AID Association initiatives dionysiennes
Un an de plus.....et de nouveaux développements

LBSJS-81 : 11/9/2012 : 39 ans de manipulations !

Présentation de Jean-Marc Tagliaferri

jeudi 6 septembre 2012 par JMT

RDV à la « Trattoria Napoletana » Mardi 11 Septembre 2012, de 18h à 20h30,

65 Rue Alexis de Villeneuve (entre rue Auber et rue Gounod)

Tel 0262474880 (trattoria) ou 0692029271 (JMT). Repas partagé pour ceux qui désirent continuer à échanger.

Plan d’accès

Affiche A4

PDF - 43.2 ko

présentation

Les médias ont abondamment couvert le 11 Septembre 2001 où l’Amérique a feint de découvrir qu’on pouvait lui faire ce qu’elle fait régulièrement depuis des décennies.

Mais le 11 Septembre 1973, le « coup de Santiago » a mis fin à la présidence de Salvador Allende, mort après un coup d ‘état d’extrême-droite fomenté par la CIA , ITT et les réseaux Condor auxquels la barbouzerie française n’est pas étrangère.

En effet, suite à la guerre d’Indochine puis celle d’Algérie, nous avons pu exporter notre « savoir faire » en Amérique du Sud .

Savoir faire ? tiens tiens ? vous souvenez-vous de Michèle Alliot-Marie proposant devant l’assemblée nationale en Décembre 2010 au gouvernement du président Ben Ali de recourir à « l’expertise française » en matière de maintien de l’ordre…

Mais nous sommes de tous petits joueurs, toujours dans l’ombre du grand frère yankee, même pendant les périodes de l’ombrageux Charles de Gaulle ou celles du « socialiste » François Mitterrand.

Et quant à Jacques Chirac, s’il a résisté aux USA pour la 2eme Guerre du Golfe contre l’Irak, ce n’est peut-être pas seulement pour de hautes raisons intellectuelles .....

Le 11/9/2001 a-t-il été une divine surprise ou un événement provoqué ? Toujours est-il que les conséquences en sont les mêmes et fort pratiques pour que la droite dure US continue à appliquer ses projets de mise en coupe réglée de la planète pour répondre aux besoins primordiaux de sécurité et d’approvisionnement de la nation US dont Bush Jr déclarait « notre niveau de vie n’est pas négociable ».

Remise au pas des alliés notamment européens et asiatiques, remise au pas de l’intelligentsia US, arsenaux législatifs, nouvelles opérations guerrières menées sous couvert de l’ONU, ou pas, par une OTAN omniprésente poursuivant des objectifs déjà visés dans les années 90 pendant et après la guerre des Balkans, reprise en main directe de territoires naguère « concédés » à des supplétifs (France en Afrique par exemple) , tout cela participe du même objectif.

Géopolitique des hydrocarbures autour de la Mer Noire

Mais la machine ne tourne pas aussi bien que prévu : l’Afghanistan tourne au Viet-Nam, l’Irak est toujours une poudrière, l’Iran est insoumis, la Russie relève la tête, le Hezbollah tient tête à Israël au Liban, la Turquie est moins soumise, les printemps arabes voient arriver de Tunisie en Egypte, la Chariah partout, le Sud Soudan vire au protectorat chinois, laquelle Chine devient omniprésente en Afrique pour y truster les matières premières dont elle est affamée, le Tibet est plus asservi que jamais.

L’Empire étasunien est assez mal en point financièrement, la production de gaz de schistes et autres pétroles lourds améliore l’approvisionnement « national » en énergie mais au prix de dégâts environnementaux accrus et sans visibiilité à long terme.

Et voilà maintenant la Syrie, zone de tous les dangers, potentiellement l’un des plus grands producteurs de gaz dans ce bassin est de la Méditerranée où chacun veut le voler au voisin égyptien, israélien, gazaoui, libanais, syrien, chypriote ou nord chypriote, turc et grec…. pendant qu’au nord la lutte des gazoducs et oléoducs pour l’alimentation de l’Europe et le « containement « de la Russie fait rage depuis 15ans.

Que pèsent la dedans les morts syriens ou autres ? Encore une « ingérence humanitaire » en vue ?

VIDEOS

Je laisserai Michel Collon nous présenter le fil conducteur qui est l’utilisation des médiamensonges version actuelle de la ruse guerrière antique qui des Achéens à Sun Tsu et à Machiavel a dirigé les relations internationales.

