AID Association initiatives dionysiennes
Le Collectif ZERO DECHETS en action

Tournée "Nou veu pa l’insinératèr" - Compte rendu

Par Marie GRENIER, Domie HOUCHARD et Frédéric LEON

vendredi 16 janvier 2015 par JMT

Il y a 10 ans, le projet d’incinération a été bloqué grâce à la mobilisation citoyenne qui a fait reculer les élus. Aujourd’hui, nous pouvons l’empêcher de nouveau.

Diffusez le message, informez votre entourage, participez aux actions

Bonjour à tous

Il y a 10 ans, le projet d’incinération a été bloqué grâce à la mobilisation citoyenne qui a fait reculer les élus. Aujourd’hui, nous pouvons l’empêcher de nouveau.

Diffusez le message, informez votre entourage, participez aux actions

Remerciements à AID qui ont financé ce projet de tournée à la Réunion, au Four Mao, au Jardin Mandala et AREC pour nous avoir reçu ainsi qu’à tous les militants venus nous aider.

Conférence de presse du 9 Janvier 2015

communiqué de presse de notre collectif "zéro déchet" :

Il se fait tard pour la planète !

Tout le monde s’accorde à dire que, pour notre avenir commun, 2015 doit être l’année de l’écologie. Alors que 2014 a été l’année - oui, à la Réunion aussi - la plus chaude. L’urgence est de passer à l’action pour le climat et notre environnement.

C’est aussi un moment de vérité : l’heure n’est plus aux grands discours, contredits par les actes des éluEs.

D’un coté l’Ile de la Réunion s’efforce de "vendre" son image d’ile "verte" et précurseur en énergies renouvelables, de l’autre coté nos éluEs nous imposent leur vision d’un temps révolu, avec le tout voiture, l’énergie thermique, et enfin des incinérateurs, destructeurs de l’environnement.

Au vu de l’absence de concertation avec les citoyens sur le sujet de la gestion des déchets, le "Collectif zéro déchet" à été créé en juillet 2014. Depuis, par quelques actions, notre collectif a tenté de sensibiliser des citoyenNEs concernéEs par la "mal gestion" de nos déchets par les éluEs du Conseil Général et en partie du Conseil Régional de l’Ile de la Réunion.

Au cours de nos actions dans les territoires de la CIVIS et du TCO, nous avons rencontré des gens très compétentEs et concernéEs par ce fléau de la gestion des déchets, qui travaillent dans ces intercommunalités. Malheureusement, les décisions sont prises par des politiques souvent "influencés" par les lobbies …….

A partir du lundi 5 Janvier 2015, nous entamons notre tour de l’Ile à la rencontre de nos concitoyenNEs. Notre objectif est d’informer, nous proposons des conférences gesticulatoires, suivis de débats citoyens. Avec pour sujet : les alternatives intelligentes, réalisables et créatrices d’emplois pour gérer nos déchets.

Nous refusons la construction de deux incinérateurs (un coùt de 500 Millions d’€uro) voulus par nos actuellEs éluEs au Conseil Général, qui alourdiraient encore plus la dette des collectivités et donc nos impôts et qui sont dangereux pour notre santé et notre environnement.

Nous vous invitons à nous rejoindre le vendredi 9 Janvier 2015 à 10H00 devant la décharge de St. Pierre-Pierrefonds pour une conférence gesticulatoire suivie d’une conférence de Presse.

Merci

Pour le "Collectif zéro déchet"

Mehmet PEKKIP

0262437518 ou 0692270568

Couverture Médiatique

* Le Quotidien du 10/1/2015

* Le JIR du 10/1//2015

Nord Est West Sud : les N.E.W.S.

Affichage acrobatique

Adieu l’Incinérateur !

Jardin Mandala

Le temps de la révolte

Nou Vé pa l’Insinérater

Réparali

* SAINT-DENIS

Banderole au Barachois

* SAINTE-MARIE

Devant Gillot

Hall Gillot

* SAINTE-SUZANNE

Cascade Niagara 1

Cascade Niagara 2

*SAINT-ANDRE/BRAS-PANON/SAINT-BENOIT/LA-PLAINE-DES-PALMISTES/SAINTE-ROSE

* SAINT-PHILIPPE/SAINT-JOSEPH/PETITE-ILE/LE TAMPON/L’ENTRE-DEUX

* SAINT-PIERRE

Mur de Pierrefonds

* CILAOS

Nou veu pa l’Insinérater à Cilaos

* SAINT-LOUIS/ETANG-SALE/LES AVIRONS/TROIS-BASSINS

* SAINT-LEU

Parapente 1

Parapente 2

*SAINT-PAUL

A Boucan-Canot

* LA POSSESSION

Maquette sous l’Arbre

Sous l’arbre à La Possession

D’autres photos sont disponibles sur Facebook Collectif Réunion Zéro Déchet et le Wiki en construction ....

Vidéo

voir une Unité de valorisation ....

