AID Association initiatives dionysiennes
Vers la renaissance d’une production traditionnelle

LBSJS 117 : « La relance de la culture d’un cacao bio en mode agroforesterie à La Réunion : perspectives »

Présentation par Simon VIENNE et Hubert HERVET

jeudi 3 mars 2016 par JMT

RDV à « L’ArbraDélis’ » Mardi 8 Mars 2016, de 18h à 20h30, 1 Place Sarda Garriga (Barachois) Tel 0262 56.96.22.

Repas partagé ensuite pour ceux qui désirent continuer à échanger

AFFICHE A4

PDF - 33 ko

PUBLICATIONS

* Zinfos 974 du Vendredi 4 Mars 2016 - 06:12

INTRODUCTION

A l’heure où des initiatives de relance de la culture du cacao se font jour dans l’île, l’Association Cacao Péi nous fait une présentation de son projet de relance d’une filière qui a existé dans l’île jusqu’au début du siècle dernier.

Cacao Péi va aussi nous présenter les particularités du cacao dans le monde et des modes de culture en cours dans divers pays. Ce voyage dans le monde du cacao va nous amener de l’Amérique Latine (Amazonie) où le cacao est né, jusqu’aux pays d’Afrique et d’Asie qui ont adapté cette activité.

Cacao Péi nous expliquera comment le modèle productiviste et intensif propagé dans le monde entier (et devenu la norme), conduit à des aberrations et des déséquilibres majeurs (économiques, sociaux, nord-sud, environnementaux et sanitaires).

Face à ces déséquilibres, de nombreuses initiatives sont lancées sur plusieurs continents afin de relancer une culture dans un mode compatible avec les équilibres à long terme.

A La Réunion, l’idée de Cacao Péi, est de lancer un modèle basé sur les principes suivants :

* produire, transformer et consommer localement en priorité

* offrir une alternative (diversification) à la canne à sucre dans certaines parties de l’île

* récupérer du savoir-faire (nombreux métiers : fermentation, séchage) valoriser les territoires et détecter de nouveaux terroirs

* s’appuyer sur l’économie sociale et solidaire

DIAPORAMA

PDF - 907.8 ko
Diaporama Cacao Péi

Du cacao pays dans l’Est

Clicanoo.com publié le 4 avril 2015 02h30

Il y a six étapes de transformation, depuis la récolte des fruits du cacaoyer jusqu’à l’obtention de fèves de cacao concassées utilisées dans la fabrication de chocolat.

Hubert plante du cacao à Sainte-Suzanne. Il a une dizaine de pieds. Avec ses amis, des passionnés de botanique (dont Philippe, qui est dans le cacao depuis une vingtaine d’années), ils sont persuadés qu’il peut y avoir à nouveau une véritable filière "cacao" à la Réunion.

Il est vrai qu’au début du XXe siècle, le quartier de Bas-de-la-Rivière à Saint-Denis abritait une chocolaterie. Une dizaine d’employés fabriquaient "Le Meilleur". Mais après la guerre, cette production locale n’a pas résisté à la concurrence du chocolat importé.

Or, attestent des producteurs locaux, "pendant la période de maturation des fruits, entre le mois d’août et décembre, on peut avoir jusqu’à 7 récoltes. Soit pratiquement une fois toutes les 3 semaines".

Frédéric Descroix de la Cirad, spécialiste et initiateur du projet cacao suit de près cette question d’une filière locale : "Depuis un an et demi, nous avons mis en place un réseau d’expérimentation sur le cacao dans l’Est , région humide. Quatre producteurs participent à ce projet. Des résultats seront connus d’ici à deux ans après les premières récoltes. Puis on verra si c’est concluant ou pas", dit-il.

Mais prévient-il, "en terme de coût de production lié à la main-d’œuvre, comparativement à d’autres pays producteurs et en tenant compte du cours mondial, l’émergence d’une véritable filière à la Réunion paraît difficile".

Et d’ajouter encore : "Dans tous les cas, il va falloir produire du cacao d’excellence, du très haut de gamme et trouver des acheteurs potentiels".

Avis aux amateurs... et aux politiques, grands avocats de l’agriculture réunionnaise.