Ces vidéos constituent l’enregistrement d’une conférence GlobalResearch TV.com 4 juillet 2012 à Montréal (environ 44’)

* Michel Collon Guerres et médiamensonges 1/5 9’59"

* Michel Collon Guerres et médiamensonges 2/5 9’59"

* Michel Collon Guerres et médiamensonges 3/5 9’59"

* Michel Collon Guerres et médiamensonges 4/5 9’59"

* Michel Collon Guerres et médiamensonges 5/5 3’45"

ou la version "non stop" de 43’36"

11 Septembre : La terreur médiatique

par Gaston PELLET

Comment, en 3 constatations, le sujet du 11 septembre est confirmé comme étant le tabou indépassable des médias Français, 11 ans après les faits.

1ère constatation : Le 11 septembre n’est plus abordé dans les médias en temps que tel, mais indirectement par son produit dérivé, le conspirationnisme.

C’est en fait le symptome de la peur que produit encore le sujet sur les médias en France. L’aborder directement revient en fait à admettre que la version officielle peut se discuter, ce qui est la chose à éviter. Donc pour disqualifier ceux qui irrémédiablement continue à en douter tout en ne prenant pas le risque de l’enquête sérieuse sur les faits, appellent à grand renfort l’analyse psychopathologique des conspirationnistes, ce qui revient donc à aborder le thème sous l’angle de la folie, permettant de dénier par essence même la possibilité de tout argumentaire rationnel de la part de ceux qui doutent.

Ça a été donc l’objet de la série de l’été de Médiapart, "enquête sur les théories du complot". En fait, une analyse sous l’angle de la psychiatrie faite par le biologiste Nicolas Chevassus-au-Louis, agrémenté de vidéos de sociologues universitaires pour la caution scientifique. Cette série a été l’objet d’un nombre impressionnant de commentaires, pour la plupart négatif, et suivi d’une mise au point devant le tollé suscité auprès des abonnés Mediapart dont je faisait parti. Le principal reproche étant pour Médiapart qui se définit comme un média indépendant d’investigation, d’avoir livré là une analyse sur la base de fait pris pour argent comptant, tout en assumant de refuser d’y apporter la moindre vérification factuelle au moyen d’une véritable enquête.

2ème constatation : après avoir défendu la même position pendant 11 ans, la presse a toujours à coeur de nous rappeler qu’elle croit sans réserve à la version officielle, comme si on ne le savait pas.

Ansi donc, pour Paul Jorion qui l’écrit dans son Blog "Or, dans ce cas–ci, la version officielle me semble, jusqu’à preuve du contraire, complète et cohérente."

Médiapart y va également de sa conviction profonde

"nous pensons que les attentats du 11 Septembre ont été organisés par les islamistes du groupe de Ben Laden, comme le décrit le rapport de 2004 de la Commission nationale d’enquête sur les attentats contre les Etats-Unis. Ce fait nous semble aussi avéré que l’innocence du capitaine Dreyfus."

C’est un moment excellent pour résumer cette version officielle, complète et cohérente telle quelle.

Le 11 septembre 2001, 19 musulmans arabes pirates de l’air, commandés par leur chef - sous dyalise - Oussama Ben Laden depuis sa grotte ultramoderne, ont réussi à l’aide de simples cutters à déjouer le système de défense militaire le plus sophistiqué du monde à 4 reprises dans la même journée.

A l’aide de 2 avions de ligne, ils ont réussi à faire tomber 3 immeubles (WTC 1, 2 et 7) sur leur propres empreintes, et à une vitesse proche de la chute libre.

Alors que - selon le NIST - les feux ont été suffisant pour affaiblir l’acier des structures et provoquer la chute des tours, dans les heures qui ont suivi, les enquêteurs ont retrouvé dans les décombres du WTC le passeport à peine abimé de l’un des pirates de l’air.

Au terme d’une accrobatie aérienne exceptionnelle, un avion est allé s’écraser sur le pentagone, l’un des immeubles les plus gardés des Etats Unis. Malheureusement et malgré la centaine de caméras de surveillance pointée sur le bâtiment à ce moment là, il n’existe aucune image montrant la présence d’un avion avant et pendant l’impact. L’absence de débris - notamment des réacteurs avec des parties en titane, de bagages, et même des boites noires - s’explique par le fait que l’avion se serait entièrement volatilisé durant l’impact, sans laisser d’autres traces et une pelouse quasi intacte.

