AID Association initiatives dionysiennes
NRl : La chasse aux gros cailloux continue !

NON A LA CARRIERE DE BOIS BLANC (RAVINE DU TROU)

vendredi 5 juin 2015 par JMT

Y-a-t-il une réelle volonté d’exploiter cette carrière, ce qui arrangerait les affaires des transporteurs routiers, qui vont pouvoir allègrement défoncer les routes existantes sous le prétexte d’en construire une autre à l’utilité douteuse ? ou bien n’est-ce qu’une manipulation tordue pour amener sur un plateau les propositions d’un chevalier blanc réunionnais installé à Madagascar où il disposerait de 10 millions de tonnes de bons gros cailloux 1/3 moins cher rendus chantier, sans la poussière, sans le bruit, sans la pollution ? (sauf pour les malgaches !)

Contribution d’AID sur le projet de carrière à Bois Blanc

remise au commissaire-enquêteur le jeudi 4/6/2015

Cette carrière a été décidée sur le tard, et le site en a été choisi de par l’éloignement (relatif) des habitations.

Emprise de la carrière de Bois-Blanc

Sans se voiler la face, la raison d’être de cette carrière est bien d’apporter de la matière rocheuse pour la construction de la NRL (Nouvelle Route du Littoral) , objectif pleinement assouvi par la Région et la SCPR (Société de Concassage et de Préfabrication de La Réunion).

Plusieurs problèmes questionnent notre association :

* L’avis de l’autorité environnementale émis le 3 avril 2015, et qui dit :

- La subsistance d’impacts résiduels du paysage non prise en compte par le quémandeur

- La nécessité d’intégrer des mesures compensatoires lors de la remise en état, et leur justification

- L’interrogation sur le devenir des habitations de voisinage, en préconisant un déplacement des personnes

- L’absence de réalisation d’études sur le risque hydrogéologique sur la nappe phréatique

- L’absence d’études sur la ressource en eau nécessaire à l’exploitation de cette carrière

- L’absence de réelle prise en compte de l’impact sur la circulation routière

- De la nécessité d’analyses plus poussées sur l’exposition des riverains aux poussières

- De réviser le PLU pour rendre cette exploitation compatible avec celui-ci (ce qui rend caduc la préemption de la Région sur le site)

* Au-delà de cet avis, se pose la question de la finalité de ces roches. AID n’a pas caché sa vive opposition au projet de NRL depuis la première enquête publique en juin 2010 (cf. articles sur le site de notre association).

A l’heure où le Conseil Régional invite les Réunionnais à faire entendre la voix de La Réunion dans le débat mondial sur le changement climatique, lors de la COP 21, conférence de l’ONU, qui se tiendra à Paris en décembre 2015, au moment où plus que jamais se dessine une planète caniculaire et ultra-sèche, à l’instant où partout dans le monde on exige une diminution de la production de CO2, que fait l’organisme invitant ?

Il projette une NRL qui ne fait qu’enfermer les Réunionnais dans le tout-voiture, sans leur laisser le moindre choix d’autres options moins prédatrices pour l’environnement, local certes, mais aussi mondial.

Si ce n’est pas de l’hypocrisie, cela y ressemble. Si vous réfutez ce terme, alors parlons de schizophrénie : oui, la Région est folle de persister dans ce dossier si mal ficelé…

Bruno Bourgeon, président d’AID

Nouvelle route du littoral : un groupe malgache propose de livrer 10 millions de tonnes de roches

par www.ipreunion.com le 4 juin 2015 à 16:01 , mis à jour le 4 juin 2015 à 17:34

Suite à la demande par le rapporteur public du conseil d’Etat de suspendre le schéma départemental des carrières, le groupe Sodiat a proposé ce jeudi 4 juin 2015 d’importer 10 millions de tonnes de roches massives de Madagascar afin de subvenir aux besoins de la nouvelle route du littoral.

" Nous sommes les seuls à pouvoir continuer cette route sans la stopper", affirme Patrick Grondin, directeur de la carrière de Fort-Dauphin située au sud-est de la Grande Île.

Les conclusions du rapporteur public du conseil d’Etat demandant la suspension du schéma départemental des carrières a mis un sérieux coup de frein à la nouvelle route du littoral. Si elles doivent encore être validées par la haute juridiction, le temps de remettre à pied une nouvelle étude environnementale pourrait stopper le chantier au moins pendant plusieurs mois, si ce n’est une année.

