AID Association initiatives dionysiennes
La violence des riches séance 1

LBSJS 100- Voyage en grande fortune

Présentation de Jean-Marc Tagliaferri

jeudi 3 juillet 2014 par JMT

Le pouvoir "socialiste", soit-disant de gauche, après avoir trahi dans la plupart de ses décisions des deux dernières années l’espoir mis en lui en Mai 2012 par ceux qui ont voté François Hollande, fait maintenant ce que même la droite sarkozyste n’avait pas osé : tenter de faire taire l’une des dernières voix non alignées du paysage audiovisuel français.

Une pétition va tenter de faire revenir la direction de France Inter sur sa décision.

A défaut, un projet de continuer l’aventure en maintenant l’équipe et son travail, en diffusant sur le web n’attend que le soutien des 350.000 auditeurs actuels désormais orphelins de leur émission préférée.

Ici comme à Paris, un seul mot d’ordre : LA-BAS CONTINUE !

Ceci n’est qu’un exemple de plus de la violence quotidienne que les riches font subir au reste de l’humanité. Comme l’a dit Warren Buffet (4ème fortune mondiale Forbes 2014 avec 58,2G$) : "il y a bien une lutte des classes et ce sont les riches qui sont en train de la gagner !

Plan d’accès

cliquez ici pour en savoir un peu plus :

Affiche A4

PDF - 38 ko
Affiche LBSJS100

Publications

* ZotZinfos du 3 juillet à 16h34

* JIR du

SOUTIEN A LA-BAS SI J’Y SUIS

Logo LBSJS Rouge Signez ici la pétition de là-bas :

LA-BAS CONTINUE !

"Là-bas si j’y suis" c’est fini,

Daniel Mermet ne sera plus à l’antenne en septembre, et l’équipe est suspendue.

Le vendredi 26 juin, au lendemain de la dernière émission de la saison, Laurence Bloch, la nouvelle directrice de France Inter mettait brutalement un terme à l’une des émissions la plus populaire, la plus originale et la plus engagée de la radio.

Madame Bloch assure que l’audience baisse, alors que LA-BAS a apporté plus de 350 000 auditeurs à France Inter sur un horaire difficile.

Madame Bloch dit à Daniel Mermet qu’il est trop vieux, alors que la moyenne d’âge de l’équipe est de 37 ans et que Mermet a convenu de passer la main avec son équipe.

Depuis longtemps le pouvoir tentait de faire taire la voix beaucoup trop dissidente de cette émission. La nouvelle direction l’a fait. A l’intérieur de la radio comme parmi les auditeurs, la stupéfaction a fait place à la colère.

« C’est une erreur et une faute, dit le comédien François Morel ».

De partout, sur tous les réseaux, circulent des pétitions et des dizaines de milliers de messages consternés ou rageurs.

« J’ai 30 ans, j’ai grandi avec les reportages, j’ai appris à tendre l’oreille, j’ai appris à réfléchir plutôt qu’à recevoir. C’est l’ouverture à la pensée critique (à la pensée tout court ?) que l’on flingue aujourd’hui. Mais on touche aussi à un petit bout de moi, à une bande de potes, là, dans le poste. J’ai les boules et je le ferai savoir. On ne lâche rien. »

POUR QUE LA BAS CONTINUE !

Paris, le 27 Juin 2014

COLLECTE

AID participera au mouvement citoyen en train de naître pour financer la poursuite de l’aventure de l’équipe de La BAS SI J’Y SUIS, même sans France-Inter. Une collecte, fiscalement déductible est désormais ouverte

PRESENTATION

Leur vie fait rêver. Ils sont riches et n’ont plus besoin de travailler pour subvenir à leurs besoins. Si l’argent ne fait pas le bonheur, il fait du moins le leur.