Les passagers d’un 4ème avion ont passé des appels téléphoniques pendant plusieurs minutes, alors qu’ils étaient en vol et sous la menace des terroristes, et avec de simples téléphones portables. Ces appels sont les seuls éléments permettant d’attester de manière indiscutable de la présence de pirates de l’air dans les avions. Par la suite, ce 4ème avion est allé s’écraser en étant entièrement absorbé par le sol, et là également on ne retrouva ni corps, ni débris, ni boite noire.

Suite à quoi, après avoir échappé pendant plus de 10 ans à la vigilance du réseau militaire le plus important du monde, Oussama Ben Laden a finalement été localisé dans une maison situé à 500 mètres d’installations militaires. Lors d’une opération commando où Ben Laden a résisté (ou pas ?), il a finalement été tué sans que l’on puisse lui poser la moindre question sur son implication dans les évènements du 11 Septembre 2001, et son corps fut immédiatement jeté dans l’océan.

Voilà donc ce à quoi on est prié de croire sans réserve.

3ème constatation : Pour être invité dans les médias, il faut croire sans réserve à la version officielle du 11 Septembre, et surtout l’écrire

Médiapart, Jorion, il s’agissait jusqu’alors de rares ilôts médiatiques qui n’avaient pas pris position sur le 11 Septembre. Voilà qui est fait, et dans la plus parfaite doxa. M. Plenel et Jorion peuvent maintenant souffler : ils continueront à être reçus à la télévision.

Ainsi donc, il ne reste plus qu’à Fakir et Acrimed d’aller dans le même sens pour que la totalité des médias établis en France - sans exception - aient dans un touchant ensemble la même position sur le sujet.

Et c’est là le fait essentiel de ces papiers qui sont paru cet été sur le 11 septembre, ce sont des passages obligés pour être accepté dans le milieu médiatique. Car entre le point de vue indigeant de Médiapart et de Paul Jorion, conforme en tout point à la doxa officielle, et celui de Frédéric Lordon qui de manière très subtile en dénonce les ficelles, quelle est la différence ? Médiapart representé par Edwy Plenel et Jorion sont des personnalités qui courent les médias, en vivent, alors que Frederic Lordon les fuient en refusant pratiquement toutes les invitations qui lui sont faites.

Je serai tenté de conclure que la croyance que l’on a sur les causes réelles et complètes des évènements du 11 septembre 2001 est structurellement lié à sa position sociale, et à sa dépendance à l’industrie médiatique. Pour le dire plus simplement, dès lors que l’on vit par et pour les médias, on est automatiquement convaincu que le 11 septembre est exclusivement le fait de la nébuleuse Al Quaeda et de son chef Oussama Ben Laden, à l’exclusion de toute complicité ou complaisance extérieure.

Cela discrédite donc totalement n’importe quel média ou personne médiatique à évoquer le 11 septembre sous l’angle "conspirationnistes", et j’invite d’ailleurs tout lecteur abonné à tel ou tel média qui se fourvoierai dans cette voie à s’en désabonner, ne voulant pas cautionner ce discours de lâcheté consistant à répêter inlassablement "circulez, il n’y a rien à voir".

références :

Mediapart : Enquête sur les théories du complot : en réponse aux commentaires (accès payant)

Analyse de la série de Mediapart par l’association Reopen911

Blog de Paul Jorion : PIQÛRE DE RAPPEL : Complots et thèse du complot

Frederic Lordon, la pompe à Phynance : Conspirationnisme : la paille et la poutre probablement ce que on peut lire de plus intelligent sur le sujet depuis bien longtemps dont voici la version imprimable téléchargeable :

PDF - 359.4 ko

Pour en finir avec le 11 Septembre, partie immergée du Nouvel Ordre Néolibéral

13 septembre 2011 Chems Eddine CHITOUR

version imprimable téléchargeable :

PDF - 142.3 ko

« Les négationnistes du 11 septembre sont des ennemis de la démocratie ou, au mieux, les idiots utiles de l’extrémisme. ls doivent être dénoncés comme tels » Laurent Joffrin

C’est par ces mots que le débat d’idées est engagé, induisant de ce fait, la promesse de toutes les foudres pour ceux qui seraient tentés d’avoir un avis contraire, dans la plus pure tradition de l’intolérance comme ce fut le cas pour le négationnisme à propos de l’ampleur de l’holocauste. Un grand sondage H.E.C. Junior Conseil pour ReOpen911 : 58% des Français doutent de la version officielle des attentats du 11 septembre.

