AID Association initiatives dionysiennes
AID représentée officiellement au FSM de Tunis

Forum Social Mondial de Tunis 2015

Un article de Silvain PASTOR

samedi 4 avril 2015 par JMT

Présentation de Silvain Pastor par Jean-Marc Tagliaferri

J’ai connu Silvain Pastor chez les Verts, d’abord sur les listes de discussion (il était notamment délégué au Parti Vert Européen), ensuite à Paris à partir de fin 2008 quand j’ai été élu au parlement du parti, le CNIR.

Nous nous sommes retrouvés dans la même motion ("la plus à gauche" :-) et nous avons travaillé ensemble. Silvain a été ensuite exclu d’EELV suite à un enchaînement rocambolesque mais nous sommes restés en relation, partageant des combats communs.

Silvain est un fidèle adhérent d’AID depuis 2012 et nous avons été très heureux qu’il accepte de nous représenter à Tunis cette année.

Ce n’est pas la première fois qu’AID participe ainsi, en profitant d’une opportunité, notre animatrice-fondatrice Véronique Veinberg, avait déjà représenté AID à Bombay en Janvier 2004, moins d’un an après notre création.

Article de Silvain Pastor

En 2013, j’avais participé pour la première fois à un Forum Social Mondial - le douzième du nom. Il avait déjà été organisé à Tunis, sur le campus universitaire « El Manar », et cela avait été une réussite pour ce rassemblement désormais régulier des altermondialistes de toute la planète.

Un haut bâtiment du campus

C’est dans un contexte très particulier que le FSM se tenait une nouvelle fois, en ce début de printemps 2015, au même endroit dans la capitale qui avait vu le « printemps arabe » aboutir à la chute du dictateur Benali le 14 janvier 2011 (date dont a été rebaptisée la grande place surmontée d’une immense horloge, constituant un rond-point faisant la jonction entre les avenues Mohamed V et Habib Bourguiba) .

File d’attente pour l’inscription

L’attentat du musée du Bardo aurait pu refroidir au dernier moment les ardeurs des inscrits du monde entier. Mais cela aurait été sans compter avec leur esprit de solidarité envers la démocratie tunisienne naissante : leur présence maintenue devait être au contraire un acte militant de soutien encore plus marqué à l’encontre de l’obscurantisme intégriste.

Si entrave à un bouillonnement aussi palpable qu’en 2013 il y a eu, c’est plutôt à la météo qu’on l’a dû, entre pluie continue un jour et vent balayant tout le lendemain...

Du coup, les stands des organisations semblaient moins consultés. Dans le bus me ramenant un soir vers le centre-ville, où se trouvait mon hôtel, j’ai d’ailleurs entendu un participant se plaindre qu’il n’avait vu personne s’arrêter de la journée sous la tente spécialement montée par son association...

Sur le plan de l’organisation matérielle, l’ensemble m’a aussi semblé cette année beaucoup plus anarchique qu’en 2013 : salles impossibles à trouver en l’absence de plan d’ensemble, changements de lieux de dernière minute, pas de repas sur plateaux servis au restaurant universitaire, etc.

Un des principes fondateurs du Forum est l’organisation auto-gérée des « ateliers » (ou « activités »), eux-mêmes issus d’« agglutinations » obtenues entre initiatives convergentes dans les deux mois précédant l’ouverture de l’événement. Ils aboutissent à des « assemblées de convergence » regroupant in fine les participants à des ateliers aux thèmes proches.

exemple d’une page du programme

C’est le propre de ce genre de participation non active (au sens de la non-préparation d’un ou de plusieurs ateliers) : j’ai un peu butiné d’une activité à l’autre, entre deux flâneries à travers le campus (boueux...), en fonction de mes centres d’intérêt et... du hasard. Un peu comme on le fait dans un festival, type Off d’Avignon... ;-)

Happening LGBT

Mes pas m’ont notamment mené vers un atelier intitulé « Le droit des peuples à l’autodétermination : le cas du peuple sahraoui ». Y intervenait notamment un spécialiste français, croisé un temps chez les écologistes, Bernard Dréano.

Dans un très grand amphithéâtre, plat et fort mal sonorisé, face à une assistance pas très disciplinée, il était malaisé de suivre complètement les interventions en tribune.

L’atelier s’est avéré totalement improductif lorsque la parole a dû être donnée à la salle. Preuve du caractère ultra-controversé de la question en terre maghrébine, en présence notamment d’Algériens, une multitude de demandes du micro n’a pas permis de faire émerger un réel débat.

J’ai alors préféré renoncer...

Plus captivante fut ma participation sur une après-midi entière aux ateliers du « Climate Space », particulièrement celui consacré aux menaces sur le climat des accords de libre échange et de l’Organisation Mondiale du Commerce.

Des interventions riches en tribune et depuis la salle (pour la plupart en anglais, avec traduction en français dans un coin de la salle pour les non-anglophones) ont permis de mettre en lumière le lien immédiat entre détérioration du climat, d’une part, et course à la croissance du transport de marchandises à travers la planète que provoquent ces accords, d’autre part.

La journée s’est terminée par des travaux en groupes de 5 à 10 participants, avec, pour finir, restitutions en plénières.

Dans le groupe auquel j’ai participé, des controverses intéressantes sont apparues autour de la notion de décroissance mais aussi à propos de la difficulté qu’auraient parfois les Organisations Non Gouvernementales environnementalistes à prendre en compte dans leur action la nécessaire lutte contre ces accords (au premier rang desquels à présent le fameux « TAFTA »).

Outre la participation aux ateliers, le FSM donne toujours l’occasion de retrouver de vieilles connaissances militantes, au hasard de pérégrinations sur le site ou en ville, autour de l’avenue Bourguiba, où se retrouvent le soir bon nombre de participants (avec notamment animations musicales organisées spécialement pour l’évènement).

J’ai ainsi notamment croisé Alima Boumedienne-Thiery, ancienne sénatrice Verte, Augustin Grosdoy, écologiste passé au Parti de Gauche à Saint-Nazaire, ou encore plusieurs militants du Droit au logement.

Mais la présence à Tunis dans ce contexte particulier a aussi permis de sentir l’ambiance générale de ce pays à la démocratie en consolidation, en s’immergeant dans la ville.

Après l’euphorie de l’avènement démocratique, il apparaît que les problèmes économiques et sociaux du pays restent fortement ressentis par la population, les différents gouvernements installés depuis la Révolution de 2011 inscrivant tous leur action dans la continuité des politiques néo-libérales déjà engagées sous la dictature de Benali.

C’est par une marche de solidarité avec le peuple palestinien sur l’avenue Mohamed V que le Forum s’est terminé.

Le lendemain dimanche, jour de mon départ, la ville était quadrillée par les forces de l’ordre pour accueillir la manifestation officielle organisée en réplique à l’attentat du Bardo, en présence de chefs d’Etat, un peu à la façon du 11 janvier dernier à Paris.

La prochaine édition du FSM est à présent envisagée à Montréal en 2016.

A suivre...

LIEN

* Site officiel du FSM Tunis 2015


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 2051360

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site POLITIQUE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License