C’est le cas de Paul Dubrule. A 79 ans, ce papy dandy prend un infini plaisir à tirer sur son cigare cubain. Il aime clamer à qui veut l’entendre qu’il est à la retraite, même s’il continue à présider le conseil de surveillance du groupe hôtelier Accor, dont il est le cofondateur.

Il ne s’en cache pas : Paul Dubrule aime tout ce qui est mécanique (les montres, les vélos, les voitures), le bon vin et qu’on lui "cire les pompes".

Depuis quelques années, cet ancien sénateur et maire UMP de Fontainebleau (Seine-et-Marne) est résident suisse.

Il a trouvé refuge à Genève pour fuir la fiscalité française. Avec honnêteté et une pointe de cynisme, l’homme d’affaires raconte, dans le long documentaire "Au bonheur des riches", pourquoi ce choix de l’exil.

La faute de la France, devenue un pays "insupportable", dont il vaut mieux "divorcer" plutôt que de la supporter. Il dit avoir largement contribué à la richesse nationale et payé un "paquet d’impôts" : son groupe n’emploie-t-il pas, après tout, 160 000 personnes à travers le monde, dont la moitié en France ?

"Sans les riches, une nation n’existe pas vraiment", lance Paul Dubrule. D’ailleurs, qui sont vraiment "les riches" ? Que sait-on vraiment d’eux ?

Christian de Luppé

Christian de Luppé

RAPPORT À L’ARGENT

Le film d’Antoine Roux dresse le portrait de quatre millionnaires qui ont accepté d’être suivis par les caméras. Pas question, cependant, de les accompagner dans leur quotidien ni de les voir sur un jet ou dans une fête à Saint- Tropez à bord d’un yacht, entourés de mannequins.

Ce document tente plutôt de décrypter leur condition d’hommes riches, ce qui fait leur singularité, définit leur rapport à l’argent, à l’Etat, aux gens ordinaires, et la manière dont ils cultivent leur réseau.

Il y a Alain Tingaud, qui a fait fortune dans les nouvelles technologies et qui préside le club de rugby du Sporting Union Agen Lot-et-Garonne. Il s’est fait tout seul et croit en la réussite.

Son fils est à la tête d’une entreprise vinicole rachetée par son père. Et, même s’il se considère comme un "privilégié", il estime ne pas avoir à s’excuser ou à se justifier d’en être un.

Témoignent aussi deux châtelains, Denis de Kergolay et Christian de Luppé, héritiers d’une longue lignée, qui possèdent leur domaine depuis des siècles et qui se battent pour préserver leur patrimoine.

Ce film, qui s’appuie sur les travaux des sociologues Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon,

Les Pinçon-Charlot au château

Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon au château

spécialistes des riches, démontre que ces hommes, au compte en banque copieusement garni, cherchent surtout, au fond, consciemment ou inconsciemment, à s’anoblir ou à perpétuer leur dynastie

LA VIDEO

Première partie « Voyage en grande fortune » (séance du mardi 8 Juillet)

Au bonheur des riches,diffusée sur France 2 le 01 Octobre 2013 à 22 35

Antoine Roux - (France, 2013, 2 x 64 minutes).

SOIREE SPECIALE FRANCE-CULTURE

"Au bonheur des riches"

Jeudi 26 septembre 2013 de 17h à 19h sur France Culture

Logo F2

en partenariat avec

Logo France Culture

Avec Monique et Michel Pinçon-Charlot, sociologues, anciens directeurs de recherche au CNRS, auteurs du documentaire Au bonheur des riches réalisé par Antoine Roux pour la case des documentaires « Infrarouge »

Logo Infrarouge

(diffusion sur France 2 le 1er octobre), auteurs de La violence des riches (Zones) ;

Frédéric Georges-Tudo, journaliste économique, ancien rédacteur en chef adjoint des magazines L’Entreprise et Management, auteur de Salauds de riches ! (Bourin, 2012) ;

et François Genthial, rédacteur en chef du magazine Capital.