Il n’empêche ! La liberté de parole a ses limites en Occident qui se veut donneur de leçon. Le quotidien danois Jyllands Posten, situé à droite, avait publié en 2005 les douze représentations de Mahomet, qui déclenchèrent l’affaire que l’on sait. Les questions liées à la liberté d’expression lui tiennent donc particulièrement à coeur. Des ruines de Ground Zero a émergé une culture de l’outrage qui, poussée à l’extrême, conduit à des restrictions de liberté bien plus drastiques que de simples dispositifs techniques tels que les caméras de surveillance ou les scanners dans les aéroports. (1)

Que s’est-il passé le 11 septembre : version officielle et doutes

La version officielle nous dit quelques heures après la chute des 3 tours du WTC que 19 terroristes ont détourné des avions et les ont fait écraser sur les tours et sur le Pentagone occasionnant la mort de près de 3000 personnes. Cet événement a eu des répercussions dans le monde entier et va structurer encore ce nouveau siècle pendant de longue année. Pour la première fois de son existence, l’Empire est attaqué sur son sol.

Pourtant, des doutes se sont fait jour malgré l’enquête officielle sur les causes et les commanditaires de ces attaques. Ce qui est vrai c’est que deux avions ont percuté les tours du WTC mais ces tours sont-elles tombées sous le choc et l’incendie ou ont-elles été aidées dans leur chute par une autre cause ? Justement, deux énigmes ont retenu l’attention. Les explosions et la chute inexpliquée du bâtiment 7, non touché par les impacts des avions. En août 2006, le professeur Graeme MacQueen publiait une étude complète sur les témoignages recueillis auprès du département incendie de New York (Fdny) dans les mois qui suivirent le 11 septembre. Au travers d’un corpus de témoignages venant de 503 pompiers et secouristes, qui représente environ 12.000 pages et en appliquant une méthode de pointage rigoureuse, il a extrait 177 témoignages provenant de 118 témoins soutenant l’occurrence d’explosions au World Trade Center. Si des explosions ont joué un rôle critique dans ces chutes, la version officielle avec Al Qaîda en son centre pourrait devoir être révisée de manière radicale, voire complètement abandonnée. (2)

« Il n’y a pas de livre d’Histoire, écrit Ariane Walter, professeur de philosophie, plus passionnant, plus riche, plus indispensable, pour comprendre les secrets du 11 septembre que « La route vers le nouveau désordre mondial » de Peter Dale Scott. Oui, le 11 septembre a aussi été un coup d’Etat d’une partie du gouvernement américain. L’habileté de Scott est de nous dire : ne croyez pas que le 11 septembre soit, dans l’histoire des Etats-Unis, un événement soudain et unique. 50 ans de politique l’ont amené, préparé, construisant une situation monstrueuse qui ne pouvait que le produire. « Le 11 septembre doit être envisagé comme le point culminant d’un mécanisme à l’oeuvre depuis un demi-siècle, conduisant à des décisions prises en secret par de petites coalitions, à la militarisation du maintien de l’ordre, à des plans prévoyant la séquestration des dissidents, ainsi qu’à des opérations, des transactions et des actifs gouvernementaux échappant au contrôle de nos représentants et enfin par la gouvernance de ceux qui financent les partis politiques plutôt que par ceux qui s’y impliquent. » Mais les maîtres réels des Etats-Unis, seront Dick Cheney, Donald Rumsfeld et Brzezinski. Qui a monté l’attentat ? Al Qaîda ? Les US ? Le Mossad ? L’Arabie Saoudite ? Le Pakistan ? Al Qaîda, en particulier est l’enfant de la CIA ». (3)

Sarah Difallah s’interroge pour sa part et écrit : « La CIA aurait-elle pu empêcher les attentats ? Les Etats-Unis avaient-ils prévu d’attaquer l’Irak avant le 11 septembre ? Si de nombreuses théories du complot se sont développées depuis les attaques du 11 septembre, c’est que de nombreuses zones d’ombre, nourries par les silences et les ambiguïtés du gouvernement américain au lendemain de l’attentat, demeurent. Le rapport de la commission nationale sur les attaques terroristes contre les Etats-Unis, publié le 22 juillet 2004 est considéré comme bâclé par beaucoup de familles de victimes. Dans son ouvrage « 11 questions sur le 11 septembre » (Ed. Jean-Claude Gawsewitch, 2011), Medhi Ba rappelle que le rapport de l’Agence fédérale des situations d’urgence (FEMA) publié en mai 2002, indique « qu’en raison des informations disponibles et du temps imparti, la séquence des événements qui ont conduit à l’effondrement de chacune des tours ne peut être établi de manière définitive ». Pourtant en 2008, l’Institut officiel de normalisation américain (NIST) rend publics les résultats de sa propre enquête qui conclut, elle, à un effondrement dû à la chaleur de l’incendie. Les structures métalliques ont tout simplement fondu » (4)

