AID Association initiatives dionysiennes
Devenue le 1/1/11 le 17ème membre de l’Euroland

L’ESTONIE EST ENTREE DANS L’EURO

un pari sur l’avenir contrairement à l’Europe centrale ?

samedi 1er janvier 2011 par JMT

L’Estonie, en forme longue la République d’Estonie, en estonien Eesti et Eesti Vabariik, est un pays d’Europe du Nord, situé sur la rive orientale de la mer Baltique et méridionale du golfe de Finlande. Le pays est bordé au nord par la Finlande, à l’ouest par la Suède, au sud par la Lettonie et à l’est par la Russie.

L’Estonie, un des trois pays baltes sortis du giron soviétique en 1991, a adopté samedi la monnaie européenne, symbole supplémentaire de son ancrage à l’UE, devenant le 17e membre de la zone euro au moment où celle-ci traverse une crise sans précédent.

Au moment où l’Estonie adopte fièrement la monnaie européenne, l’enthousiasme de la plupart des autres candidats est tempéré par les déboires de la zone euro : les Polonais ne comptent pas y entrer avant 2015 et les Tchèques ne fixeront même pas de date avant quatre ans.

Estonie

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.

L’Estonie, en forme longue la République d’Estonie, en estonien Eesti et Eesti Vabariik, est un pays d’Europe du Nord, situé sur la rive orientale de la mer Baltique et méridionale du golfe de Finlande. Le pays est bordé au nord par la Finlande, à l’ouest par la Suède, au sud par la Lettonie et à l’est par la Russie.

Carte de situation de l’Estonie

Ce pays est généralement regroupé avec la Lettonie et la Lituanie dans un ensemble géopolitique appelé pays baltes. Toutefois depuis son indépendance, l’Estonie demande à être identifié en tant que pays nordique. L’Estonie fait partie de l’Union européenne depuis le 1er mai 2004 et a intégré la zone euro le 1er janvier 2011. Elle est membre de l’OTAN depuis le 29 mars 2004.

L’Estonie est un pays fennique, comme la Finlande ou la Carélie (Russie), les langues fenniques font partie de la famille finno-ougrienne qui inclut les langues sames (Laponie linguistique). L’Estonie est donc abusivement appelé pays balte alors que les Estoniens ne parlent pas une langue balte et ne sont pas de culture balte.

Sur ces points, l’Estonie est un pays nordique comme la Finlande, la Suède, la Norvège, le Danemark, l’Islande et leurs États associés. Le terme Pays baltes tend donc davantage à désigner ici un ensemble géographique que linguistique ou culturel.

L’Estonie est réputée être un des premiers pays au monde dans l’innovation et l’usage des nouvelles technologies[1], ce qui lui vaut le surnom d’e-Stonie[2] (ou e-Stonia[3]). C’est en Estonie qu’a été mis au point le logiciel Skype[4] qui compte déjà plus de 400 millions d’utilisateurs. C’est également en Estonie qu’a été créé le logiciel peer-to-peer Kazaa téléchargé par 389 millions d’internautes. Le pays possède plus de 1140 points d’accès wifi[5].

Depuis son entrée dans l’Union européenne, le pays a connu une forte croissance économique, avant de violemment entrer en récession lors de la crise économique de 2008-2010 et de voir le taux de chômage monter au dessus de 14 %. Le gouvernement se fixe comme priorité de réduire l’inflation et de maitriser les finances publiques. Le pays a, en 2009, le plus faible taux d’endettement public de l’Union européenne[6], remplit les critères de convergence et intègre la zone euro le 1er janvier 2011.

la suite ICI

L’Estonie est devenue le 17e pays de la zone euro

AFP, Mise a jour : 1 janvier 2011

L’Estonie, un des trois pays baltes sortis du giron soviétique en 1991, a adopté samedi la monnaie européenne, symbole supplémentaire de son ancrage à l’UE, devenant le 17e membre de la zone euro au moment où celle-ci traverse une crise sans précédent.