LIVRE

Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot. La violence des riches

06 octobre 2013

Chronique d’une immense casse sociale. Paris : Éditions La découverte, 2013. En exergue de ce beau et très fort livre, cette constatation de Paul Nizan : « La bourgeoisie travaillant pour elle seule, exploitant pour elle seule, massacrant pour elle seule, il lui est nécessaire de faire croire qu’elle travaille, qu’elle exploite, qu’elle massacre pour le bien final de l’humanité. […] Monsieur Michelin doit faire croire qu’il ne fabrique des pneus que pour donner du travail à des ouvriers qui mourraient sans lui. » (Les Chiens de garde, 1932)

Il y a au moins trois sortes de violence. La violence physique des coups de poing, des coups de couteau, des conditions de travail de plus en plus insupportables dans les usines, mais aussi dans les bureaux.

Il y a la violence de l’écart qui se creuse chaque jour davantage entre les riches et les pauvres, avec des dividendes de plus en plus substantiels et des licenciements de plus en plus nombreux.

Et puis il y a la violence culturelle, de classe, comme quand les délégués du personnel d’une grande entreprise sont tolérés en bout de table des conseils d’administration.

Michel Pinçon est retourné dans ses Ardennes natales où, quand il était jeune, la ville et l’usine vivaient en symbiose. Aujourd’hui, les Ardennes sont sinistrées. Parcourez les 13 kilomètres qui séparent Sedan de Bouillon en Belgique. Vous passez de l’enfer au paradis, de la casse sociale totale d’une ville peuplée de 25 000 habitants au début des années 80 et qui en compte à peine 18 000 aujourd’hui à la quiète opulence de la petite cité natale de Léon Degrelle.

Fonderie Porcher

Fonderie Porcher

À Nouzonville (que connaît bien Michel Pinçon), la ville de Jean-Baptiste Clément, où l’on trouve des maisons à 500 euros le mètre carré, un fonds d’investissement californien a mis à sac une grande fonderie d’acier.

Les travailleurs ont subi deux violences : celle de se retrouver au chômage et celle – tout aussi insupportable – d’un « décor sinistré qui leur dit qu’ils n’ont guère plus de valeur que les pièces moulées ratées que l’on mettait au rebut. »

Fermer une usine, c’est tuer le respect du travail, l’attachement au terroir et à une commune.

Autre violence insupportable que tous les travailleurs de France et d’ailleurs doivent désormais subir : le dogme selon lequel leur salaire est une « variable d’ajustement », un coût et non un dû, avec ces lancinantes menaces d’externalisation alors que, comme le rappellent les auteurs, dans le calcul du prix d’une voiture (ou d’une paire de tennis) la main d’œuvre de production n’entre que pour 1/20ème dans prix final.

Autrefois, la bourgeoisie décrivait l’ouvrier comme un oisif, un alcoolique en puissance. Aujourd’hui, il est un fraudeur aux allocations sociales, alors que les fraudes des assurés représentent tout au plus 1% des comptes de la Sécu, contre 80% (16 milliards) liés aux cotisations patronales impayées et au travail dissimulé.

Pendant ce temps, la fraude fiscale est un « sport de classe », une jouissance perverse. Les paradis fiscaux sont connus. Ils coûtent à l’État français 40 milliards d’euros par an.

Par ailleurs, les représentants de la classe dominante imposent leur vulgarité : Berlusconi, ses partouzes et ses chaînes de télé ; Sarkozy qui demande à un publicitaire de lui trouver une femme, l’Etonien Boris Johnson, maire conservateur de Londres qui, lors d’une campagne électorale, lance le mot d’ordre suivant : « Votez conservateur car votre femme aura de plus gros seins et vous une BMW M3 » (Voting Tory will cause your wife to have bigger breasts and increase your chances of owning a BMW M3.).