« Le refus des autorités américaines d’enquêter sur les explosions entendues par de multiples témoins n’a fait qu’alimenter les théoriciens du complot. Pendant une heure et demie, des avions détournés ont volé dans le ciel américain et tout près du Pentagone sans être inquiétés. Officiellement, la guerre en Irak a été déclenchée en réponse aux attaques sur le sol américain et parce que George W. Bush jugeait que Saddam Hussein détenait des armes de destruction massive qui menaçaient la sécurité des Etats-Unis. Dans une enquête documentaire, il est parvenu à démontrer que depuis 1998, sous la pression des néoconservateurs, les Etats-Unis souhaitaient prendre le contrôle de l’Irak. Il révèle également avoir obtenu les notes de l’assistant de Donald Rumsfeld, ancien ministre de la Défense de George W. Bush, prises lors d’une réunion dans l’après-midi du 11 septembre ». Retranscrivant les propos de son patron, il écrit « Judge whether good enough hit S.H at same time. Not only UBL » (Juger si c’est assez bon pour attaquer Saddam Hussein en même temps. Pas seulement Usama Ben Laden). (4)

Les conséquences matérielles du 11 septembre

Du côté américain 5000 morts en Irak et 1500 en Afghanistan 500 milliards pour l’Afghanistan et 1000 milliards de dollars en Irak depuis le 7 octobre 2001 date des premières frappes. Sans beaucoup se tromper, on peut avancer que cette guerre faite aux taliban a fait et fait plusieurs milliers de morts principalement parmi les civils, notamment « grâce » aux drones pilotés par des militaires du fin fond du Texas dans des salles climatisées et qui sèment la mort et la désolation au sein d’une population qui n’a pas vu la paix depuis plus de trente ans. En Irak, c’est aussi la tragédie, on parle de plus d’un million de morts et de milliers de déplacés, un effondrement de l’Etat à qui il faudra une génération pour se remettre le jour où les attentats journaliers qui font des centaines de morts par mois cesseront. Certes les Américains sont partis, il ne reste que 50.000 GI’s qui gardent les puits de pétrole. Pendant ce temps, les Irakiens atomisés s’étripent.

S’agissant de la cause palestinienne, pour Hussam Itani du journal Al Hayat, le 11 septembre 2001 a balayé l’Intifada. Israël a tiré profit de l’insensibilité exprimée par la rue palestinienne devant la tragédie du 11 septembre pour placer ses opérations contre les Palestiniens sous l’étiquette de la « lutte internationale contre le terrorisme ». Sharon pouvait dire : « Nous avons notre Bin Laden » à propos de Arafat...

« Dix ans après, écrit Alain Gresh, rédacteur au Monde diplomatique, « la guerre contre le terrorisme », qui visait à éradiquer toute menace, y compris celle des Etats dénoncés comme « voyous », est un échec, et la rhétorique belliciste de Washington s’est atténuée. Les Etats-Unis devraient se retirer d’Irak d’ici à la fin de l’année, laissant derrière eux un pays détruit, avec un gouvernement divisé et corrompu, qui sera plus proche de Téhéran que de Washington. En Afghanistan, malgré les déclarations lénifiantes, la montée en puissance des taliban apparaît irrésistible, tandis que le Pakistan s’enfonce dans la crise. Quant à Al Qaîda, si son chef Oussama Ben Laden et nombre de ses hauts dirigeants ont été tués, elle a essaimé au Maghreb, au Yémen, au Nigeria, etc. » (5)

« Le prix de ces guerres, avant tout payé par les peuples qui en ont été les victimes, pèse aussi sur les Etats-Unis et plus largement sur l’Occident, de deux manières. Elles ont permis une remise en cause des libertés au nom de la lutte contre le terrorisme, légalisé la torture, les enlèvements, les écoutes illégales, les assassinats ciblés, etc., pratiques qui se sont étendues malgré l’élection du président Barack Obama, comme le montre le maintien du bagne de Guantanamo ou l’utilisation sans restriction de drones. » (5)

