AID Association initiatives dionysiennes

VENEZUELA : LA REVOLUTION BOLIVARIENNE VUE DE CUBA

Par Edwige et Etienne

lundi 3 décembre 2007 par RONDELEUX Etienne

Je viens de passer un mois à Cuba et souhaite apporter un éclairage nouveau sur ce qui se passe au Venezuela .J’écris cet article le 3 Décembre et on vient d’apprendre les résultats du référendum organisé au Vénezuela pour approuver ou refuser la révision de la constitution .

Le NON l’a emporté d’un petit poil – essentiellement, d’après les premières analyses, parce qu’il y a eu beaucoup trop d’abstentions du côté du camp chaviste cf blog d’un observateur international -

Les évènements récents

Au Venezuela et en Bolivie, ils suivent le même scénario dans les deux cas : ce sont des tentatives de déstabilisation des gouvernements en place, financées par les Etats Unis et appuyées par les oligarchies en place, grandes perdantes des réformes gouvernementales .

Vus de Cuba, ils nous montrent une chose : l’oligarchie n’accepte pas de perdre ses privilèges, elle n’accepte pas le système démocratique et tant qu’on ne l’a pas éliminé, elle s’opposera physiquement aux processus démocratiques.

A Cuba il n’y a plus d’oligarchie : Les riches sont tous partis au début de la Révolution...persuadés qu’ils reviendraient quelques mois plus tard... et on sait ce qu’il s’est passé.

C’est pourquoi, de l’étranger, essentiellement de Miami, ils mènent une guerre sale depuis 45 ans avec le soutien de tous les gouvernements des Etats Unis – dont Cuba était une colonie depuis la pseudo indépendance de 1902 – pour tenter de « renverser » le régime mis en place par la révolution de 1959.

Sur le plan économique, la guerre contre Cuba c’est essentiellement le Blocus, mis en place en 1962, et aggravé après la disparition de l’Union Sovietique. Entre 1962 et 1990 seule l’URSS acceptait de commercer avec Cuba ; Cette situation a d’ailleurs provoqué une dépendance extrèmement néfaste pour Cuba ; à tel point que lorsque l’URSS a cessé tout échange avec Cuba à partir de 1990...le niveau de vie a chuté vertigineusement.

Importance du Venezuela aujourd’hui pour Cuba ( et vice versa)

Sur le plan économique : depuis 1999 mais surtout depuis 2004 (entrée en vigueur de l’ALBA : alternative bolivarienne pour les Amériques) il existe des accords intergouvernementaux pour des échanges non fondés sur les prix du marché mondial...par exemple le Vénezuela fournit à Cuba du pétrole à un prix préferentiel et Cuba fournit des médecins et des équipes d’alphabétisation.

Sur le plan économique ces accords avec le Vénezuela sont d’une importance capitale pour Cuba. Ils permettent au gouvernement cubain d’assurer les besoins fondamentaux de la population ; par ex, depuis 1 an (1 an seulement) – nous a t-on dit – il n’y a pratiquement plus de coupures d’electricité à la Havane !!

Le pays importe et exporte beaucoup plus...en quelque sorte les liens privilegiés avec le Vénezuela permettent en partie de contourner le Blocus. Il y a des interférences importantes entre les 2 pays : échanges économiques, échanges humains aussi (il y a beaucoup de cubains au Vénezuela et beaucoup de Vénezueliens viennent à Cuba).

Vue des barrios de Caracas la révolution cubaine n’a pas l’odeur malsaine que transmet la presse internationale ; pour eux il s’agit d’une révolution qui a marché...et qui fonctionne encore.

Et vue de Cuba, la révolution bolivarienne - dont Chavez est le représentant et le leader - c’est l’espoir que la révolution cubaine n’est plus seule et isolée.

Sur le plan politique en effet – après quelques années de tergiversation – la révolution bolivarienne affiche désormais clairement son caractère socialiste ; c’était même d’ailleurs un des enjeux du réferendum sur la nouvelle constitution qui devait institutionaliser le caractère socialiste de la révolution bolivarienne ; le Socialisme « du XXI è siècle » : même objectif qu’à Cuba donc..., mais par des voies différentes...Chavez utilise les voies démocratiques pour faire la révolution.

Mais peut on changer radicalement le système par la voie démocratique ?

Ce qui se passe au Venezuela est suivi avec beaucoup d’attention à Cuba, par le gouvernement et aussi par la population : d’autant plus que c’est une experience qui n’a jamais marché jusqu’alors en Amérique. Jusqu’à aujourd’hui toutes les tentatives de changement radical de système - par les voies démocratiques - ont échoué : la dernière en date étant celle de l’Unité populaire au Chili (entre 70 et 73) qui s’est terminée dans le sang, un funeste 11 septembre...1973.

Le changement par les armes n’a pas marché souvent non plus...sauf à Cuba où l’experience de construction d’une société socialiste dure depuis presque 50 ans. Sur le plan politique, les cubains tirent des leçons de l’expérience bolivarienne : par ex sur la démocratie participative..., sur la liberté d’expression...sur les processus electifs...

Chavez – fils spirituel de Fidel Castro

A Cuba Chavez a une popularité extraordinaire ; lorsqu’il fait des discours il a presque autant de charisme que Fidel Castro ; les liens entre les deux gouvernements sont très serrés ; dans les médias cubains (télés, journaux) on parle beaucoup plus de Chavez que de...Raoul Castro (à qui Fidel a délégué ses fonctions de Chef de l’Etat depuis son accident de santé en décembre 2006).

A l’entrée des écoles maternelles il y a des photos du Che (très souvent) mais aussi parfois de Chavez. On a même vu une photo de Chavez affichée dans un bureau de « police » d’une petite ville.

NB : A Cuba, pour éviter le culte de la personnalité, il n’y a pas de portrait de dirigeants en vie dans les batiments publics.

Projet global alternatif aux politiques néolibérales

L’ALBA regroupe déjà le Venezuela, Cuba, le Nicaragua et la Bolivie. Vues de Cuba on comprend mieux que la révolution bolivarienne et l’ALBA représentent - face au projet d’Accord Multilatéral défendu par les Etats Unis l’ ALCA -

un projet alternatif global :

* Mettre les ressources naturelles au service des populations,

* Politiques de solidarité internationaliste,

* Echanges fondés sur les besoins des populations.

On comprend mieux aussi pourquoi les Etats Unis font tout leur possible (ou presque) pour déstabiliser ces gouvernements qui refusent de se soumettre aux diktats des Etats Unis et de mettre les richesses naturelles de leur pays à la disposition des Entreprises Multinationales.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 0

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pas En Notre Nom ! - 974  Suivre la vie du site 2007   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License