AID Association initiatives dionysiennes

Description du site

Le site des altermondialistes de la Réunion

Qui sommes-nous ?

L’association Initiatives Dionysiennes a été créée le 17 mai 2003 à Saint Denis de la Réunion par un groupe d’adhérents d’Attac France, avec l’objectif d’ouvrir un nouvel espace de débats, de formation et de militantisme dans la bonne humeur et la convivialité.

Articles les plus récents


Articles les plus récents


SIGNEZ ET DIFFUSEZ

Pétitions AID 2018-01

Période jusqu’au dimanche 25 Février 2018
vendredi 16 février 2018 par JMT

Nous vous suggérons de suivre :

a) les pétitions du site CYBERACTEURS avec qui nous sommes en contact depuis plus de 17 ans, pour adhérer ou faire un don . Vous pouvez regarder la vidéo de la dernière assemblée générale du 27/02/2016 de Cyberacteurs concernant l’exercice 2015

b) les pétitions du site AVAAZ qui à l’usage s’est avéré plus ouvert que ne le laissaient supposer ses bailleurs de fonds US initiaux. Allez sur les sites et inscrivez-vous pour signer plus facilement les pétitions quand vous en recevez l’avis directement par mél

c) les textes à signer particulièrement recommandés se trouvent ci-après :

 > suite


La rentrée 2018 d’AID

LBSJS 137 - Le Groupe Bilderberg et la Trilatérale

par Dr Bruno Bourgeon, président d’AID
vendredi 9 février 2018 par JMT
Désormais nos séances ont lieu les 2ème (LBSJS) et 4ème (Cafeco) mercredis du mois, exception faite de cette première séance 2018 qui se tiendra exceptionnellement, pour cause de Saint Valentin à « L’ArbraDélis’ » Lundi 19 février 2018 de 18h à 22h30, 1 Place Sarda Garriga (Barachois) Tel 0262 56.96.22. > suite


Un avertissement de François Ruffin de Septembre 2011

On le sait, désormais : ils iront jusqu’au bout

par Dr Bruno Bourgeon, président d’AID
mardi 9 janvier 2018 par JMT

“Rien n’est plus fort qu’une idée dont l’heure est venue.” Cette phrase est généralement attribuée à Victor Hugo, bien qu’il n’en existe aucune trace. On ne prête, décidément, qu’aux riches !

Nous avions eu un chef indien qui vouait aux gémonies notre progrès insensé  : Quand ils auront coupé le dernier arbre, pollué le dernier ruisseau, pêché le dernier poisson, Alors ils s’apercevront que l’argent ne se mange pas.(Tatanka Yotanka – Sitting Bull, guerrier sioux). Mais il a fallu un bon siècle pour qu’il devienne évident que sa prophétie s’accomplissait irréversiblement.

Pour celle de François Ruffin, il n’aura pas fallu une décennie pour que ce qui est écrit soit évident...vu que la plupart avaient déjà été mis en oeuvre. Un exemple : en 2007 nos gouvernants aux ordres et redevables ont soit disant "sauvé les banques" en engageant des centaines de milliards de fonds publics (merci Sarko !) pour leur permettre d’évacuer leurs créances pourries. La seule chose qu’ils ont sauvé ce sont les gros actionnaires de ces banques, complices des malversations en encaissant leurs juteux dividendes et plus-values : pour le reste, il y a bien eu les charrettes de personnel prévues, le financement de l’économie s’est réduit aux spéculations les plus courtes.

Echaudés par cette crise probablement même provoquée pour cela, nos oligarques ont enjoint à l’UE, censée être le protecteur suprême de ses citoyens, d’accepter désormais que la prochaine fois les banques puissent se sauver en piochant dans les comptes des déposants...demandez-donc aux chypriotes ce qu’ils en pensent :-). Et le tout à l’avenant.

François Ruffin député élu en 2017 c’est une histoire exemplaire vu son parcours militant et personnel (qui n’a pas vu Merci Patron ?) et la manière dont l’opération a été menée. Et on en voit le résultat à l’assemblée nationale, où il secoue le cocotier de ce qui tournait à un club d’arrivistes sur le retour.