L’Islam, le bouc émissaire du néolibéralisme qui prospère

La douleur des familles américaines au même titre que les douleurs des afghans et irakiens qui ont perdu des membres de leur famille dans ces conflits est réellement une tragédie. « Une vie ne vaut rien , mais rien ne vaut une vie » disait André Malraux . Il n’empêche qu’il faut s’interroger sur le fait suivant : « A qui profite ces crimes ? Ce désordre, cette haine attisée ? » Une réponse possible qui, malgré les idéologues comme Samuel Huntington qui appellent de leurs vœux « un choc des civilisations », le vrai coupable c’est cette mondialisation-laminoir et ce néo-libéralisme qui instrumente tout ce qui peut servir sa cause, à savoir la domination du monde par une poignée de puissants qui pousse le monde à sa perte. Résultat des courses, le bouc émissaire depuis la fin de l’Empire soviétique est l’Islam : « ce pelé, ce galeux d’où viennent tous nos maux » dirait Jean de la Fontaine. On attise les tensions interreligieuses et il n’est pas étonnant de ce fait, que des médias bien intentionnés poussent à la roue et bercent dans le sens de l’intolérance l’imaginaire des Occidentaux et notamment des Américains.

On dit qu’après le 11 septembre - partant de la certitude que le 11 septembre est imputé aux terroristes islamiques - les Américains s’interrogent sur la place de l’Islam dans la société américaine, notamment après la menace du pasteur extrémiste Terry Jones qui a finalement « suspendu » son projet de brûler 200 exemplaires du Coran, jour anniversaire des attentats contre le World Trade Center le 11 septembre 2010 . Il est vrai que nous avons eu auparavant les caricatures du Prophète (Qsssl), et ensuite le Discours de Ratisbonne du « panzer cardinal ». On dit que 80% des conflits actuels mettent aux prises des musulmans. (Irak, Iran, Afghanistan, Soudans, Yémen.. Sahel...) Et si toutes ces guerres sont voulues ? Si tout ceci est mis en place pour faire diversion ? Pour que le néolibéralisme continue à laminer les faibles ? Et si le terrorisme fait le lit du néolibéralisme ou l’inverse comme nous l’avons écrit ? (6)

Pour Alain Gresh « le terrorisme est devenu un concept attrape-tout permettant aux Etats de justifier leur politique de répression. Malgré les révoltes arabes et la marginalisation des groupes islamistes radicaux et violents, malgré l’affaiblissement d’Al Qaîda, les discours sur « la menace islamiste » ont profondément infiltré les sociétés et les mentalités en Occident et déstabilisé les minorités d’origine musulmane, entraînant un repli communautaire et la montée d’un climat islamophobe qui fait le lit d’une nouvelle droite radicale. D’autre part, ces guerres déclenchées par Washington ont coûté des sommes folles, entre 3000 et 5000 milliards de dollars pour les seuls Etats-Unis, selon le prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz. Elles ont accéléré l’éclatement de la crise financière (favorisée aussi par les cadeaux aux banques) et réduit les marges de manœuvre de l’Etat. Dix ans après les attaques contre le World Trade Center, c’est le relatif déclin des Etats-Unis, désormais confrontés à la montée en puissance de la Chine, de l’Inde, du Brésil, de l’Afrique du Sud, etc., qui caractérise la situation mondiale. Le 11-septembre n’aura été, finalement, qu’une étape dans ce basculement du monde ». (5)

C’est le même constat que fait Fukuyama : « Les attaques ont marqué le début de la fin de l’hégémonie des Etats-Unis sur le monde de l’après-guerre froide. (...) Les attaques du 11 septembre 2001 ont porté un coup d’arrêt dramatique à cette période. Elles ont ouvert une décennie catastrophique pour l’Amérique, sur tous les plans : diplomatique, militaire et économique. (...) Depuis dix ans, elle a perdu de sa superbe. Ses choix de politique étrangère et de politique économique se sont révélés erronés. Le modèle de croissance américain s’est avéré très fragile et les attaques terroristes ont servi de révélateur à la vulnérabilité du pays. (...) Une certaine islamophobie s’est développée au sein d’une partie de la droite américaine. C’est un sentiment latent chez certains Américains qui peut aisément être exploité par les politiciens car le thème demeure mobilisateur ». (7)

En mars 2011, Peter T. King, parlementaire républicain de l’Etat de New York et président de la commission sur la Sécurité nationale de la Chambre des représentants, prévoyait de tenir des auditions sur la radicalisation des musulmans américains. Quand on veut combattre son ennemi, il faut connaître son « potentiel ». Une étude a été lancée. Combien de musulmans dans le monde ? « Cette étude ne manquera pas d’alimenter la polémique aux Etats-Unis et en Europe », déplore le Washington Post. Et pour cause, « il s’agit peut-être de la première tentative de dresser un état des lieux de la population musulmane dans les différents pays du monde », souligne le quotidien américain. Les musulmans seront 2,2 milliards en 2030.

