AID Association initiatives dionysiennes
Supplément des 14-15/12 à Le Monde 2

Comment les riches détruisent la planète

Ils sont 94 970 sur la planète et ils ont faim.......

mercredi 19 décembre 2007 par JMT

Ils sont 94 970 sur la planète et ils ont faim. Faim d’objets pharaoniques, uniques, extravagants. A la hauteur de leurs fortunes, supérieures à 30 millions de dollars. Pour eux, les économistes ont inventé le terme d’"ultraluxe". Il correspond à la consommation de ceux que Martina Weimert, directeur de projet chez Capgemini Consulting, définit comme les "Ultra-High Net Worth Individuals " dans le Rapport 2007 sur l’état mondial des fortunes personnelles, les ultra-HNWI (hors résidence principale). Soit en français : les ultrariches. Leur nombre augmente de 11,3 % par an.

Ensemble, leur patrimoine atteint 13 000 milliards de dollars, une somme globale astronomique qui fait 16,8 % de mieux par an. Toujours selon la même étude, sont rangés dans la case "Riches", ou simples HNWI, ceux qui ont des fortunes dépassant 1 million de dollars. On voit le fossé entre les deux catégories.

Osons l’écrire : les ultrariches ne savent ni où ni comment dépenser leurs millions. C’est obscène ? C’est une vérité. Car la demande, pour la première fois, excède l’offre dans des proportions extrêmes, voire dangereuses. Au point que certains chercheurs soulignent l’urgence qu’il y aurait à réinjecter cet énorme afflux d’argent dans les circuits économiques - une situation qui n’a pas d’équivalent dans l’histoire de l’enrichissement personnel.

Si les médias nous rebattent les oreilles au sujet des "nouveaux riches", fortunes bâties ces quinze dernières années sur le pétrole, les matières premières, les nouvelles technologies et les hedge funds (ces produits boursiers à hauts risques et hauts rendements), ils écrivent assez peu sur l’incapacité de cette nouvelle tribu planétaire à satisfaire ses "investissements de passion".

Ses membres ne veulent que de l’édition limitée, voire du "01 ?, de la pièce unique. Des objets conçus rien que pour eux. Les listes d’attente s’allongent. La production ne suit pas. Et les frustrations s’aiguisent.

Certains, pour se calmer, recherchent la transgression et l’adrénaline qui marche avec. Récemment, quatre hedge funders de la City ont demandé à être parachutés dans la jungle amazonienne avec un simple couteau de survie. "Leur challenge est bel et bien de se maintenir au-delà du lot commun", écrit Robert Frank, auteur de Richistan : A Journey Through the American Wealth Boom and the Lives of the New Rich ("Un voyage à travers le boom américain de la fortune et les vies du nouveau riche"). Et d’expliquer que le problème n’est pas qu’ils sont de plus en plus riches, - encore que. - mais qu’ils sont de plus en plus nombreux.

Par exemple, nos ultrariches sont en ce moment même très excités par les sous-marins. Ils achètent l’Ocean Pearl, qui ressemble à un gros joujou façon Nautilus du capitaine Nemo, et peut se fixer à leur yacht. Ou investissent carrément dans un plus gros modèle, tel l’impressionnant Phoenix 1000 à 56 millions de dollars qui offre 454 m2 sur quatre niveaux et des suites pour les invités.

Ils s’enflamment aussi pour le Javelin MK10 - 4,5 millions de dollars - exquis petit avion de chasse pour deux, "designed for heads, built to perform" ("conçu pour les chefs, construit pour la performance") adapté à l’aviation civile et commercialisé par la firme américaine ATG. Il était exposé au Airshow de Dubaï, en novembre.

L’INVERSE EXACT DU LOOK PARVENU

Postulat de base : l’ultraluxe n’a rien à voir avec le luxe. Et cette réalité panique les grandes maisons de luxe, qui sont prises à revers, elles qui ont tout misé ces dix dernières années sur des stratégies marketing de démocratisation et de marques, vidées de tout contenu. Avec parfois une grande vulgarité. Ces maisons remontent dare-dare dans le très haut de gamme, les commandes particulières, où il y a beaucoup plus d’argent à gagner. Avec des savoir-faire qui se trouvent encore en Europe ou au Etats-Unis.

