04/2016 par la rédaction

Nuit debout : "Ce n’est pas Periscope qui va foutre la trouille à Valls !" Que va devenir la révolution des connectés ?

Et maintenant, que va devenir La Nuit debout ? Que va devenir ce mouvement social imprévu, inclassable, hyper-connecté, et qui s’est étendu ces derniers jours à plusieurs villes de province et d’Europe ?

Faute de boule de cristal, on peut néanmoins tenter de comprendre le mouvement en le comparant à d’autres rassemblements similaires mais aussi à des mouvements revendicatifs plus traditionnels avec nos trois invités : Jean-Pierre Mercier, délégué syndical CGT de PSA Peugeot Citroën, Arnaud Contreras, producteur pour RFI et France Culture et Judith Bernard, fondatrice du site Hors-Série et partie prenante du mouvement.

LIENS

* Nuit debout dans wikipédia


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1788651

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site NUIT DEBOUT   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License