Et ce, sans compter la protestation en cours autour de la Ravine du Trou, où l’enquête publique au sujet de l’ouverture d’une carrière à Bois Blanc continue de mobiliser les habitants de Saint-Leu, des Avirons et de l’Etang-Salé.

Face à cette situation, Patrick Grondin a décidé ce jeudi de monter au créneau. Ce Réunionnais - qui est le directeur général de Madagascar assistance médicale - est également responsable d’une carrière située à Fort-Dauphin pour le compte du groupe Sodiat.

"Il y a un problème sur le recours d’un élu concernant les carrières à La Réunion. Et ce n’est pas plus mal. Car on a la possibilité de fournir la nouvelle route du littoral en roches massives", annonce-t-il. D’après le chef d’entreprise, il est possible d’importer à La Réunion 400 000 tonnes de blocs par mois, sans compter 200 000 tonnes qui sont déjà en stock.

L’entrepreneur se base sur le rapport "d’experts internationaux" pour formuler sa proposition : "ils indiquent que la densité des roches recherchée pour la construction de la route et la nécessité d’avoir 10 millions de tonnes de roches au même endroit est impossible à La Réunion."

Sa solution est donc simple : importer les roches nécessaires depuis le sud-est de la Grande Île. "Nous sommes les seuls à avoir les autorisations nécessaires. Nous sommes les seuls à pouvoir continuer cette route sans la stopper", ajoute-t-il, tout en montrant les registres de laissez-passer signés en mars 2015 par le directeur inter-régional de l’administration minière de Madagascar.

Une partie des bénéfices versée aux associations réunionnaises et malgaches

Pour Patrick Grondin, l’avantage de cette solution ne serait pas seulement écologique, mais également économique pour La Réunion : "ce coût de carrière va coûter 1,5 fois par rapport à l’importation." Selon le rapport sur lequel il s’appuie, la NRL coûterait en l’état actuel la coquette somme de 3 milliards d’euros. Le Réunionnais, qui vit et travaille à Madagascar, assure que l’exploitation de la roche massive, son transport vers un vraquier puis son exportation vers les quais du Port représentera environ un tarif de 56 euros la tonne.

Afin de montrer sa bonne foi, l’homme assure qu’il est prêt à partager une partie des bénéfices engrangés avec des associations réunionnaises et malgaches. "Nous ne sommes pas des philanthropes mais j’aimerais contribuer à cette possibilité pour La Réunion", souligne Patrick Grondin qui estime que la région n’a pas intérêt à ouvrir une carrière à Bois Blanc.

"A Fort-Dauphin, depuis l’ouverture de la carrière par le groupe minier Rio Rinto, il n’y a plus de touristes. Faire une carrière à La Réunion, c’est se retrouver avec un 35 tonnes toutes les 2 minutes pendant 5 ans. Comment attirer les touristes avec un tel trafic suivi de tirs de mine ?", s’interroge-t-il.

Pour l’entrepreneur, la solution malgache doit être étudiée de près par Dominique Sorain et Didier Robert. "Je dis au préfet, au président de région : on peut fournir les carrières sans toucher à celles de La Réunion. […] Si les élus ne comprennent pas, je pense qu’à la fin de l’année il y a des élections. Et la population réunionnaise va décider. Je ne veux pas que mes petits-enfants me reprochent d’être resté les bras croisés alors que j’ai une carrière à Madagascar", termine Patrick Grondin.

LIENS

* À l’initiative du collectif "Touch Pa Nout Roche" : Une chaîne humaine contre la carrière de Bois Blanc organisée ce dimanche 7 Juin 2015

* Annonce enquête publique en mairie de Saint Leu

* Préfecture de la Réunion : Demande d’autorisation d’exploiter une carrière de matériau - Ravine du Trou - Bois Blanc Lieu : SAINT-LEU

* Avis de l’autorité environnementale

* Reporterre : Le projet fou de Vinci et Bouygues qui va ruiner l’île de La Réunion

* Reporterre : Un projet pharaonique d’autoroute à La Réunion


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1842142

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECOLOGIE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License