 > suite


32 ème chronique de la Macronésie

La Dotation Universelle d’Autonomie

par Dr Bruno Bourgeon, président d’AID
dimanche 7 janvier 2018 par JMT

Qui a dit que l’histoire ne se répétait pas ? mais peut-être qu’elle bégaie ? Lors de la précédente mondialisation libérale, au XIXè siècle, avec les grands empires politiques colonisant à tout va, à coup de guerres d’agression s’il le fallait, lors du "paradis des rentiers" qui a vu se constituer de nombreuses dynasties particulièrement fortunées toujours présentes, le travail des politiques était d’organiser la société en faisant respecter un "ordre bourgeois" au service des blancs quinquagénaires qui détenaient la quasi totalité des leviers de commande. On a ainsi vu se durcir les contraintes, qui allaient loin dans le détail jusqu’à réglementer la tenue (interdiction du pantalon pour les femmes !). Ca ne vous rappelle rien ? depuis quelques décennies nous sommes revenus dans les mêmes errements et sous prétexte de "sécurité", on réglemente tout et on pond une loi chaque fois qu’un incident secoue notre société surmédiatisée. Mais il y a un autre point commun avec le XIXè triomphant : la crainte des pauvres que les bien-pensants ont toujours voulu "civiliser", "éduquer", "normaliser" pour en faire des bons petits soldats du capitalisme (et au passage sa viande à canons au cours des guerres pour le partage du pouvoir et des richesses). On les a sans cesse rabaissés. Certes il fut une époque où entre les ravages de l’alcool, des maladies vénériennes et de la malnutrition, les "cours des miracles" des villes abritaient une faune propre à effrayer la bourgeoisie victorienne. Mais un siècle a passé. Désormais 40% des classes d’âge récentes chez nous sont du niveau universitaire. Doit-on continuer à considérer nos concitoyens comme des imbéciles incapables de gérer leurs vies et leurs finances ? Encore en 1945, lors de la création de la Sécu, on a commis, pour des raisons pratiques qui tenaient à la perpétuation du paiement en liquide (mais cela aurait été l’occasion de généraliser en même temps le paiement par chèque !) , un premier détournement des fonds revenant aux salariés en appelant "cotisations patronales" de l’argent pris sur le juste salaire (si les patrons français n’avaient pas reconnu qu’il fallait augmenter des ouvriers jusque là sous-payés pour le bien-être même de l’économie et de leurs affaires, ils n’auraient jamais accepté de payer lesdites "charges patronales"). Au lieu, comme en Suisse, d’augmenter les salaires et de laisser les salariés (ou leur banque) payer leurs assurances sociales obligatoires ou facultatives, on a précompté et on a introduit le patronat dans la gestion des caisses d’abord au 1/4 puis à 50% en 1967. Et depuis "la crise" de 1974, on ne cesse de voler les salariés, et surtout les moins payés, en "abaissant les charges" ce qui est un détournement de leur salaire indirect qu’on "compense" comptablement en leur demandant de contribuer par de la fiscalité qu’ils paient, double peine.

Le revenu de base sous toutes ses formes est clairement une réforme nécessaire pour remettre à plat tout le système social, pour revenir aux bases et faire en sorte que personne ne soit victime des "accidents" de la vie, sans bénéficier de la solidarité nationale.

Un pays ruiné et a moitié démoli a su le faire, sans compromettre, bien au contraire, son relèvement, tout en menant 17 ans de guerres coloniales d’un coût exorbitant,qui peut croire que la 6ème puissance mondiale actuelle en soit incapable ? Non, c’est l’imaginaire de la classe dominante qui déteint, toujours cette peur des pauvres qu’on dissimule derrière leur soit-disant incapacité à être autonomes si on leur en donne les moyens.

 > suite


31 ème chronique de la Macronésie

En finir avec le gaspillage alimentaire

par Dr Bruno Bourgeon, président d’AID
mercredi 3 janvier 2018 par JMT

319 Unités de méthanisation à la ferme, France 2 annonçait hier qu’il y en avait au total environ 500 en France et 10.000 en Allemagne. Certes nos voisins teutons boivent plus de bière et mangent plus de saucisses, deux sources importantes de matières premières méthanisables mais celà n’explique pas tout.

Il y a aussi le fait qu’en Allemagne les gros agriculteurs doivent plus se démerder qu’en France et en conséquence, ils optimisent tout ce que leur terre peut produire de la manière la plus rémunératrice. Bien que cela déplaise à certains (une agricultrice regrettait qu’il faille faire autre chose sur une ferme que des productions agricoles vendables), de plus en plus se prémunissent contre une baisse des prix agricoles en refusant de vendre et en méthanisant.