Mais quel retard ! Les objets que les ultrariches veulent ne se fabriquent pas en un tour de main. Suffit-il de mettre un diamant de 3,5 carats sur le fermoir et de tirer le sac à treize exemplaires pour faire l’affaire ? On pense au Diamond Forever de Chanel. Au Birkin de chez Hermès "dénaturé", lui aussi, par son fermoir en brillants.

Ivana nous attend au bar d’un très bel hôtel parisien. Une indiscrétion d’un service de sécurité nous a mise sur sa piste. Elle est habillée d’une jupe bleu nuit montée à la taille en corselet et blouse blanche. On dirait du Jil Sander, l’inverse exact du look parvenu ! Il va falloir revoir les clichés du bling-bling.

Née à Ekaterinburg, dans l’Oural, elle est russe. Elle arrive de Dubaï et attend une amie chinoise. Elle revient d’un shopping éclair avec juste quelques montres. Trois Hermès, une Cartier. Le gros de ses achats lui a été livré directement. Elle a "dévalisé Chanel".

Pourquoi n’achète-t-elle pas au Goum de Moscou, sur la place Rouge, où toutes les marques françaises ont ouvert des magasins ? Ivana n’évolue déjà plus dans ce monde-là : elle, elle appartient à cette "hyperclasse", "hypernomade", telle que la définit Jacques Attali dans son Dictionnaire du XXIe siècle (Fayard, 1998). Aujourd’hui à Paris, demain à Londres. Dans trois jours sur une île inconnue de tous. La vie en jet supersonique.

TOUTE UNE ÉCONOMIE PARALLÈLE

Comment fonctionne ce business de l’ultraluxe ? Puisqu’il n’est exposé ni dans les vitrines ni dans les catalogues, et qu’il est encore en partie à inventer. Des gens très malins, brillants, bosseurs ont pigé le vide sidéral. Ils se sont infiltrés entre les maisons de luxe et ces nouveaux clients affamés de tout. Ces intermédiaires organisent des ventes privées, sous haute sécurité, dans les palais et les palaces du monde entier. Ils ont créé des bureaux dits de "conciergerie de luxe".

La réussite foudroyante de Quintessentially, société lancée en 2000 par deux jeunes British, dont l’un est le neveu par alliance de Camilla Parker Bowles, l’épouse du prince Charles, a donné de l’appétit à ceux qui possèdent des carnets d’adresses dorés sur tranche. Les paons albinos fournis pour une fiesta de la chanteuse Jennifer Lopez sont un des coups qui ont établi la légende de Quintessentially. L’abonnement vaut 36 000 euros par an. Il existe des tarifs moins élevés.

Un nouveau job de haute volée s’organise également, celui des IPS, comprendre International Personal Shoppers ("acheteurs personnels"). Des hommes et des femmes bluffant de savoir-faire. Redoutables aussi. Des Néerlandais ont créé le Salon des millionnaires. Et des magazines spécialisés voient le jour. Toute une économie parallèle, difficile à pénétrer. On ne communique pas.

Exceptionnellement, Le Monde 2 a pu assister le 28 novembre à une vente privée à Paris. Celle qu’Isabelle Dubern, directrice du 10 Vendôme, organisait au Park Hyatt, 3, rue de la Paix, dans les 250 m2 de la "suite impériale". Isabelle Dubern, blonde trentenaire, femme de diplomate et mère de trois enfants, a créé 10 Vendôme il y a quatre ans (avec Emilie Lacoste, depuis retirée de l’affaire) "pour en finir avec la vente arrogante avec les pauvres, obséquieuse avec les riches que pratiquent encore trop souvent les grandes maisons du luxe. Il fallait importer en France ce service impeccable et ludique que les Anglo-Saxons font si bien".

