AID Association initiatives dionysiennes
Journée Mondiale de l’Eau le dimanche 22 Mars

ONU : RISQUE DE PENURIE D’EAU EN 2030 ?

Sortie du rapport annuel sur l’eau 2015

vendredi 20 mars 2015 par JMT

Hasard du calendrier ou présage ? Cette année la Journée Mondiale de l’Eau tombe le jour du premier tour des élections départementales : n’oublions pas que le chantier pharaonique du basculement des eaux du Nord à l’Ouest à la Réunion, destiné à produire du sucre et des mètres carrés constructibles sous le soleil de ll’ouest est conduit sous maîtrise d’ouvrage départementale !

Mise à jour du 23 Mars 2015

Liens supplémentaires

Mise à jour du 22 Mars 2015

Alors que la 22ème Journée Mondiale de l’eau fait un plouf médiatique pour cause d’inutiles,car douteusement démocratiques élections départementales , il y a des pays qui s’intéressent aux choses tangbiles qui engagent notre avenir.

Pour ceux qui comprennent l’espagnol, voici un lien trouvé ce jour parmi les sites "syndiqué"s avec le site AID, c’est à dire qui nous envoient liens et résumés, accessibles dans la colonne de droite du site :

Por el acceso universal al agua potable

dimanche 22 mars 2015 par teleSUR/och - ER — Análisis

Desde el año 1993, cuando la ONU estableció la celebración del Día Mundial del Agua para recordar los esfuerzos de personas que no lograron su objetivos de vivir en un mundo con abundante agua dulce y potable, organismos dependientes de este bloque se han dedicado a concienciar sobre los problemas (...)

teleSURtv.net _ Nuestro Norte es el SUR

L’humanité a besoin de l’eau

Site de la 22ème Journée Mondiale de l’Eau

Une goutte d’eau est flexible. Une goutte d’eau est puissante. Une goutte d’eau est en demande.

L’eau est au cœur du développement durable. Les ressources en eau, ainsi que la gamme de services qu’elles peuvent rendre, contribuent à la réduction de la pauvreté, à la croissance économique et à la sauvegarde de l’environnement. De la nourriture et la sécurité énergétique à la santé humaine et environnementale, l’eau contribue à l’amélioration du bien-être social et à une croissance équitable, affectant les moyens de subsistance de milliards d’individus.

Un jeune pêcheur au large de l’île d’Atauro, Timor-Leste. Photo ONU/Martine Perret

Thème de la journée 2015 : L’eau et le développement durable

Le thème de 2015 porte sur la manière dont l’eau est liée à tous les domaines auxquels nous devons penser pour créer l’avenir que nous souhaitons. En savoir plus sur ce thème et rejoignez les célébrations organisées à travers le monde en créant votre propre événement .

Rejoignez la campagne 2015 de sensibilisation à l’eau et à l’assainissement. Vous pouvez également apporter votre contribution sur les réseaux sociaux grâce aux hashtags #WaterIs et #WorldWaterDay.

La Journée mondiale de l’eau se tient chaque année le 22 mars. Il s’agit d’une journée pour célébrer l’eau, une journée pour faire une différence pour les membres de la population mondiale qui souffrent de problèmes liés à l’eau. Il s’agit d’une journée pour préparer la manière avec laquelle nous allons gérer l’eau à l’avenir.

En 1993, l’Assemblée générale des Nations Unies a désigné le 22 mars comme première Journée mondiale de l’eau. 22 ans plus tard, cette journée est célébrée chaque année dans le monde entier, mettant en lumière une problématique différente.

Eau : l’ONU alerte sur les risques de pénurie en 2030

Le 20 mars 2015 par Stéphanie Senet du Journal de l’Environnement

Le stress hydrique dans le monde en 2011

Si rien ne change, la planète devra faire face à un déficit en eau de 40% en 2030. Tel est le message principal du nouvel opus onusien, axé sur le thème du développement durable[1] alors que les objectifs millénaires du développement (OMD) post-2015 seront finalisés en septembre à New York.

« Le stress hydrique touchera particulièrement des pays du Moyen-Orient, le nord de l’Afrique, les petits pays insulaires du Pacifique, plusieurs parties de la Chine et l’ensemble du pourtour méditerranéen », explique Richard Connor, l’auteur principal du rapport.