Le gaz se stocke, la chaleur aussi, ils produisent l’électricité à la demande en suréquipant leurs installations et dans un pays densément peuplé et froid, sillonné de gazoducs et de lignes à haute tension, ils ont le choix de vendre un mix de chaleur, de biométhane et d’électricité. Solution élégante mais qui peut dériver en ferme des mille vaches ou des 15000 poulets nourris au soja transgénique importé d’Argentine ou du Brésil avec force fuel et engrais chimiques en amont. renouvelables vous avez dit ?

Comme toujours il faut raison garder et suivre l’exemple danois où un village investit collectivement (avec éventuellement des aides fiscales) dans un mix d’énergies renouvelables associant l’éolien, le thermique solaire et le photovoltaïque et les énergies tirées de la biomasse. Une maison isolée aura ses capteurs solaires plus le renfort du réseau électrique l’hiver. Les maisons groupées en hameaux auront en plus l’accès au gaz et parfois aux réseaux de chaleur. Problématique de pays froid. Pour les pays chauds, la chaleur excédentaire peut être utilisée pour dessaler de l’eau de mer ou bien pour faire fonctionner des systèmes de production de froid à adsorption tout à fait efficaces.

Sans compter que pour tout cela, la Réunion est en pointe avec une start-up qui se prépare à vous étonner par ses propositions pratiques péi !

 > suite


30 ème chronique de la Macronésie

Changement climatique : changer nos comportements

par Dr Bruno Bourgeon, président d’AID
mardi 2 janvier 2018 par JMT

Ah le sommet du 12/12/17... il arrive juste 5 ans trop tard pour être remarquable : 12/12/12 ça aurait mieux fait le buzz. Mais à l’époque on se vautrait dans la volte face économique qui fit du capitaine de pédalo un "one term president" (ce qui aux USA n’est pas spécialement élogieux :-) et on n’avait rien à cirer de ces zistoirs, malgré deux ministres EELV au gouvernement, qui, for prudemment, ne s’occupaient ni de climat, ni d’énergie, ni d’agriculture, ni de transports .... rien qui puisse soulever l’ire de corporations dont on a vu plus tard qu’elles pouvaient faire reculer l’Etat et mettre des milliards d’investissements public au rencart !

Comme la COP21 il y a deux ans, il a fait pschitt : dans la première,beaucoup de tralala médiatique, l’interdiction aux dangereux terroristes écolos de manifester leur soutien en public, madame Bravitude prenant la suite de l’ex "jeune premier ministre que j’ai donné à la France" prudemment recyclé pour 9 ans à la présidence inamovible et fort dorée du Conseil Constitutionnel.