La jeune femme, connue pour ses nerfs d’acier, ne craint pas d’organiser un mariage princier à Riyad, emportant avec elle vingt-deux malles de vêtements, une équipe de cuisine de chez Ducasse, les pâtissiers du Bristol. Tout devait être 100 % français. Tout devait être blanc. Sa réputation : être remarquablement pointue dans tous les domaines de la mode.

En quoi l’événement du Park Hyatt est-il emblématique de notre sujet ? Cécile Blin, ex-directrice du Monaco Yacht Show, aujourd’hui présidente de Middle East Luxury Consulting, bureaux aux Champs-Elysées et à Dubaï, la trentaine et l’air d’un chat sauvage, négocie au téléphone devant nous un yacht de 50 mètres à 20 millions d’euros, qui ne sera prêt qu’en 2009, ultrarapide, ultraléger parce que fabriqué en carbone et Kevlar par Couach, une société du bassin d’Arcachon. Le combiné raccroché, elle pense que la vente est quasi faite. Elle part déjeuner.

Vuitton était présent aussi avec, entre autres objets, une minaudière en or 18 carats. Pièce unique évaluée à 230 000 euros. Et une malle de voyage vraiment too much pour emporter partout avec soi trente-trois petits sacs de couleurs différentes, comme s’il s’agissait de jouets, d’une valeur de 150 000 euros !.

Dans une autre pièce, un simple étui à rouge à lèvres KissKiss de Guerlain, dessiné par une des coqueluches montantes du design, Hervé Van der Straeten, superposition de trois dés à jouer avec diamants figurant des chiffres aléatoires, se vend 45 000 euros. Une cliente japonaise en violet vif s’intéresse à une parure en diamants multicolores de David Morris, joaillier à Londres sur New Bond Street - près de 3 millions d’euros. Et la collection Fleurs fatales de Boucheron est présentée en avant-première à un prix méchamment vénéneux !

L’ultraluxe, c’est l’ultime jeu de société qui se joue entre des clients et des vendeurs hors pair. Ces derniers savent l’art du téléphone, celui d’exciter la convoitise et d’anticiper à l’infini, tout en laissant les clients "s’amuser avec eux". Chats et souris. L’art aussi de faire attendre, de mettre en perspective la frustration. Et des montagnes de fric dorment sur des comptes aux îles Caïman. C’est rageant.

Alors que les clients veulent tout, tout de suite, sortant leur "Black" comme un sésame (la carte American Express Centurion, qui doit son nom au titane dans lequel elle est fabriquée - 900 titulaires en France), permettant des achats quasi illimités. Ou paient cash avec des espèces sorties de leur mallette Président, après un bref arrêt chez Morgan Stanley.

L’Anglo-Marocain Tidjani Bensalah - son père est né à Ouarzazate - est considéré, y compris par ses pairs, comme "la Rolls Royce" des IPS. Il travaille avec plusieurs maisons. "Londres, c’est les banques, et Paris les magasins. Voilà pourquoi notre clientèle, quand elle est en Europe, vit à Londres, explique cet homme insaisissable. Un banquier anglais commence par prendre l’argent, un banquier français commence par submerger le client sous les papiers administratifs. Regardez avenue Montaigne, il n’y a pas de banques, il faut aller jusqu’aux Champs-Elysées. C’est déjà trop loin !"

Il ajoute : "Si on avait l’agressivité commerciale des Italiens et le pragmatisme bancaire des Anglo-Saxons, la France, qui est encore dans l’imaginaire de tous le pays du luxe, tirerait un bien meilleur parti de ce pactole." Lui, il se moque du "snobisme des gens de fauteuil" des maisons de luxe. Lui, il est sur le terrain. Il se bouge. Sa devise est celle des trois A : "Alert, Alive, Aware" ("attentif, vivant, informé"). Et drôle avec ça : "Dans le milieu, on a l’habitude de dire : le lundi, nos clients sont chez leur banquier, le mardi, chez leur psy et le mercredi chez nous."

