AID Association initiatives dionysiennes
La source de toute vie

Cafeco181 : « La biodiversité »

Présentation de Bruno BOURGEON

jeudi 22 novembre 2012 par JMT

RDV à la « Trattoria Napoletana » Mardi 27 Novembre 2012, de 18h à 20h30,

65 Rue Alexis de Villeneuve (entre rue Auber et rue Gounod)

Tel 0262474880 (Trattoria) ou 0692029271 (JMT). Repas partagé pour ceux qui désirent continuer à échanger.

Plan d’accès

Affiche

PDF - 47.2 ko
Affiche Cafeco181

Introduction

Au cours de cette conférence, nous allons revenir à l’essence même de la discipline écologique : la Nature dans sa dimension de diversité biologique.

La diversité biologique, ou biodiversité, décrit toutes les variétés de formes de vie sur terre, et se situe à 3 niveaux : l’espèce, l’écosystème, et l’information génétique.

Elle désigne toutes les formes de vie, les écosystèmes et les chaînes de relations dont elles font partie. Elle possède une valeur intrinsèque : au-delà de la valeur traditionnelle ou spirituelle que l’Homme a de tous temps donné à la Nature, l’espèce humaine (et toutes les autres espèces) dépend de la biodiversité, par les services (nutriments, oxygène, eau, climat, etc…) et les produits qu’elle fournit (nourriture, fibres, bois, etc…).

Sur terre, il existe trois enjeux liés à la biodiversité : la protection des espaces naturels, la perte des zones naturelles et la conversion des espaces naturels en terres agricoles.

La biodiversité marine offre aussi à développer trois enjeux : l’arrêt de la surpêche, la protection des récifs coralliens et la mise en place d’aires protégées en haute mer.

Ces enjeux mondiaux nécessitent la mise en place de conférences internationales comme les conférences des parties (COP) et les conventions sur la diversité biologique (CDB).

Après Nagoya en 2010, où il a été question de fonds pour la protection de la biodiversité, de l’accès et du partage des avantages qu’on peut en retirer, s’est tenue récemment la dernière COP, ou COP11, à Hyderabad, en Inde, et nous vous proposons un bref aperçu de ce qui s’y est dit et conclu.

Nous évoquerons également la Convention qui s’est tenue à Hobart, en Tasmanie, fin octobre 2012, sur la protection de la biodiversité dans l’océan Antarctique, et La Réunion est directement concernée puisque elle est le siège de la direction des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF).

DIAPORAMA

* les diapositives seules

PDF - 2.8 Mo

* les diapositives avec les commentaires

PDF - 3.8 Mo

Ne pas laisser la biodiversité aux mains de la finance !

par Attac France

Mercredi 17 octobre les chefs d’Etats, de gouvernement et ministres concernés rejoindront la 11ème Conférence des Parties de la convention de l’ONU sur la biodiversité à Hyderabad (Inde) et Delphine Batho, ministre de l’Ecologie, présidera la délégation française.

Deux ans après l’adoption du Protocole de Nagoya, l’érosion de la biodiversité n’est pas prête d’être stoppée ni même ralentie, malgré les engagements annoncés lors de cette dernière Conférence, saluée trop vite comme un succès du multilatéralisme onusien. Depuis, seuls six pays ont ratifié le Protocole. Et cette ratification n’est toujours pas à l’ordre du jour de l’agenda de l’Union européenne.

A Hyderabad, la question des financements de la protection de la biodiversité, dont il a été convenu « une augmentation substantielle », est à nouveau sur la table. Mais ni les montants, ni la provenance, ni les modalités pour recueilir ces fonds destinés à protéger la biodiversité dans les pays les plus pauvres - qui sont bien souvent parmi les plus riches dans ce domaine– n’ont été fixés. Comme pour le climat, les pays donateurs réduisent leurs financements. La dette publique renforce le refus d’assumer la dette écologique contractée par les pays les plus riches ; et les politiques d’austérité, non seulement provoquent des drames sociaux et minent la démocratie, mais sont un frein à la transition écologique.

Selon les documents préparatoires à la Conférence d’Hyderabad, la protection de la biodiversité nécessiterait des « instruments financiers innovants ». A l’image des marchés carbone pour le climat, qui ont pourtant fait preuve de leur échec, il s’agirait de généraliser les banques et marchés de la compensation et les paiements pour services écosystémiques. La biodiversité est ainsi livrée à la finance privée au mépris de la complexité, de l’unicité et de l’incommensurabilité des écosystèmes, au détriment des droits des populations locales et au au seul profit de quelques entreprises qui pourront continuer à polluer, détruire et spolier la biodiversité.

Lors de la séance d’ouverture de la Conférence, la ministre indienne de l’Environnement, Jayanthi Natarajan, a ainsi encouragé « à investir davantage en vue d’une amélioration du capital naturel ». L’Union européenne est l’un des plus fervents promoteurs de cet agenda. Le commissaire européen en charge de l’environnement a ainsi proposé de généraliser la « comptabilité du capital naturel » et de travailler avec la Banque européenne d’investissement (BEI) pour créer des instruments financiers facilitant l’investissement privé dans la biodiversité. Ainsi réduite à un « capital naturel », la biodiversité serait abandonnée aux décisions des marchés et investisseurs financiers, pour qui la crise de la biodiversité est une opportunité et un nouveau terrain de jeu.

À ces logiques-là dont l’inefficacité écologique et la dangerosité sont déjà attestées, notamment par les dérives de la finance carbone, nous opposons la nécessité d’assurer un financement public mondial, alimenté notamment par des taxes globales. La préservation de la biodiversité ne pourra être effective que par la réduction drastique de l’empreinte écologique des pays et populations les plus riches de la planète, par des mesures réglementaires empêchant la biopiraterie amplifiée par la libéralisation des brevets sur le vivant et la spoliation des savoirs traditionnels.

Attac France, en lien avec des réseaux européens, s’oppose aux mécanismes de financiarisation de la nature : les risques de réduction de la biodiversité ne tiennent pas à la gratuité des services écosystémiques, mais au refus d’engager une véritable transition écologique.

Attac France, le 16 octobre 2012

Pour une analyse plus détaillée des logiques concourant à la financiarisation de la nature et l’introduction de la nature dans le cycle du capital, voir Attac France, La nature n’a pas de prix, les méprises de l’économie verte, éd. LLL, 2012

PROCHAINES SEANCES PROGRAMMEES

Après cette séance, nous quitterons la Trattoria Napoletana et désormais nous serons au restaurant « Pasta e Vino », rue de la Victoire, près de la Cathédrale, salle du haut, dans un cadre très agréable !

- mardi 11 Décembre 2012 : LBSJS 84 « Bilan 2012 »

- mardi 29 Janvier (exceptionnellement le 5è) 2013 : Cafeco 182


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1915663

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Cafeco  Suivre la vie du site 2012   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License