Cacao Péi le retour

Article du Quotidien repris par Dofoto974 du 15 mai 2015

Madeleine Hervet, épouse d’Hubert, examine une cabosse

"Des tablettes en 2020 – Le pari du cacao péi" à la Une du Quotidien de ce vendredi. C’est le pari de l’association Cacao Péi qui croit dans cette filière qui a existé à La Réunion. Hubert Hervet, l’un de ses membres, est en Métropole depuis près d’un mois pour faire le tour des grands chocolatiers de France, avec dans ses valises des échantillons de fèves de cacao péi.

Cacao Péi lance une alerte au Criollo

Clicanoo.com publié le 6 décembre 2015 02h30

Agriculture. La Réunion a produit et pourrait reproduire du cacao. Hubert Hervet et Simon Vienne en sont persuadés. Depuis trois ans, leur association Cacao Péi tente de relever le défi.

Hier, rue Gasparin à Saint-Denis, l’association a fait un nouveau pas pour structurer son projet et tendre vers la création d’une société coopérative d’intérêt commercial.

Avec ce cadre juridique et économique, les associés espèrent regrouper tous les producteurs isolés de cacao. "Nous sommes en train de faire le recensement de tous les cacaotiers de l’île, souligne Hubert Hervet. Cela nous sera d’un grand secours pour sélectionner les plants".

L’idée est évidemment de rentrer dans une culture de niche, sur le modèle d’agroforesterie, en circuit court avec une transformation locale. Un peu sur le même modèle du renouveau du café Bourbon pointu.

Un modèle fondé sur les principes de l’économie sociale et solidaire. Qui au départ ne permet pas d’entrevoir des sources de revenus mirobolantes mais qui sur la durée peut s’avérer être payante et une source d’emplois.

Actuellement l’association dispose d’un stock de 3 500 plants, "Criollo" certifiés par le Cirad. Un type de cacaotier en provenance de l’archipel des Moluques et introduit dans l’île par Pierre Poivre et Joseph Hubert, le botaniste et naturaliste bénédictin du XIXe siècle.

Le Cirad serait d’ailleurs sur le point d’analyser le génome des plants pour en comprendre l’histoire des origines. Le plant Criollo signifiant créole, il recèle un métissage mystérieux à découvrir.

En attendant la première production de cacao, les équipes du Cirad travaillent sur la transformation post-récolte qu’il convient d’adapter aux conditions climatiques de La Réunion pour pouvoir obtenir un cacao de grande qualité. Il s’agit notamment de travailler sur la durée de fermentation. La culture du cacao se surveille comme le lait sur le feu

LIENS

* Cacao sur Wikipédia

* SI LA REUNION PRODUISAIT SON CACAO ? Agrofil du 24 Avril 2015

PROCHAINES SEANCES PROGRAMMEES

* Mardi 22 Mars 2016 Cafeco 215 : « Le Salaire à Vie » d’après Bernard FRIOT

* Mardi 12 Avril 2016 LBSJS 118 : « Pesticides : danger mortel ! » par Dr Bruno BOURGEON

* Mardi 26 Avril 2016 Cafeco 216 : « 5000 ans de dette » par Jean-Marc TAGLIAFERRI

Dates prévisionnelles des séances suivantes 2016 (sous réserve) :

* Mardi 10 Mai 2016 LBSJS 119

* Mardi 24 Mai 2016 Cafeco 217

* Mardi 14 Juin 2016 LBSJS 120

* Mardi 28 Juin 2016 Cafeco 218

* Mardi 12 Juillet 2016 LBSJS 121

* Mardi 26 Juillet 2016 Cafeco 219

* Mardi 09 Août 2016 LBSJS 122

* Mardi 30 Août 2016 Cafeco 220

* Mardi 13 Septembre 2016 LBSJS 123

* Mardi 27 Septembre 2016 Cafeco 221

* Mardi 11 Octobre 2016 LBSJS 124

* Mardi 25 Octobre 2016 Cafeco 222

* Mardi 8 Novembre 2016 LBSJS 125

* Mardi 22 Novembre 2016 Cafeco 223

* Mardi 13 Décembre 2016 LBSJS 126

Contacts GSM : Bruno BOURGEON : 0692 05 45 05 ou JMT : 0692 02 92 71 bruno.bourgeon@gmail.com ou jean-marc.tagliaferri@wanadoo.fr


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1783214

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Repaire de Là-bas Si J’y Suis   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License