Les besoins de cette hyperclasse deviennent tels que ces IPS, apporteurs d’affaires, spécialistes des commandes particulières, ont vu leur profession prendre un essor exponentiel. "Les nouveaux riches se sont fait tellement matraquer au début qu’ils ont vite compris qu’ils avaient besoin d’intermédiaires anonymes."

La profession, fondée sur la confiance et le secret, n’est pas sans risques. Comme on pouvait le lire à la "une" du Guardian du 16 novembre : El Hage, intermédiaire depuis vingt ans de la famille royale d’Arabie saoudite, n’a jamais été remboursé d’achats effectués par le fils même du roi pour une somme de 3 millions de livres sterling (Chevrolet 4 x 4, armes de poing, fusils longue portée vision nocturne, "filles" à Casablanca.). Le prince, aujourd’hui ambassadeur en Grande-Bretagne, affirme que tout va s’arranger à l’amiable. Le procès néanmoins suit son cours.

Deux autres IPS ont préféré garder l’anonymat. L’un, freelance, spécialiste des garde-robes masculines, évoque "la cruauté d’une clientèle qui a piqué la caisse et sait qu’elle peut tout perdre aussi vite qu’elle a gagné". Et le second, diplômé d’une grande école de commerce, casse les clichés : "Se moquer des nouveaux riches est une attitude périmée, très XIXe siècle ! Même la gentry ne peut plus se permettre de mépriser des gens qui, en moins de deux ans, ont assimilé ses codes. Ils sont trop riches. Le monde entier se plie à leurs désirs. Dans quelques années, ils auront leurs fondations caritatives ! Bill Gates est leur modèle."

Oublié le mafieux russe avec au bras une blonde vénale à forte poitrine déguisée en arbre de Noël ? "Ça date ! Cette catégorie de la société est l’endroit de la plus grande des métamorphoses. Ces richards renflouent les caisses."

On comprend mieux pourquoi Bernard Arnault (LVMH) et François Pinault (PPR), tous deux clairvoyants hommes d’affaires de l’Hexagone, se sont battus comme des tigres pour constituer leurs empires, rachetant les vieilles maisons familiales du luxe français et italien - Guerlain, Vuitton, Gucci, etc. Ils n’ont pas fini de rafler la mise. Et leurs héritiers d’épouser des actrices ultra-riches. Comme Salma Hayek.

On comprend mieux aussi pourquoi tous deux sont devenus des collectionneurs d’art. Les nouveaux riches, comme eux, consomment avec avidité les ouvres contemporaines. Adorant un Jeff Koons (ancien trader de Wall Street des années 1980) dont les créations incarnent les symboles de la richesse. Tel Diamond (blue), estimé à 12 millions de dollars. Les enchères de ce secteur ouvrent un champ illimité à l’argent.

Une question récurrente se pose : cet argent des ultra-riches circule-t-il en circuit fermé, accentuant le déclassement de la classe moyenne et creusant encore plus les écarts avec les pauvres. Ou est-il déjà à l’ouvre, irriguant les économies, notamment celles des pays émergents, gros pourvoyeurs de nouveaux riches ?

LE JOUR OÙ ÇA VA PÉTER

En avril, une équipe du ministère de la défense britannique chargée de penser des stratégies pour un futur proche met en avant l’hypothèse probable que "les classes moyennes pourraient devenir une classe révolutionnaire relayant le rôle du prolétariat selon Marx".

Cette étude est citée par Anthony Haden-Guest, journaliste au Financial Times, dans un article publié dans la revue Radar, dans lequel il explique comment les ultrariches - à la tête desquels figurent le Russe Roman Abramovich et l’Indien Lakshmi Mittal - ont pris en otage ("hijacked") l’économie britannique, squattant des quartiers entiers de la capitale, creusant le fossé avec une population où la criminalité serait en hausse.

