AID Association initiatives dionysiennes
Billet d’humeur suite au changement de premier ministre

Ayrault valse, Valls en héraut (héros ?)

par Bruno BOURGEON

mercredi 2 avril 2014 par JMT , BOURGEON Bruno

Vous connaissez le 2 Avril ? voir à la fin !

Navigation rapide

Alors ça y est, c’est décidé, notre président a tiré les leçons des Municipales : puisque les Français ont sanctionné la politique gouvernementale trop orientée à droite, que le vote a clairement exprimé un virage à droite, c’est donc : « barre à droite, toute ! », avec la nomination de Manuel Valls comme premier ministre.

Ce dernier se fera le chantre du social-libéralisme, le héraut des mauvaises nouvelles économiques, et le héros de l’enfouissement écologique. Alors que les présidentielles avaient exprimé un vote à gauche, un « yen a marre » du sarkozysme, on va encore gloser sur la versatilité de l’opinion française.

Et Ayrault pourra se consacrer à « son » aéroport.

Pourtant les leçons de ce scrutin, loin des considérations locales, sont on ne peut plus claires : les orientations politiques ont montré depuis trente ans leur inanité quant aux règlements des crises, le chômage continue de croître malgré la croissance positive du PIB, l’écart entre riches et pauvres ne cesse de grandir, la valeur travail recule devant le capital, les fonds de pension des actionnaires mènent les entreprises à la baguette, et même un compte bénéficiaire ne se traduit pas par de l’emploi.

Comme quoi, élargir les marges des entreprises ne crée pas de l’emploi, et le pacte de responsabilité, qui n’est ni plus ni moins qu’un simulacre de politique de l’offre, ne créera pas plus d’emploi.

Car ce qui crée de l’emploi n’est pas la marge bénéficiaire d’une entreprise, c’est sa capacité à répondre aux besoins, l’augmentation de son volume de production, bref un pouvoir d’achat augmenté des clients potentiels.

Keynes l’avait très bien compris en son temps, et avait théorisé le New Deal que Franklin Roosevelt a consciencieusement appliqué pour sortir de la crise de 1929.

Mais ce schéma n’est pas reproductible aujourd’hui du fait de la crise de la dette, empêchant de s’endetter davantage. Une politique de la demande, certes, mais en redonnant aux banques centrales le pouvoir de battre monnaie, tout en contrôlant l’inflation, en interdisant aux banques privées de prêter aux états plus que ne leur permet leur trésorerie, en voulant une Europe sociale et non économiquement libérale, en combattant tout ce qui fait que nous allons de nos jours droit dans le mur : le néo-libéralisme, malheureusement illustré par un Grand Marché Transatlantique, qui ne résoudra rien, mais menacera encore plus nos économies déjà fragilisées.

Hollande n’a pas compris ou se satisfait de la situation ; l’Europe ne peut pas, ne doit pas être maîtresse des destinées des états européens, et les crises actuelles, nées du libéralisme économique, source de tous nos maux, accentués en 2008, ne sauraient être résolues par le libéralisme économique.

C’est d’une autre vision dont nous avons besoin : une vision de sobriété, de frugalité, de partage du travail, d’économie locale et circulaire, dans un grand élan de solidarité, le troisième vocable de notre devise : la fraternité !

Bruno Bourgeon, Président d’AID

MIEUX VAUT EN RIRE ?

Le Président a soigneusement évité la date du 1er Avril pour annoncer le changement de premier ministre fait la veille.

Il a attendu, pour annoncer le nouveau gouvernement le 2 Avril, Journée Mondiale de Sensibilisation à l’AUTISME

Dur dur pour les gourous de la com’ !!!!!!

LIENS

* courrier des lecteurs de Zinfos974 du 2 Avril 2014 à 06:48 :" La valse des zéros"

A TELECHARGER

PDF - 474.1 ko
parution presse réunionnaise

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1910798

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site POLITIQUE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License