AID Association initiatives dionysiennes
La Réunion contre la Loi Travail

Loi El Khomry : précarisation des salariés et concurrence déloyale envers les PME

Par Dr Bruno BOURGEON, président d’AID

jeudi 31 mars 2016 par JMT

Le MEDEF est parvenu à convaincre le gouvernement qu’un allégement du Code du Travail et le renvoi à la négociation de branche ou d’entreprise pour fixer les rapports salariés/employeurs lèveraient « la peur de l’embauche » et relanceraient l’emploi.

Or la réforme du droit du travail lancée par le gouvernement n’aura au contraire qu’une seule conséquence : accentuer la pression sur les salariés et sur les PME. Et aucun impact positif sur l’emploi.

Belle affluence aux manifs de Saint Denis et de Saint Pierre .... et du Port !

AID y était

Nous étions quatre d’AID dont trois qui marchaient (Kéti, BB, JMT), le genou de Krys l’ayant condamnée à nous attendre à l’arrivée.

JMT et BB rue de Paris en fin de cortège, avec Olivier d’Attac

Loi El Khomry : précarisation des salariés et concurrence déloyale envers les PME

Le MEDEF est parvenu à convaincre le gouvernement qu’un allégement du Code du Travail et le renvoi à la négociation de branche ou d’entreprise pour fixer les rapports salariés/employeurs lèveraient « la peur de l’embauche » et relanceraient l’emploi.

Or la réforme du droit du travail lancée par le gouvernement n’aura au contraire qu’une seule conséquence : accentuer la pression sur les salariés et sur les PME. Et aucun impact positif sur l’emploi.

Le Code du travail est un bouc émissaire. Le problème réside plutôt dans l’inflation des textes et de mesures dérogatoires qui se superposent sans grande cohérence depuis 30 ans.

Le droit du travail n’a pas vocation à être simple. La jurisprudence de la Cour de cassation est abondante et les normes et les sources du droit social nombreuses.

Ce n’est pas le Code du travail qui rend le droit du travail complexe mais l’empilement des textes. Multiplier les interlocuteurs et les niveaux de négociation (accords de branche, d’entreprise) ne fera que complexifier les choses.

La réforme annoncée ne mènera pas à une simplification, mais à une dérégulation du marché du travail. Si le Code du travail existe, c’est qu’il y a un déséquilibre entre l’employeur et le salarié. Le Code du travail est là pour rétablir l’équité dans cette relation inégalitaire de subordination.

Ce projet de loi sonne le glas des 35 h. Après le « travailler plus, pour gagner plus », la loi El Khomri offre aux salariés la perspective de « travailler plus, pour gagner moins ».

ATTAC et AID avec les copains du SAIPER

L’extension du dispositif « forfaits-jours » qui permet de ne plus décompter les heures de travail, la possibilité de rémunérer 5 fois moins les heures supplémentaires, de fixer la durée quotidienne du travail de 10 à 12 H, de passer la durée hebdomadaire maximale du travail de 44 H à 46 H par semaine, par simple accord d’entreprise, voilà quelques exemples des outils à disposition des entreprises.

Conséquence implacable : augmentation du temps de travail pour ceux qui ont déjà un emploi et éloignement de la perspective d’en retrouver un pour ceux qui l’ont perdu. On s’étonne du fait que la loi ait exclu de mettre en place des dispositifs simples permettant de garder les salariés tout en baissant leur temps de travail quand ça va mal pour l’entreprise.

Ceci marque la volonté d’accroître la pression sur les salariés : « si ce que l’on te propose ne convient pas, des dizaines de personnes frappent à la porte pour prendre ta place ».

Envisager le recours au licenciement économique pour « réorganisation de l’entreprise nécessaire à la sauvegarde de la compétitivité », voilà des termes bien flous pour une jurisprudence foisonnante. Considérer le refus d’un salarié de voir temporairement son temps de travail et son salaire réduit, sans aucune contrepartie comme cause sérieuse de licenciement, revient à laisser à l’employeur le droit de décider unilatéralement d’envoyer des familles entières dans la précarité.