Une anecdote significative ? Elle a eu lieu à Moscou. Françoise Montenay, présidente de Chanel et du Comité Colbert, qui regroupe soixante-dix maisons du luxe français, a été attaquée par deux hommes à cheval entre le magasin Chanel qu’elle venait d’inaugurer et son hôtel, soit 200 mètres !.

"Ça va finir par s’ébruiter. Pour le moment on parle seulement des parachutes dorés et des stock-options de certains dirigeants. Mais c’est l’arbre qui cache la forêt ! (.) Le jour où ça va péter, le jour où une crise plus aiguë qu’une autre va faire descendre dans la rue des millions de salariés exaspérés issus des classes moyennes, aigris, écoeurés, désespérés (.). Nous finirons avec nos têtes plantées au bout d’une fourche." Ainsi parle dans Cendrillon un des héros du dernier roman d’Eric Reinhardt, jeune hedge funder à la City visant les 60 "dolls" annuels pour ses 35 ans (1 doll = 1 million de dollars en langage trader).

Exagération de romancier ? Des immeubles aux murs et aux vitres pare-balles sont déjà commercialisés à Londres. Et le trimestriel Spear’s Wealth Management Survey donne des conseils pour éviter d’être kidnappé. En attendant le grand soir, le magasin Harrod’s, propriété faut-il le rappeler de Mohamed Al Fayed (père du Dodi tué au pont de l’Alma avec la princesse Diana) - 7e sur la Rich List britannique avec 5,5 milliards de livres sterling - exposait en septembre dernier une paire de sandales du bottier vénitien Caovilla, serties de pierres précieuses, surveillée en vitrine par un système antivol de choc : un cobra. Valeur : 125 000 livres sterling.

Tout devient mise en scène du désir et de la transgression. Bruno Frisoni, directeur artistique des chaussures Roger Vivier, invente cette année une collection haute couture aux formes fulgurantes. De 15 000 à 50 000 euros la paire. Le 24 octobre, Hermès exposait au centre de son magasin du 24 faubourg Saint-Honoré une malle à champagne en croco, d’une teinte indéfinissable, avec des timbales en argent de chez Puiforcat et des coupes signées des Cristalleries Saint-Louis. 145 000.

Toujours chez Hermès, la sortie d’un hélicoptère fait grand bruit. Entièrement conçu "autour du confort du voyageur", dessiné par Gabriele Pezzini en collaboration avec François Taverne du département Hermès Gainier. 5 millions d’euros. Joyeux Noël !

Stop ou encore ? "Chaque mois, nous voyons arriver un lot de billionnaires, raconte un de nos personal shoppers. Après les Chinois de Hongkong arrivent ceux de Shanghaï, très jeunes. Et les ex-militaires du Kazakhstan reconvertis dans le pétrole."

Les ultrariches ont parfois des désirs surprenants. L’IPS Tidjani Bensalah a dû jouer de son entregent pour obtenir des rééditions de la Fiat 500, le fameux "pot de yaourt" des années 1950, sans passer par la liste d’attente. Les gosses de riches n’attendent pas. Cet intermédiaire, qui a quitté Londres et habite désormais le nord de la Seine-et-Marne, vous assure, droit dans les yeux : "Quand je vais chez Carrefour, je regarde les premiers prix  !"

En ce moment, on assiste à une sorte de russomania. "Mes clients n’ont rien à voir avec les Russes qui s’arrosent de champagne sur les plages de Saint-Tropez !", reprend Isabelle Dubern. A la demande d’un banquier moscovite, elle a ouvert le 10 décembre un second bureau 10 Vendôme à Moscou et offert une fête au restaurant Turandot, copie à l’identique du style russe du XVIIIe siècle, avec serveuses en robes à panier et tout le tralala. Elle trouve les femmes superbes. Et est très sensible à l’immense culture musicale, littéraire de ce peuple.