Irrigation en hausse

Si la demande en eau doit augmenter autant au niveau mondial, c’est parce que l’agriculture s’avère particulièrement gourmande. En Inde, par exemple, on comptait moins d’un million de puits mécanisés ou tubés en 1960. On en dénombre près de 19 millions aujourd’hui. Ce chiffre résume la subtile équation qui se pose à la planète : l’accès à l’eau est indispensable à la lutte contre la pauvreté mais la pression sur la ressource ne peut s’accroître indéfiniment.

D’ici 2050, l’ONU estime que l’agriculture devra produire 60% de nourriture supplémentaire au niveau mondial et 100% de plus dans les pays en développement. Pour satisfaire cette demande, il est urgent de revoir notre façon de consommer la ressource, en réduisant l’irrigation intensive, le rejet incontrôlé des pesticides et des produits chimiques dans les cours d’eau et en développant le traitement des eaux usées.

Des eaux souterraines de plus en plus salées

Conjuguée au changement climatique, la pression démesurée sur l’eau se manifeste aussi sur l’état des nappes phréatiques. La montée du niveau de la mer affecte en effet les eaux souterraines des régions côtières, contaminant les réserves de Calcutta (Inde), Shanghai (Chine) ou Dacca (Bangladesh). Même chose pour les insulaires habitant à Tuvalu ou à Samoa, dans le Pacifique, contraints d’importer de l’eau pour leur consommation.

Limiter certaines énergies

L’ONU-Eau met également en garde contre la trop grande gourmandise du secteur énergétique. Si les prélèvements d’eau douce destinés à la production d’énergie représentent aujourd’hui 15% du total mondial, ceux-ci augmenteront de 20% d’ici 2035 !

Bonne nouvelle, il est possible d’éviter cette envolée en maximisant l’efficacité de son utilisation dans les centrales électriques. « Il est également nécessaire de limiter la construction et le recours aux centrales thermiques, trop gourmandes en eau, mais qui représentent aujourd’hui 80% de la production électrique mondiale », suggère Richard Connor. Ce sont l’éolien et le solaire qui ont l’impact sur l’eau le plus faible.

De nouveaux OMD post-2015

Parmi les autres solutions, le rapport onusien cite la hausse des tarifs de l’eau, encore beaucoup trop bas pour limiter son utilisation excessive, la mise en œuvre de subventions pour aider le déploiement des systèmes d’irrigation moins gourmands, et le recyclage accru des eaux usées.

Au niveau mondial, l’établissement de nouveaux OMD post-2015 pourrait aussi stimuler les changements. « Nous espérons que 6 OMD cibleront l’eau, au-delà de l’actuel accès à l’eau potable et à l’assainissement pour les populations », espère Michela Miletto, directrice de l’ONU-Eau.

« Il faut cibler la durabilité de l’usage, le partage des bénéfices, la qualité de l’eau, la gestion des eaux usées et réduire les risques liés aux inondations. Sans eau, il est impossible d’atteindre les autres OMD », conclut Richard Connor.

[1] Les prochains rapports seront ciblés sur l’eau et l’emploi (2016) et sur les eaux usées et polluées (2017)

Rapport sur le développement mondial de l’eau 2015

L’eau dans un monde durable 20/03/2015

(attention article en anglais automatiquement traduit par Google, j’ai corrigé les imperfections les plus flagrantes :-)

L’eau est au cœur du développement durable. Les ressources en eau, et la gamme de services qu’elles fournissent, sous-tendent la réduction de la pauvreté, la croissance économique et la durabilité environnementale.

De la sécurité alimentaire et énergétique pour la santé humaine à l’environnement, l’eau contribue à l’amélioration du bien-être social et de la croissance inclusive, affectant les moyens de subsistance de milliard d’habitants.

Dans un monde durable qui est réalisable dans un avenir proche, les ressources en eau et les domaines connexes seront gérés à l’appui du bien-être humain et de l’intégrité de l’écosystème dans une économie robuste.

L’eau salubre en quantité suffisante sera disponible pour répondre aux besoins de base de chaque personne, avec des modes de vie et des comportements facilement assurés grâce à des services d’approvisionnement en eau et d’assainissement fiables et abordables en bonne santé, à leur tour soutenus par une répartition équitable e tune gestion efficace de l’infrastructure. La gestion des ressources hydriques, l’infrastructure et la prestation de services seront financés de manière durable.