C’est en transgressant sans vergogne que le dominant « prend le pas sur le dominé, lui-même tenté de se replier sur un individualisme de dernier recours en abandonnant utopies et luttes collectives. »

Il faut être un Pujadas pour s’étonner que des travailleurs désespérés puissent casser du matériel. Cette exaspération n’est qu’une faible et très sporadique réponse aux humiliations endurées quotidiennement, comme le racontent des ouvriers des Ardennes reçus par le préfet : « Il nous a facturé le nettoyage de la moquette du bureau où nous avons été reçus, car nos chaussures portaient encore la trace des pneus que nous avions fait brûler pour donner de la visibilité à notre action. »

Pour traduire en discours politique leurs observations et analyses sociologiques, les auteurs renvoient au mythe fondateur du hollandisme présidentiel, le célèbre discours du Bourget où le futur président expliqua qu’il n’avait qu’un seul ennemi, sans nom et sans visage : la finance.

Les Pinçon-Charlot renvoient Mimolette Ier dans les cordes de son mensonge. Tous les proches qui comptent dans son équipe sont en contiguïté avec la finance ou en relèvent directement : Jean-Jacques Augier, Jean-Pierre Jouyet, Henri de la Croix de Castries, Christophe de Margerie et bien d’autres encore.

La Violence des Riches recto

En pleine connaissance de cause et en pleine lumière, Hollande pratique le mélange des genres. Pierre Moscovici est un affidé du fief de Peugeot. Nicolas Dufourcq, le directeur de la Banque publique d’investissement (qui compte en son conseil d’administration Ségolène Royal et Jean-Paul Huchon), a participé à la privatisation de Wanadoo et a été directeur financier de Cap Gemini.

Tout petit, déjà, Hollande savait qu’il ne se garderait qu’à gauche. En 1983, il publie, sous un pseudonyme,La Gauche bouge. Il prévient : « Finis les rêves, enterrées les illusions, évanouies les chimères. Le réel envahit tout. Les comptes doivent forcément être équilibrés, les prélèvements obligatoires, les effectifs de la police renforcés, la Défense nationale préservée, les entreprises modernisées, l’initiative libérée. »

L’Enarque n’a pas encore 30 ans quand il écrit ces lignes. Pas étonnant qu’il capitulera devant les grands entrepreneurs, devant les banquiers, dès sa première année de mandat, en prenant dans la poche des citoyens ordinaires pour abonder les caisses des capitalistes.

De Gaulle avait choisi comme Premier ministre le fondé de pouvoir de Rothschild. Sarkozy avait recruté François Pérol, associé de cette même banque, comme secrétaire général adjoint de l’Élysée. Au même poste, Hollande nomma Emmanuel Macron, un autre associé-gérant de cette même banque. Le ministère des Finances fera de Rothschild (« sans nom et sans visage », bien sûr) son interlocuteur préféré en lui déléguant des missions publiques.

Il n’est plus une seule décision d’importance prise au sommet de l’État sans qu’elle ait été expertisée par Rothschild, Lazard à la rigueur. Sont-ce ces établissements privés qui ont conseillé à Hollande de baisser le taux de l’épargne populaire et de soustraire des milliards d’euros réservés au financement des logement sociaux et à l’aide aux collectivités locales ?

Sont-ce ces banquiers qui ont inspiré la loi de « sécurisation de l’emploi » (sic) qui démantèle le droit du travail, accroît la précarisation ? Seuls six députés socialistes se prononceront contre ce texte scélérat.

Tout est discours. Avez-vous récemment entendu un dirigeant prétendument socialiste (ne parlons pas de Hollande ou Ayrault) prononcer le mot « ouvrier » ? Les Solfériniens vivent dans le monde « réenchanté » du Medef. Un monde où la crise de 2008 n’est pas dû aux banquiers véreux et aux entrepreneurs voyous mais aux “ avantages acquis ” (alors qu’il s’agit de droits conquis) des travailleurs.