Cette fois-ci, beaucoup de tralala, Jupiter soi-même tentant de motiver les foules (il sait mais ça ne sert à rien), les milliardaires (il sait aussi, mais ils se méfient avant d’aligner les gros chèques) et les chefs d’ Etat (il sait encore mais on en est toujours à quasiment +4°C au rythme actuel des mesures mises en peuvre contre un objetif de +1,5°C ) . Ah mais il a eu le renfort très espéré de notre hélicologiste national qui tel une oie au gavage, avale les couleuvres à un rythme impressionnant sans faillir (ah il aura une fois de plus bien mérité de la Macronésie !) et vient exhiber sa face douloureuse devant ce spectacle affligeant. Signe qu’il se rend compte qu’il va devoir péter un câble pour se faire entendre ? genre boire un grand verre de glyphosate à sa prochaine conférence de presse et agoniser en public pour finir en martyr de la cause écolo ? Car on se demande bien qu’est-ce qui peut toucher les foules, les milliardaires et les chefs d’Etat dans l’inventaire à la Prévert, bien gentillet tout de même, de Bruno ? Car en gros tout ce qu’il cite est réparable (et c’est bon pour le PIB en plus) : le barrage de Glen Canyon a failli être emporté par des crues en 1983/1984 qui n’avaient qu’une fréquence de 25ans du fait d’un évacuateur de crues très sous-dimensionné et défaillant (Comme le barrage d’Oroville en Californie en février 2017 !) et si le débit des affluents baisse il est logique de laisser le plan d’eau plus bas pour diminuer la superficie et les pertes par évaporation... et de compenser en diminuant les gaspillage en aval tels que l’arrosage par aspersion en plein désert ! Idem pour la vallée de la Segura où l’agriculture exportatrice à coup d’irrigation massive, d’OGM, de chimie, de marocains et roumains esclaves n’a pas beaucoup d’avenir (surtout quand en même temps on instaure des interdictions d’exportation en Russie, l’un de leur plus gros marché. Idem pour la Tunisie : avec le réchauffement climatique, les oliveraies très exposées à un biotope changeant ne survivront qu’avec des ombrières et des protections contre les tempêtes de sable. On ne peut pas grand chose pour Saint Louis condamnée par la montée des océans, à moins de découper le sol autour et sous les bâtiments remarquables pour y construire des radiers leur permettant de flotter. Si on veut vraiment protéger la Mer de Glace, il faudrait songer là aussi à des vélums pour intercepter la chaleur solaire (et produire de l’énergie renouvelable par la même occasion). L’Australie est la moins à plaindre, elle dispose à la fois de l’océan tout autour d’elle et d’une insolation record et peut parfaitement produire toute l’eau qu’elle veut avec le dessalement solaire. Certes l’algue est ennuyeuse esthétiquement quand on la laisse pourrir au soleil, mais elle a des tas d’applications économiques dont la fourniture de biométhane pour remplacer les combustibles fossiles. Pour la Chine, le programme de fermeture des mines de charbon, celui qui a décuplé l’installation annuelle de panneaux solaires et d’éoliennes, le programme de barrages hydroélectriques soutenu, l’aménagement continu de transport en commun représentent un effort national coordonné (et planifié sur 30ans) qui laissent sur place les velléités occidentales en général et françaises en particulier. Pour l’Inde, le Pakistan et le Brésil, voilà trois vilains gros canards qui n’ont pas encore tout à fait compris. Même s’ils multiplient les mégabarrages hydroélectriques, l’environnement n’est nullement leur tasse de thé, alors que les conséquences des politiques qu’ils mènent, sur fond de corruption débridée dans les trois cas, prédisent un avenir catastrophique pour le gros de leur population.Et deux d’entre eux sont des puissances nucléaires avérées !

Non le petit Emmanuel et la petite Angela ne sauveront rien du tout, même pas l’Europe qui aurait dû se mettre en ordre de défense contre la guerre climatique et économique, totalement prévisible depuis 1972, qui lui est menée, qu’elle se mène elle-même de surcroit avec un acharnement qui montre que quand elle veut, elle peut.

Alors imaginons quelle catastrophe pourrait sortir les Européens de leur torpeur ? l’équivalent de la grande Peste Noire avec 30% de morts en moyenne qui déclencha un boom économique sans précédent ? mais nous sommes tellement blasés et tellement dans le virtuel que nous risquons de mourir tous avant d’avoir réagi.... en pensant qu’il suffit de faire "reset" pour avoir une nouvelle chance ?

Meilleurs Voeux pour 2018 et les suivantes :-)

 > suite


29 ème chronique de la Macronésie

Partager le temps de travail

par Dr Bruno Bourgeon, président d’AID
vendredi 22 décembre 2017 par JMT

Le partage du temps de travail j’ai eu l’occasion d’y réfléchir et d’essayer, en vain, de l’expérimenter. En 1996-1997 en découvrant les délices de l’internet naissant et des forums de discussion, j’ai découvert aussi les diverses propositions visant à réduire la fracture sociale (Chirac avait été élu en 1995 sur ce thème) , en réduisant les inégalités de revenu et de fortune. Deux moyens étaient en concurrence : le revenu de base et le partage du temps de travail.

Comme toujours, au lieu de chercher LA formule miracle qui résoud tous les problèmes de l’humanité pour les siècles des siècles, aurait-il été sage de ne pas vouloir une solution "facile", le rêve de tous les politicards qui ne maîtrisent pas leurs dossiers, mais à problèmes compliqués solutions compliquées, multiples, évolutives !

Si on prétend que le travail apporte la dignité à l’être humain, alors il faut absolument que chacun en ait. Il y a d’ailleurs un préambule de la constitution de 1946, qui fait partie intégrante du bloc de constitutionnalité qui l’exigerait et l’Etat est donc gravement défaillant depuis plus de 70ans dans l’absolu (en considérant que la situation n’est pas parfaite) et depuis 45 ans bientôt dans le relatif (en considérant que l’Etat ne fait même plus semblant de vouloir résoudre vraiment les inégalités).