Plafonner les indemnités prud’homales en cas de licenciement dépourvu de cause réelle. Nombre d’employeurs ne manqueront pas d’utiliser le licenciement comme variable de gestion. Un risque maximal de 15 mois de salaires pour un salarié ayant plus de 20 ans d’ancienneté, la belle affaire !

Le gouvernement se défend de toutes atteintes aux droits des travailleurs au motif que les dérogations seraient issues des négociations entre les employeurs et les syndicats. Or le taux de syndicalisation a été divisé par 4 en 60 ans, à l’heure actuelle il n’est plus que de 8%.

Intersyndicale : FSU, Solidaires, Unef

Or la culture de la négociation ne se décrète pas. Permettre qu’un référendum d’entreprise valide un accord, lorsque les syndicats représentants 70 % des salariés de l’entreprise s’y opposent, est le signe d’un mépris envers les organisations syndicales.

Comment croire ce gouvernement qui prétend favoriser le dialogue social ? Le lien de subordination n’est pas qu’une vue de l’esprit et, dans un contexte de chômage de masse et de mise en concurrence des travailleurs sur le marché de l’emploi, le rapport de force est déséquilibré. Cela conduira inévitablement à un dumping social et complexifiera la situation du salarié qui, en changeant d’entreprise, changera aussi de droit qui lui est applicable.

Les TPE/PME ne vivent pas, du fait de leur surface financière réduite, et d’une capacité de provisions de risque souvent limitée, le même risque à l’embauche que les grandes entreprises.

Elles ne disposent que rarement d’opportunités de mobilité interne pour réajuster leur main d’œuvre. Enfin, rares sont celles qui disposent des ressources juridiques. En renvoyant aux accords d’entreprises, donc à la négociation syndicale, alors même que la négociation avec un salarié mandaté par un syndicat extérieur à l’entreprise est souvent un point de blocage, il n’est pas du tout sûr que la négociation soit le plus court chemin pour aménager le droit.

Non seulement la réforme crée une concurrence déloyale entre grandes entreprises et TPE/PME, alors que ce sont elles qui vivent le droit du travail de la manière la plus pénalisante, mais aussi fait-elle abstraction du gisement d’emplois que peuvent constituer les 3 millions de TPE/PME françaises.

Oui à une réforme du Code du Travail, à condition :

  que soient limitées les dérogations qui, loin d’avoir un impact positif sur la création d’emploi, ont un impact négatif sur les inégalités, la précarisation, le bien-être et les revenus des travailleurs ;

  que le dialogue social et la représentation syndicale aient toute leur place dans l’entreprise, et que le gouvernement mette l’accent sur une véritable responsabilisation des acteurs sociaux ;

  que le Droit du Travail prévoie des dispositions quand les choses vont mal en associant au volet « flexibilité », un volet « sécurité ». Sinon ce ne sera pas plus d’emplois, mais plus de chômage ;

  que la législation du travail n’omette pas de prévoir des dispositions quand les choses vont bien. Il est révélateur de constater que le gouvernement a totalement omis cet aspect dans son projet ; que le recours à la négociation d’entreprise serve à une amélioration de la situation des salariés et des demandeurs d’emplois, non à sa remise en cause ;

  que le législateur tienne compte du fait que du grand groupe à l’entreprise familiale, tous les employeurs ne sont pas sur un pied d’égalité, et que les TPE/PME, principales sources de création d’emplois en France, méritent d’être soutenues ;

  que la loi conserve une mention claire de la durée légale du temps de travail et préserve le taux de rémunération des heures supplémentaires pour un meilleur partage du travail ;

  que la législation du travail ouvre la réflexion à une véritable réduction du temps de travail.