L’Amérique, écrit Greg Jaffe du Washington Post vit à l’ère de la guerre sans fin. L’extrémisme religieux, les nouvelles technologies et l’armement toujours plus puissant ont propulsé le monde dans « une période de conflit persistant, » à en croire le dernier rapport du Pentagone sur les questions de sécurité planétaire. « Personne ne devrait se bercer d’illusions et penser que le monde industrialisé peut remporter ce conflit dans un avenir proche » (9). 1,6 milliards en 2010 et représenteront 26,4% de la population mondiale contre 23,4% actuellement. Aux Etats-Unis, le nombre de musulmans, passera de 2,6 millions en 2010 à 6,2 millions en 2030. (8)

« Aujourd’hui, poursuit le professeur Francis Fukuyama, ce qui m’inquiète le plus aux États-Unis n’est pas le problème de la dette. C’est plutôt la radicalisation du Parti républicain, avec les « Tea Parties » et la présence très forte des évangéliques. Y a-t-il un rapport entre les attentats et le regain d’audience de ces évangéliques ? C’est possible ». (7)

Sans faire dans la concurrence victimaire, et bien que rien ne remplace une vie, imaginons le nombre de 11 septembre subis du fait de la mort tragique de centaines de milliers d’Irakiens, de Palestiniens, d’Afghans, de Libyens ? Le 11 septembre inaugure un siècle de guerre, de conflits larvés et les potentats arabes pétroliers se tiennent le ventre. L’empire a besoin des ressources des pays faibles et va les « démocratiser » en fonction justement du Nouvel ordre mondial d’essence néolibérale. Les peuples et les cultures voire les religions ne doivent pas s’anathématiser ; le vrai défi pour tous les citoyens du monde est comment faire face à ce tsunami d’une mondialisation sans état d’âme dimensionnée à la taille des nantis et qui broie les faibles du Nord comme du Sud les identités et les espérances.

1. http //www.courrierinternational.com/article/2010/09/16/le-11-septe...

2. http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/118-temoins-d-e...

3. Ariane Walter : Les origines de l’attentat du 11 septembre 2001 Agoravox 10 09 2011

4. http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/le-11-septembre/201...

5. Alain Gresh http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2011-09-09-11-Septembre

6. C.E. Chitour : Le lit du terrorisme : le neolibéralisme prédateur L’Expression 10 09 2011

7. http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2011/09/09/francis-f... 3222.html#xtor=EPR-32280468-[NL_weekend]-20110910

8. Combien de musulmans dans le monde ? Courier international 31.01.2011

9. http://www.courrierinternational.com/article/2011/09/08/l-am...étuelle

URL de cet article http://www.legrandsoir.info/pour-en-finir-avec-le-11-septembre-partie-immergee-du-nouvel-ordre-neoliberal.html

Le gaz de la Syrie

Imad Fawzi Shueibi, 8 mai 2012

La « révolution syrienne » est un paravent médiatique masquant l’intervention militaire occidentale à la conquête du gaz.

Quand Israël a entrepris l’extraction de pétrole et de gaz à partir de 2009, il était clair que le bassin Méditerranéen était entré dans le jeu et que, soit la Syrie serait attaquée, soit toute la région pourrait bénéficier de la paix, puisque le 21ème siècle est supposé être celui de l’énergie propre.

Selon le Washington Institute for Near East Policy (WINEP, le think tank de l’AIPAC), le bassin méditerranéen renferme les plus grandes réserves de gaz et c’est en Syrie qu’il y aurait les plus importantes. Ce même institut a aussi émis l’hypothèse que la bataille entre la Turquie et Chypre allait s’intensifier du fait de l’incapacité Turque à assumer la perte du projet Nabucco (malgré le contrat signé avec Moscou en décembre 2011 pour le transport d’une partie du gaz de South Stream via la Turquie).

La révélation du secret du gaz syrien fait prendre conscience de l’énormité de l’enjeu à son sujet. Qui contrôle la Syrie pourrait contrôler le Proche-Orient. Et à partir de la Syrie, porte de l’Asie, il détiendra « la clé de la Maison Russie », comme l’affirmait la Tsarine Catherine II, ainsi que celle de la Chine, via la Route de la soie. Ainsi, il serait en capacité de dominer le monde, car ce siècle est le Siècle du Gaz.

