AID Association initiatives dionysiennes
Info ou Intox ?

Le Président de la Colombie prépare la guerre contre ses deux voisins , l’Equateur et le Vénezuela

mardi 4 mars 2008 par RONDELEUX Etienne , GUERRIER Edwige

Rappel de quelques faits :

- Le 10 janvier 2008 et le 27 février, les FARC (forces armées révolutionnaires de Colombie) ont libéré sans contrepartie 6 « otages politiques » qu’ils ont remis à Chavez, Président du Vénezuela.
- Le 28 fevrier, Uribe Président de la Colombie, en remerciant Chavez, rappelle son refus de négocier avec les FARC qu’il considère comme des « terroristes » et déclare vouloir les « écraser » militairement.
- Le 1er mars l’armée colombienne tue un haut dirigeant des FARC, Raul Reyes sur le territoire équatorien –

- 2 mars 2008 : Chavez et Correa – Président de l’Equateur - dénoncent la violation du territoire équatorien par la Colombie ; ils rappellent leurs ambassadeurs à Bogota et mobilisent des troupes sur leurs frontières avec la Colombie ; le gouvernement colombien parle « d’autodéfense » pour justifier son incursion en Equateur. France 24 titre « Crise entre la Colombie et ses voisins du Vénezuela et de l’Equateur »

- Aujourd’hui la crise s’accentue : « Escalade de tensions entre la Colombie et ses voisins après la mort de Raul Reyes », et « La crise se durcit entre le Venezuela et la Colombie » titre successivement France 24 les 3 et 4 mars. Où va t-on ?

Les lieux du crime

Comment analyser cette crise ?

Concernant la situation en Colombie :

Tous les observateurs reconnaissent que Raul Reyes, le dirigeant des FARC assassiné par l’armée colombienne était le principal négociateur, du côté de la guerrilla ; sa disparition risque donc de faire empirer le sort des 700 personnes « retenues » par les FARC (cf l’analyse de Maurice Lemoine - Bogota : La politique du pire ).

Concernant la situation géopolitique dans la région :

- La mobilisation militaire de l’Equateur et du Vénezuela en prévision d’autres agressions de la Colombie se situe dans un contexte général d’attitude hostile de ce pays vis à vis de ses 2 voisins :

L’Equateur avait déjà émis plusieurs protestations officielles pour dénoncer les incursions de l’armée colombienne sur son territoire, notamment au pretexte des épandages de produits chimiques dans le cadre du « Plan Colombie ».

Le Vénezuela – par la voix de Chavez – avait déjà dénoncé plusieurs fois le rôle joué par la Colombie – principal allié des Etats unis dans la région – pour déstabiliser le pays.

- La crise d’aujourd’hui doit être aussi replacée dans le cadre de la « guerre » - dissimulée par les Médias – que mènent les Etats Unis contre le Vénezuela depuis 2002 (tentative de coup d’Etat râtée contre Chavez) jusqu’à aujourd’hui (Affaire Exxon contre PDVSA ).

La Colombie du Président Uribe (élu en 2002) – dernier allié sûr des Etats-Unis dans la région – est chargée d’appliquer sur le terrain la politique voulue par Washington.

- La crise se situe également dans un contexte de montée en puissance de la résistance de quelques pays (Cuba, Vénezuela, Nicaragua, Bolivie, Equateur...) aux politiques néolibérales que veulent imposer les Etats Unis, notamment sous la forme de « Traités de libre échange ».

Cette résistance a connu deux succès récents :

L’échec de la signature du Traité multilatéral connu sous le nom de Zone de Libre échange des Amériques (ALCA en espagnol)

et la mise en marche de l’ALBA – Alternative Bolivarienne à ce traité de libre échange – qui compte aujourd’hui 4 Etats membres (Cuba-Vénezuela-Nicaragua-Bolivie) et fournit une alternative aux politiques néolibérales. [1]

Le Vénezuela (depuis 2003) et l’Equateur (depuis 2007) proposent des modèles différents de développement globalement opposés au "modèle de mondialisation » préconisé par les Etats Unis (et l’Europe).  [2]

C’est pour cette raison essentielle que les Etats Unis vont chercher par tous les moyens à les détruire.

Comment pouvons nous réagir ?

- D’abord en étant vigilant par rapport aux (dés)informations fournies par les grands médias : Attention aux média-mensonges !  [3]

ne jamais oublier que le plus important est souvent ce qui n’est pas dit !

- Ensuite, en nous mobilisant, aux côtés des peuples, sur des causes justes : pour la paix, contre la logique de guerre, pour le respect de la souveraineté des Etats, contre le terrorisme d’Etat [4]  [5]

En ce sens, nous appelons à soutenir et à relayer la mobilisation internationale initiée par des colombiens, lors de la journée du 6 mars 2008.

Voir l’appel pour le rassemblement à Paris « Pour la Vie, la Paix et la Démocratie » lancé par des groupes de victimes de crimes contre l’humanité en Colombie.

Edwige et Etienne

[1] 1 lire Monde Diplo – décembre 2007- L’arrière cour s’émancipe : Washington a t-il perdu l’Amérique Latine ?

[2] sur l’Equateur lire l’article du Monde Diplo de Novembre 2007 - Champ libre pour transformer l’Equateur

[3] par exemple : « l’achat d’Uranium par les FARC » ça ne vous rappelle pas un peu les « armes de destruction massives" de G.Bush ?

[4] sur le terrorisme d’Etat colombien lire l’article d’ Hernando Calvo Ospina , Les paramilitaires au cœur du terrorisme d’Etat colombien monde-diplomatique avril 2003

[5] Livre à lire sur le terrorisme d’etat en Colombie (sortie le 13 mars 2008)


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 0

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pas En Notre Nom ! - 974  Suivre la vie du site 2008   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License