AID Association initiatives dionysiennes
Petites tracasseries administratives ordinaires ?

Mairie de Saint-Denis : deux poids, deux mesures ?

Par Dr Bruno BOURGEON, président d’AID

lundi 28 mars 2016 par JMT

La « Case à Rosa », restaurant de cuisine méditerranéenne, installé rue de Nice à Saint-Denis, s’est vue refuser une demande d’utiliser le trottoir de la rue devant l’établissement comme terrasse pour étendre ses possibilités d’accueil de ses clients.

Navigation rapide

Lettre ouverte

La « Case à Rosa », restaurant de cuisine méditerranéenne, installé rue de Nice à Saint-Denis, s’est vue refuser une demande d’utiliser le trottoir de la rue devant l’établissement comme terrasse pour étendre ses possibilités d’accueil de ses clients.

La case à Rosa et son trottoir

La réponse de la mairie en date du 21 mars 2016 -voir pièce jointe- est que « l’occupation d’une terrasse sur le trottoir présente un risque important de sécurité pour les piétons et les personnes à mobilité réduite ». Il est vrai que le dit trottoir est divisé longitudinalement en piste cyclable et passage pour piétons.

La réponse de la mairie de Saint-Denis

Or le restaurant directement mitoyen, le « Kabar », au 20 rue de Nice, utilise ce trottoir pour sa terrasse, et diminue d’autant la largeur du trottoir utilisable.

A tel point qu’aux heures des repas, il est impossible pour le cycliste que je suis d’utiliser la piste cyclable prévue à cet effet sur cette portion de trottoir, la terrasse du « Kabar » empiétant trop largement sur le trottoir, avec en sus un auvent gênant la circulation des cyclistes obligés de se mettre à plat ventre sur leurs vélos pour pouvoir passer, sinon de circuler sur la chaussée réservée aux voitures, ce qui est dangereux.

Le "Kabar" et son trottoir, avec à gauche la "Case à Rosa"

La question se pose donc : pourquoi y a-t-il deux poids, deux mesures ?

Pourquoi le « Kabar » a-t-il l’autorisation d’empiéter sur le trottoir et la piste cyclable, et pas la « Case à Rosa », directement mitoyenne de ce premier restaurant ?

Quels sont les « avantages » dont a pu profiter le « Kabar » dont n’a pas profité la « Case à Rosa » ? Que signifie cette iniquité ?

Pour ma part, je pense que si on autorise l’un, on doit autoriser l’autre.

Sinon, en tant que cycliste utilisant tous les jours cette voie, mon avis est qu’il faudrait interdire à ces deux restaurants l’utilisation du trottoir à des fins mercantiles, offrant de surcroît un risque de sécurité comme l’écrit si bien Jean-Claude Fidji, élu délégué sur ce dossier.

Une réponse et une action de la mairie s’imposent donc.

Bruno Bourgeon, président de l’Association Initiatives Dionysiennes

Suivi médiatique

* Courrier des lecteurs de Zinfos974 du Lundi 28 Mars 2016 - 23:16


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1778360

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SERVICES PUBLICS, NOTRE BIEN COMMUN !  Suivre la vie du site Aménagement   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License