Danièle Allérès, qui a créé le centre de recherche Mode-Luxe-Art, pense que l’on vit dans les faits et dans l’imaginaire une période qui renvoie au siècle de Louis XIV. "L’ultraluxe est une réminiscence du grand siècle, qui a créé le luxe au sens moderne du terme, constate-t-elle. Des objets précieux, éphémères, renouvelés en permanence, sans cesse démodés. Avec cette notion savamment entretenue de la surenchère. Le roi et son ministre Colbert, en édifiant les manufactures, savaient combien les modes vestimentaires lancées à Versailles, celles des arts de la table, des bijoux, du mobilier, imitées par toutes les cours d’Europe, créaient du travail, et donc l’argent dont ils avaient besoin pour mener les guerres !

Citant Robert Rochefort, directeur du centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc), Danièle Allérès ajoute : "Ces objets de l’ultraluxe agissent eux aussi comme rassurance de fortunes acquises très vite. Ils comblent les besoins de l’imaginaire." On a le sentiment que l’histoire est en ce moment même en train d’effectuer un grand bond en arrière. Un "revival" de Louis XIV et de Catherine II de Russie. D’un côté, les rois du pétrole, et comment les courtiser, de l’autre, la plèbe.

Mais pas seulement. Les affaires reprennent exactement là où le communisme les a brutalement interrompues. Jusqu’à la révolution d’Octobre, Cartier, Clicquot, Bréguet, Baccarat étaient les fournisseurs attitrés des tsars et des grands-ducs, nous font unanimement remarquer nos interlocuteurs.

LE SILENCE, L’ANONYMAT, LE MINIMALISME

Bertrand Delanoé, maire PS de Paris, se faisait, paraît-il, prier pour rencontrer le Comité Colbert, chargé du rayonnement du luxe français à l’étranger : "Depuis qu’on s’est rencontrés, on ne se quitte plus", dit Elisabeth Ponsolle des Portes, déléguée générale dudit comité. Il est vrai qu’elle a des arguments de poids. Les 82 % que le luxe français réalise à l’export épongent 50 % du déficit de la balance commerciale.

Les 3 et 4 décembre, après l’Inde et Hongkong, le Comité Colbert, comme tous les gens de la mode, se transportait à Moscou au lendemain des élections législatives : "Les nouvelles fortunes obligent en effet à une montée en gamme. Et vis-à-vis d’elles, nous avons un rôle pédagogique à jouer, explique Elisabeth Ponsolle des Portes. Au-delà de l’objet, il y a une valeur immatérielle faite de savoir-faire que se transmettent des artisans passionnés. C’est aussi une appréciation de la beauté, du détail invisible. Une manière de vivre qui a le souci de la perfection."

L’immatériel des choses ? Un sentiment qui commence à toucher la clientèle de l’ultraluxe. Lassés des palaces où des stars de cinéma et de la chanson affichent leur luxe clinquant, quelques ultrariches, revenus de tout, chercheraient le silence, l’anonymat, le minimalisme. La Réserve, au 10 place du Trocadéro, vient d’ouvrir pour répondre à cette soif d’absolu. Des appartements autour de 30 000 euros la semaine dans lesquels on se croit hors du monde.

"Parfois nos clients ne sortent même pas, sauf le soir pour explorer les restaurants, dit Dimitri Augenblick, qui dirige ce nouveau complexe. Certains apportent leur lit, d’autres font installer une salle de gymnastique. Ils veulent être comme à la maison. Ils restent parfois plusieurs mois."

Dans le même esprit offshore, deux hôtels sous-marins sont en cours de construction à Dubaï, l’Hydropolis et l’Amphibious. Coût de ce dernier projet : 450 millions de dollars. Surface : l’équivalent de Hyde Park ! Est-ce là le futur de l’ultraluxe ? Vivre sous la mer au rythme lent des poissons de toutes les couleurs. Couper les ponts avec le vieux monde. Se promener avec son sous-marin. Les ultrariches vont-ils créer une nouvelle Atlantide ? Se laisser engloutir avec leurs trésors ? En attendant d’aller sur la Lune avec Virgin Galactic. La Terre n’est plus assez vaste pour eux.

Dominique Frétard


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1777878

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECONOMIE  Suivre la vie du site 2007   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License