L’eau sera dûment évaluée sous toutes ses formes, avec des eaux usées traitées comme une ressource qui fournit énergie,nutriments et eau douce pour la réutilisation.

Les établissements humains se développeront en harmonie avec le cycle naturel de l’eau et les écosystèmes qui la soutiennent, avec des mesures pour réduire la vulnérabilité et améliorer la résilience aux catastrophes liées à l’eau.

Les approches intégrées de développement des ressources en eau, la gestion et l’utilisation - et les droits de l’homme - seront la norme. L’eau sera régie de manière participative en s’appuyant sur le potentiel des femmes et des hommes en tant que professionnels et que citoyens, guidés par un certain nombre d’organisations capables et compétentes, dans un cadre juste et institutionnellement transparent.

Télécharger le rapport ici

LA PARTICIPATION 2015 D’AID A LA JOURNEE MONDIALE DE L’EAU

Le 26 Octobre 2014, un jeune naturaliste de 21 Ans, Rémi Fraisse mourrait d’un tir par les "forces de l’ordre" de grenade offensive sur le site du projet de barrage de Sivens sur le Tescou, un ruisseau du bassin du Tarn, au coeur d’une riche zone humide en partie dévastée pour construire une retenue obsolète, éléphant blanc de l’agriculture productiviste du siècle passé.

Depuis 40ans que ce projet existe, il a concentré à peu près tout ce qui peut se faire comme conneries et comme saloperies en matière d’aménagement du territoire, de gestion de l’eau mais aussi de relations humaines et de politicarderie locale et nationale.

AID avait salué la mémoire de Rémi et soutenu ses camarades de la ZAD , notamment par deux articles RESISTER A L’ARBITRAIRE GOUVERNEMENTAL ET POLICIER le 29 Octobre 2014 et Hommage à Rémi FRAISSE le 1er Novembre 2014 le jour de l’hommage au Parvis des Droits de l’Homme de Champfleuri à Saint-Denis

Poursuivant son implication dans le soutien à ceux qui luttent pour la démocratie et l’écologie, AID a acquis en souscription auprès des éditions "Les Petits Matins" un lot de 20 exemplaires du livre ci-dessous, une autre histoire d’eau, tragique, exemplaires qui peuvent être acquis aux conditions habituelles (tarif 10€)

SIVENS, UN BARRAGE CONTRE LA DÉMOCRATIE par Ben Lefetey

Préface de José Bové

Le 26 octobre 2014, Rémi Fraisse, militant naturaliste, meurt lors d’affrontements en marge de la manifestation contre le barrage de Sivens dans le Tarn. Peu après, le projet est suspendu.

Comment en est-on arrivé là ? Pourquoi cet ouvrage destiné à l’irrigation des terres d’une poignée d’agriculteurs a-t- il suscité une telle opposition ? Comment les travaux ont-ils pu aller aussi loin en dépit d’avis d’experts défavorables ?

Acteur central de l’opposition au barrage, Ben Lefetey révèle pour la première fois tous les aspects du dossier : études manipulées, conflits d’intérêts, partialité de l’État, alibi environnemental, choix de l’agriculture intensive, mépris des citoyens et des scientifiques…

Il raconte aussi la diversité des modes de lutte, des recours juridiques à l’occupation de cette « zone à défendre ». Son témoignage sur la répression des opposants illustre la façon dont les autorités publiques les ont combattus comme des ennemis de l’intérieur.

Ben Lefetey est porte-parole du Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet.

José Bové est vice-président de la commission Agriculture et Développement rural au Parlement européen.

SITES INTERESSANTS SUR L’EAU :

* Les eaux glacées du calcul égoïste site syndiqué

voir notamment :

- Gestion des risques d’inondation : un Gosplan à la française par Marc Laimé, 23 mars 2015

- Les départements et l’eau : stop ou encore ? par Marc Laimé, 22 mars 2015

- Gouvernance de la politique de l’eau : le débat à l’Assemblée par Marc Laimé, 19 mars 2015

* Fondation France-Libertés

* Association pour le Contrat Mondial de l’Eau

voir notamment :

- 80 000 Irlandais défilent contre la facturation de l’eau du robinet


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1778100

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECOLOGIE  Suivre la vie du site Eau et assainissement   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License