Témoignage : Un incinérateur de l’intérieur

J’y étais, à l’intérieur, pour travailler sur différents postes, au sol et au sous-sol, dans les fondations, dans la salle de réception des poubelles toxiques et puis en l’air, sur les échafaudages et plus haut encore, accroché aux structures du bâtiment, derrière les machines aussi et dans le réacteur des fumées (le filtre) là ou l’air est le plus saturé en poison et enfin dehors, dans le bassin de décantation des boues toxiques, à regarder le panache de fumées se diriger droit sur la ville et sa banlieue…

Si les gens savaient ce qui se passe ici !

1- Pendant les 5 premières années de fonctionnement, cet incinérateur était en dehors des normes de sécurité, d’hygiène et de respect des employés et de l’environnement

- l’usine a démarré alors que les travaux de construction et d’étanchéité n’étaient pas terminés.

- il n’y avait pas de cloisons entre le circuit de déchets toxiques et les pièces de rechange et aussi les boues de décantations et leurs vapeurs puantes.

- il y a des tas de cendres et mâchefers dans les coins, entreposés dans les fondations et au sous-sol en grosse quantité (plusieurs m³). Ce sont des lieux de travail à l’époque du constat.

2- Le bâtiment n’est pas étanche. Le vent fait voler les poussières partout à l’intérieur, tout le monde respire les poussières et fines particules (sauf dans les bureaux climatisés).

3- il y a des fuites partout, dans le four en feu, dans la cheminée, dans les tuyaux, dans les filtres..Je vois des fuites de vapeurs, des fuites de liquides, des fuites de fumées, des fuites de cendres, des grosses fuites de poussière blanche et l’odeur est puante.

4- Les fours sont complètement rouillés, toutes les parties proches du feu sont rouillées aussi, le grand tapis roulant à ordures est tout rouillé lui aussi, ça explique la montagne de pièces de rechange dans le sous-sol…

5- il faut curer les filtres bouchés tous les trois mois sinon ça filtre plus. Au bureau, les ingénieurs (des gens biens mieux payés que nous) disaient qu’il faut nettoyer les filtres des fumées une à deux fois par an, mais en réalité, Les filtres se bouchent plus souvent que prévu dans leur rêve. Et là ça coûte cher car il faut arrêter le four une semaine avant, le temps que le filtre refroidisse assez pour entrer dedans. Il fait encore 50°c quand je (moins bien payé que les ingénieurs) descend dedans en combinaison de cosmonaute à cause de la dioxine.

6- La crasse retirée des filtres tombe dans un grand sac ouvert, ça fait un nuage de poussières blanches qui s’envole partout à cause du vent. c’était pas la peine de filtrer pour tout foutre en l’air juste après !

7- Je n’ai pas vu les masques à poussière, les casques antibruit ou les bouchon d’oreilles, les gants... Les savates de sécurité, ça n’existe pas, la casquette, ça n’est pas un casque et respirer la dioxine tous les jour, c’est du suicide !

8- Les fours brûlent tout ce qui passe à leur portée, comme un aspirateur stupide, idiot et vulgaire. Voilà ce qu’on trouve dans le four : métaux, verre, céramique, épluchures, plastiques, papiers, carton, bois, restes de repas…Ce mélange brûle mal alors il faut rajouter du bois + du papier + du carton + du plastique qu’on prend dans les bennes déjà triées par les gens civilisés. Je l’ai vu ! C’est tous les jours que ça se passe. Dans le village d’à côté, quand le maire a découvert cette supercherie, ça l’a mis en colère et il a demandé à sa population de boycotter le tri. C’est nul, les gens ne savaient plus quoi faire de leurs ordures, certains disaient qu’on les prend pour des c…….. ! ça c’est vrai.

9- le four a besoin d’ordures en permanence pour être rentable. Une usine à plusieurs centaines de millions d’euros ça coûte cher à entretenir alors on va pas s’amuser à allumer, éteindre, rallumer, etc.. en fonction de l’arrivage des déchets à brûler. On brûle le plus possible et c’est tout. Dans mon usine, on a commencé à faire venir les ordures du département d’à côté pour brûler plus et gagner plus (pas nous, les patrons).

10- Quand j’ai parlé au délégué syndical, il n’a rien voulu dire, il voulait seulement garder sa place. Personne n’a rien dit. Les gens acceptent parfois la servitude en échange d’un peu d’argent. J’ai refusé et je suis parti.

Un département entier, ça fait beaucoup d’ordures, alors il a été décidé de construire encore un autre four dans l’usine pour brûler encore plus de déchets, toujours plus de déchets. Avec trois fours, l’usine était à peine rentable, c’est ce que disaient les patrons, il leur fallait bien des arguments pour agrandir l’usine, du moment que les gens y croient...

Les gens n’ont rien dit, pourtant c’est eux qui payent, c’est l’argent de leurs impôts, l’argent pour les écoles normalement, l’argent pour les crèches et les jardins d’enfants, pour les jeunes des quartiers où il n’y a que la rue pour jouer et pleins d’autres choses indispensables pour la population.

Est-ce que vous allez dire quelque chose, est-ce que vous allez vous bouger quand vos élus vous imposeront la construction de ces usines à poison ?

Fred

A venir

D’autres dates à venir en février pour débat Les alternatives Zéro déchet et conférence gesticulée

LIENS

* Voir l’article AID du 2 Janvier 2015 "Nou vé pa l’insinérater"


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1779063

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECOLOGIE  Suivre la vie du site Déchets   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License