Le discours dominant édulcore la réalité. Il n’y a plus de clochards mais des SDF, plus de chômeurs mais des sans-emplois. Les plans de licenciement sont des plans sociaux, voire des plans de sauvegarde de l’emploi.

Les privatisations sont des cessions d’actifs publics. Jospin, ce grand poète, parlait même de respiration. Le discours « arrache aux individus un consentement volontaire aux règles qu’il impose ». En premier lieu, son temps, qui doit être productif, même la nuit. Il faut que le travailleur « désire » faires des heures supplémentaires, et que, comme dans tout univers totalitaire, il « aime » Big Brother, son exploiteur.

Les techniques d’asservissement sont désormais d’une inventivité inouïe. La société Nestlé a proposé aux salariés de plus de cinquante ans d’une filiale italienne de diminuer leur temps de travail de 40 à 30 heures par semaine, avec une baisse de salaire de 25 à 30%, afin de promouvoir la candidature d’un de leurs enfants à un emploi aux mêmes conditions dans la même entreprise.

Ceci est révélateur du désarroi, du manque de résilience, de la désorganisation du monde salarial. Quand on pense que la Maison de la Mutualité est désormais gérée par le groupe international GL Events et que Sarkozy y a prononcé son discours du 22 avril 2012 pour y reconnaître sa défaite !

La Violence des Riches verso

Billancourt a été éradiqué. La navigation de plaisance a envahi les ports de pêche. Comment mieux tuer la mémoire des luttes ? Il y a aujourd’hui dix fois moins d’emplois industriels à Paris qu’en 1999.

« Quoi qu’ils fassent, « les dominés ont tort », nous disent les auteurs. Ceux des syndicats qui luttent encore un peu, qui n’acceptent pas l’ordre financier du monde, sont taxés de populisme. Tout comme – et ce n’est pas un hasard – le Front de Gauche. Le Figaro, quant à lui, n’est pas taxé de « bourgeoisisme ». Et Arnault de « richichisme ».

Espérons qu’un jour Michel Pinçon pourra prendre le temps de nous raconter les Ardennes de son enfance. Cela ne nous rendra pas plus riches. Plus forts, peut-être.

AUTRES LIENS

* une vidéo sur le thème du livre à voir ICI

* Monique Pinçon-Charlot : « La violence des riches atteint les gens au plus profond de leur esprit et de leur corps »

PROCHAINES SEANCES PROGRAMMEES

- Mardi 22 Juillet 2014 : cafeco 199 : « La collectivité unique à la Réunion » par le Pr André ORAISON

- Mardi 12 Août 2014 : LBSJS 101 : La Violence des Riches séance 2

- Relâche hivernale

- Mardi 30 Septembre 2014 (5è mardi !) : cafeco 200 : "Le saumon"....et La fête du bicentenaire du cafeco !

Connaissez-vous l’émission « modeste et géniale » de Daniel MERMET sur France-Inter (98.8Mhz à St Denis) à 15h05 (heure métropole) soit 17h05 (heure Réunion) ? SIGNEZ LA PETITION POUR LE MAINTIEN DE L’EMISSION : http://mailing.la-bas.org/redirect.php4 ?id=10887&t=1

Voir sur http://www.radiofrance.fr/chaines/france-inter01/emissions/labas/ et sur http://www.la-bas.org/

mél : labassijysuis@radiofrance.com

répondeur pour vos messages : 01 56 40 37 37

Contacts GSM : B. BOURGEON : 0692 05 45 05 ou JMT : 0692 02 92 71 jean-marc.tagliaferri@wanadoo.fr

Retrouvez le Repaire et sa documentation sur le site web : http://aid97400.lautre.net

Le Repaire de Là-bas si j’y suis, un collectif de l’Association Initiatives Dionysiennes


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1972184

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Repaire de Là-bas Si J’y Suis  Suivre la vie du site 2014   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License