Avec un revenu de base qui éviterait de voir la misère fleurir dans nos rues et dans les zones oubliées par la République, avec le corpus des services publics au sens du programme du CNR du 15 Mars 1944, avec la possibilité pour tout un chacun de gagner le smic en travaillant 32 heures par semaine et avec une puissance publique assurant TOTALEMENT son rôle de régulateur en faisant respecter TOUTES les lois par TOUT le monde, riches et puissants comme pauvres et faibles, nous aurions une autre société, plus égalitaire, plus fraternelle, nécessairement moins gaspilleuse et probablement plus intelligente. Mais quand la réalité du pouvoir est dans les mains de salopards pour la plupart relativement bornés dans d’autres domaines que celui de "faire du fric" en exploitant la bêtise et les faiblesses humaines, on peut difficilement arriver à autre chose que notre société qui sait qu’elle court à sa perte et qui accélère !

 > suite


28 ème chronique de la Macronésie

Appel pour un pacte Finance-Climat européen

par Dr Bruno Bourgeon, président d’AID
jeudi 21 décembre 2017 par JMT

J’ai relayé dès le 10 décembre cet appel européen lancé par plusieurs dizaines de personnalités que nous connaissons et avec qui nous avons l’occasion de travailler pour certaines et qu’avec AID nous vous appelons à signer. L’appel est également relayé par d’autres organisations avec qui nous sommes en lien . Il a été lancé notamment par Jean JOUZEL climatologue français, ancien vice-président du GIEC.

Il est tout simplement dramatique pour le pays qui a abrité la COP21, la première qui prenait des engagements tangibles aussi forts bien que notoirement insuffisants, ce que l’ONU a dû rappeler, d’être dirigé par un président qui cause beaucoup, fourbi et gourbi, mais qui ne (se) donne pas plus les moyens de sa politique que ses prédécesseurs, dont un ministre d’Etat est plus hélicologiste qu’écologiste et cède devant tous les lobbys, et dont le Président de l’Assemblée Nationale, rallié de la première heure a ainsi été subtilement neutralisé. On constate qu’une fois de plus que le président des riches a fait le choix mortifère du court-terme, démontrant ainsi qu’il n’est que la marionnette de vieillards cacochymes qui n’ont qu’un avenir temporel donc mental très réduit et qui préfèrent donc jouir encore un peu de l’intégralité de leur pouvoir et de leurs caprices et après eux le déluge ! Sans doute certains oeuvrent-ils à leur rêve secret, leur exfiltration de cette planète pourrie pour aller d’en haut, dans un confort pour happy few et quelques serviteurs zélés, regarder les hordes qui l’encombrent y crever, laisser la nature réparer en espérant, eux ou leurs descendants y revenir poursuivre leurs petits jeux stériles ? sauf que pour le coup les quelques 450 réacteurs nucléaires laissés à l’abandon vont contaminer à jamais des zones étendues et qu’il n’est pas sûr que les perturbations climatiques laisseront beaucoup d’espaces habitables ! Et nous que faisons-nous ? on attend gentiment la mort annoncée ?

 > suite


SIGNEZ ET DIFFUSEZ

PETITIONS RECOMMANDEES PAR AID n°18

Période jusqu’au dimanche 24 Décembre 2017
dimanche 10 décembre 2017 par JMT

Nous vous suggérons de suivre :

a) les pétitions du site CYBERACTEURS avec qui nous sommes en contact depuis plus de 17 ans, pour adhérer ou faire un don . Vous pouvez regarder la vidéo de la dernière assemblée générale du 27/02/2016 de Cyberacteurs concernant l’exercice 2015

b) les pétitions du site AVAAZ qui à l’usage s’est avéré plus ouvert que ne le laissaient supposer ses bailleurs de fonds US initiaux. Allez sur les sites et inscrivez-vous pour signer plus facilement les pétitions quand vous en recevez l’avis directement par mél

c) les textes à signer particulièrement recommandés se trouvent ci-après :

 > suite


Dernière séance de l’année

LBSJS 137 - Bilan de l’année 2017

Présentation et débat par Bruno BOURGEON
mercredi 6 décembre 2017 par JMT

RDV à « L’ArbraDélis’ » Mardi 12 Décembre 2017 de 18h à 22h30, 1 Place Sarda Garriga (Barachois) Tel 0262 56.96.22.

Repas partagé ensuite pour ceux qui désirent continuer à échanger sur ce thème

 > suite

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 0

Suivre la vie du site fr    ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License