La question de la réforme du droit du travail est politique. Souhaitons-nous continuer à déréguler le marché du travail, sans aucun effet positif sur l’emploi ou l’économie réelle dans l’objectif de maximiser les profits des grands groupes ? Ou souhaitons-nous assurer des droits fondamentaux, du vivre-ensemble et un projet de société adapté aux évolutions actuelles du monde ? La réforme constitue l’opposé de ce en quoi nous croyons : une meilleure répartition du temps de travail et des richesses.

Dr Bruno Bourgeon, Président d’AID, Ex-adhérent de Nouvelle Donne

PUBLICATION MEDIAS LOCAUX

* Courrier des lecteurs de Zinfos974 du Jeudi 31 Mars 2016 - 13:19

* Clicanoo.re publié le 2 avril 2016 02h30

BB attendant le départ de la manif au carrefour du Petit-Marché

LIENS

* Radio Freedom journal de 12h00 du 31 Mars 2016 interview de Bruno Bourgeon et de Jean-Marc Tagliaferri par Charles Lhuillier entre 2’40" à 3’48" (pointage selon Charles Durand du Brûlé)

* Loi du travail : les syndicats dans la rue Clicanoo.re publié le 31 mars 2016 10h26

* Le projet de loi El Khomri mobilise des milliers de manifestants

Deux manifestations étaient programmées ce jeudi à La Réunion, à Saint-Denis et à Saint-Pierre, contre le projet de réforme du Code du travail. Des manifestations qui faisaient écho à l’appel de syndicats de travailleurs et étudiants au niveau national et qui ont mobilisé respectivement 3500 et 3000 personnes selon les syndicats. Cette journée de mobilisation nationale est censée constituer le point culminant de la contestation, qui s’est déjà manifestée les 17 et 24 mars derniers, à travers les mobilisations étudiantes. Pour les contestataires du projet de loi El khomri, le projet représente à leurs yeux, et ce malgré les modifications concédées par le gouvernement socialiste, une régression pour le droit des travailleurs. Les manifestations se poursuivent actuellement dans plusieurs villes de métropole. Retour sur la mobilisation avec Pierre Marchal/AnakaoPress.

Article Zinfos974 du Jeudi 31 Mars 2016 - 14:20

* "Travailler moins, vivre plus", "Stop ek lé Khonri"... les slogans de la manif Clicanoo.re publié le 31 mars 2016 17h06

LES PHOTOS DE KRYS

Si son genou l’a empêchée de gambader du Petit-Marché aux Jardins de la Préfecture, il ne l’a pas empêchée de se poster sur la rampe d’accès à l’agence Air France pour avoir une vue panoramique sur l’arrivée des troupes. Nous présentons ci-dessous une sélection des photos de participants non cités précédemment (enfin presque :-)

La CFDT qui d’après Radio Freedom "s’interrogeait et n’appelait pas à manifester comme CFE-CGC, CFTC" était pourtant bien présente !

Les gros bataillons de la CGTR étaient là même si moins fournis

La CGTR Ports et Docks ou la mémoire des luttes qui remontent à un siècle

D’autres gros bataillons avec FO, représentée également par d’autres syndicats de la confédération.... dont le SNITPECT avec 3 participants

L’arrivée de la manif dans les jardins sous la Préfecture

Et il n’y avait pas que des syndicats ou associations, les copains du Front de Gauche étaient là pour soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon aux présidentielles 2017. Nous avons vu également des membres éminents du PCR (qui salue sur zinfos974 le succès des manifestations ) comme Maurice Gironcel et Ary Yee-Chan-Tchi-Kan

Et Kéti Lisador qui ne sait toujours pas qu’un parapluie AID n’a d’intérêt qu’ouvert et en l’air pour faire voir le logo !!!!

Et ben oui, on est arrivés au bout ! Et même jusqu’au Roland-Garros où nous avons fini tous les quatre :-)


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1789169

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site TRAVAIL   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License