AFP Une Estonienne retire ses premiers euros à Tallin le 1er Janvier 2011

Le 1er janvier, 1,3 million d’Estoniens ont dit adieu à leur monnaie, la couronne, qui avait remplacé le rouble soviétique en 1992, après le divorce de ce pays balte d’avec l’URSS.

L’Estonie est le 3e pays ex-communiste à adopter l’euro, après la Slovénie (2007) et la Slovaquie (2009).

"L’Estonie est le pays le plus pauvre de la zone euro. Nous avons donc beaucoup à faire maintenant que l’objectif d’y adhérer a été atteint", a déclaré le Premier ministre estonien Andrus Ansip. Ce moment historique a été marqué par un feu d’artifice. Des milliers de personnes ont participé aux festivivités.

Le chef du gouvernement a retiré le premier billet libellé en euros d’un distributeur automatique. "C’est un petit pas pour la zone euro et un saut de géant pour l’Estonie", a-t-il lancé.

"Avec l’entrée de l’Estonie dans la zone euro, plus de 330 millions d’Européens utilisent désormais les billets et pièces en euros. Ceci reflète bien l’attrait et la stabilité de l’euro pour les membres de l’UE", a déclaré le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, dans un communiqué.

"En entrant dans la zone euro, l’Estonie rejoint une nouvelle fois l’Europe", a indiqué à l’AFP le président estonien Toomas Hendrik Ilves.

Selon la plupart des sondages, 50% des Estoniens sont favorables à ce changement. 40% y sont opposés.

Des affiches contre l’euro étaient visibles vendredi. "Estonie ! Bienvenue sur le Titanic", proclamaient ces affiches, collées sur des poubelles, pour comparer au paquebot naufragé la zone euro, dont certains membres tels que la Grèce, l’Irlande, le Portugal et l’Espagne, sont en difficulté.

De nombreux Estoniens craignent des hausses des prix, s’inquiètent des difficultés de l’euro, d’autres regrettent leur monnaie.

Informés depuis longtemps sur les modalités de la conversion, ils ne s’attendent pas à avoir des problèmes. "Nous disposons depuis longtemps des informations sur l’euro et son système de sécurité, et il n’y a aucun problème dans ce domaine", explique samedi Andrina Treumund, vendeuse dans magasin de souvenirs du centre de Tallinn.

Le gouvernement estonien de centre-droit souligne que le passage est un signal important pour les investisseurs.

Surnommée "tigre de la Baltique" pour sa transition rapide à l’économie de marché dans les années 1990, ainsi que pour sa croissance fulgurante, l’Estonie, membre de l’UE et de l’Otan en 2004, a déjà tenté en 2007, sans y réussir, d’adopter l’euro.

Le pays a ensuite été frappé par la crise mondiale.

Pour respecter les critères de Maastricht, le gouvernement a lancé des mesures d’austerité douloureuses.

"L"Estonie passe à l’euro grâce à sa politique budgétaire rigoureuse", a déclaré à l’AFP le Premier ministre estonien.

La couronne restera en circulation parallèlement à l’euro jusqu’à la mi-janvier. Elle pourra être échangée dans certaines banques jusqu’à la fin de 2011, et pendant une période illimitée à la Banque centrale d’Estonie.

Créée en 1992 pour remplacer le rouble soviétique, la couronne estonienne a d’abord été arrimée au mark allemand, puis à l’euro aussitôt après la naissance en 2002 de la monnaie unique, au taux de 15,6466 couronnes pour un euro, maintenu au moment du passage à la monnaie européenne.

L’Europe centrale avance vers l’euro en ordre très dispersé

AFP, Mise a jour : 27 décembre 2010

Au moment où l’Estonie adopte fièrement la monnaie européenne, l’enthousiasme de la plupart des autres candidats est tempéré par les déboires de la zone euro : les Polonais ne comptent pas y entrer avant 2015 et les Tchèques ne fixeront même pas de date avant quatre ans.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1798324

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site EUROPE   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License