C’est pour cette raison que les signataires de l’accord de Damas, permettant au gaz iranien de passer à travers l’Irak et d’accéder à la Méditerranée, ouvrant un nouvel espace géopolitique et coupant la ligne de vie de Nabucco, avaient déclaré « La Syrie est la clé de la nouvelle ère ».

Israël exportateur de pétrole en 2017

voir Oil shale reserves can turn Israel into major world producer

Le docteur Vinegar est le chef scientifique de la compagnie pétrolière hollandaise Royal Shell. Et c’est lui qui est aujourd’hui le directeur scientifique de l’Israël Energy Initiatives (IEI). Et c’est toujours lui qui estime que les réserves d’Israël en pétrole pourraient être plus qu’énormes !

L’IEI travaille sur un projet ambitieux d’extraction de pétrole et de gaz naturel à partir de schistes bitumineux, dans une zone de 238 kilomètres carrés au large du bassin Shfela, au sud-ouest de Jérusalem.

Shfela

Selon le Dr Vinegar, Israël a le deuxième plus grand gisement de schistes bitumineux au monde, en dehors des États-Unis. « Nous estimons qu’il y a l’équivalent de 250 milliards de barils de pétrole. Pour mettre cela dans le contexte, il existe des réserves prouvées de 260 milliards de barils de pétrole en Arabie saoudite. »

Une fois opérationnel, l’IEI estime que le coût de la production d’huile de schiste se situe entre 34 et 40 dollars le baril. Il serait ainsi comparable au prix actuel de 30-40 dollars le baril pour les champs pétrolifères en eau profonde et moins cher que le pétrole tiré du désert ou du brut canadien de l’Arctique.

Quelques documents téléchargeables

* La Syrie, centre de la guerre du gaz au Proche-Orient par Imad Fawzi Shueibi 8/05/2012

* La ruée vers le gaz en méditerranée (1ère partie) Le bassin du Levant et Israël - une nouvelle donne géopolitique ? par F. William Engdahl 29/05/2012

* La ruée vers le gaz en Méditerranée (2/2) Tensions croissantes pour l’énergie en Mer Égée par F. William Engdahl 22/06/2012

* Le projet de Nouvel Ordre Mondial trébuche sur les réalités géopolitiques par Imad Fawzi Shueibi 14/08/2012

* Voilà pourquoi la Syrie de Bachar el-Assad ne tombera pas ! par Pierre Khalaf 26/08/2012

Sites

* Oil shale reserves can turn Israel into major world producer by : Ian King From : The Times March 21, 2011 11:54AM

* L’attentat du 11 septembre reconstitué en images de synthèse

* Article dans le Quotidien du 14 Septembre 2006 à propos du LBSJS12

* 11 SEPTEMBRE 2009 : 36 ans déjà que l’Empire assassinait Salvador Allende 11 SEPTEMBRE 2001 : les USA célèbrent bruyamment le "coup de Santiago" Et pour occuper les esprits on court depuis après des fantômes : Ben Laden, Al Qaida

* LBSJS 70- Le 11/9/2001, dix ans après contient une revue de presse générale des thèmes connexes au 11 Septembre traités par AID

PROCHAINES SEANCES PROGRAMMEES

- Mardi 25 Septembre : Cafeco 179 « Villes de demain »

- Mardi 9 Octobre : LBSJS 82 « Végétarisme »

Connaissez-vous l’émission « modeste et géniale » de Daniel MERMET sur France-Inter (98.8Mhz à St Denis) à 15h05 (heure métropole) soit 17h05 (heure Réunion) ?

Voir sur http://www.radiofrance.fr/chaines/france-inter01/emissions/labas/ et sur http://www.la-bas.org/

mél : labassijysuis@radiofrance.com répondeur pour vos messages : 01 56 40 37 37

Contacts GSM : Philippe B. : 0692 88 21 48 ou JMT : 0692 02 92 71 jean-marc.tagliaferri@wanadoo.fr

Retrouvez le Repaire et sa documentation sur le site web : http://aid97400.lautre.net

Le Repaire de Là-bas si j’y suis, un collectif de l’Association Initiatives Dionysiennes


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1778360

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Repaire de Là-bas Si J’y Suis  Suivre la vie du site 2012   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License